Conseils à l'adolescent bipolaire : gérer son humeur

 

 

9 : la dernière ligne droite

1/01/2009

Bipo / Cyclo > Bipolarité infanto-juvénile > Adolescents bipolaires

Gérer ton humeur à travers le repérage des pensées défaitistes en provenance de ton cerveau émotionnel et la mise en route de ton cerveau intelligent est devenue ta tasse de thé !!!
Continue à t’entraîner pour arriver à un changement plus durable et surtout pour réussir à gérer les émotions les plus dures. Cela te permettra d’atteindre les objectifs que tu t’aies fixé au début de ce voyage.

Je sais que ce n’est pas facile, je sais que cela nécessite du temps et des efforts, mais c’est à toi de fixer tes priorités. Rien dans ce monde, ne se fait sans effort, alors à toi de voir !

Récapitulons ensemble la gestion de l’humeur :
  • Identifie les situations passées et présentes qui servent de déclencheurs aux spirales de tes  émotions négatives
  • Repère les pensées automatiques générées par ton cerveau émotionnel (qui portent sur toi, le monde et l’avenir : ex : je suis un looser, la vie ne vaut rien et ça ne changera pas avant le temps)
  • Lie-les à tes croyances et aux émotions qu’elles génèrent
  • Cherche la preuve qui contre-carre ces pensées
  • Une fois que tu l’auras trouvée, tu pourras remplacer tes anciennes pensées "émotionnelles" par des pensées plus réalistes (N’oublie pas que par ce moyen-là, tu apprends à changer d’angle de vision des choses : elles ne sont pas nécessairement perçues comme étant roses mais elles sont vues à travers un prisme différent, plus adapté à la réalité "objective" et plus seulement à la réalité émotionnelle)
Le tout n’est pas seulement de te sortir des bouchons  provoqués par tes émotions mais de persévérer, de persévérer et de poursuivre toujours ton chemin. Se faire avoir par surprise par ces émotions, fera désormais partie du passé.

Alors, comme je le disais au tout début de ce voyage, il faut donner toute son importance, au plan d’action. Sans plan, les destinations peuvent changer (et comme le disait un sage indien  "si tu ne sais pas où tu vas, tu peux te retrouver ailleurs" ?). Oui le temps passe vite, même si tu as l’impression qu’il est interminable quand tu te sens mal. J’entends toute la journée les patients me dire que c’est dur, que c’est long, que c’est plus facile à dire qu’à faire, que ça prend du temps etc. Eh oui, c’est vrai !!

Nous vivons dans un monde aujourd’hui, où nous sommes pressés, nous voulons que tout se fasse tout de suite?En bien certaines choses, pour ne pas dire beaucoup de choses, prennent du temps. Notamment, les apprentissages.
Le changement n’est pas facile, même si c’est pour évoluer vers des choses positives. La nature humaine est faite de telle sorte que l’on préfère souvent les choses connues, la familiarité (même la plus dure) à ce qui est inconnu et étranger. Alors oui, il n’est pas facile de changer, même si l’on souffre.
Pour cela, il faut prendre le temps d’apprivoiser son cerveau émotionnel, de perfectionner les techniques de gestion de l’humeur, et donc de s’entraîner, s’entraîner et encore s’entraîner. Ainsi Votre GPS de l’humeur vous guidera là où vous voulez aller. Vous ne serez plus esclave de votre humeur, mais votre propre maître, d’où le MUST du GPS, que vous finirez avec le temps par vous approprier mentalement. Concrètement, cela signifie que votre GPS de l’humeur s’enclenchera automatiquement.

Pour terminer, parlons de votre plan d’action. Posez-vous donc les 3 questions ci-dessous (pour plus de détails, cf. Tome 1 et Tome 2) :
- Quelles sont les émotions (passées et présentes) qui me causent de la souffrance ?
- Qu’est-ce que cela m’empêche de faire/ d’avoir  ou comment cela perturbe-t-il les différents secteurs de ma vie (familial, scolaire, amical, amoureux) ?
- Quels sont les différents (petits) pas que je souhaite planifier pour avancer et moins souffrir ?

Prenons donc un exemple :

L’émotion difficile : la colère
Elle interfère dans ma vie : m’empêchant de passer des soirées tranquilles avec ma famille
Le mini-objectif :
- ne pas hurler quand mon père me parle 
Les différents pas :
-écouter attentivement ce qu’il me dit (ne pas le couper)
-me concentrer sur ma respiration
-compter jusqu’à 10 avant de lui répondre
-Si je ressens de la colère monter en moi, lui demander une petite pause et lui dire que l’on en reparlera plus tard
-Utiliser le GPS (dans ma tête)

Maintenant que tu as "appris à nager", il est temps de "sauter dans l’eau".  N’oublie pas que l’on a toujours le choix. Et quoique tu décides de faire ou de ne pas faire, tu l’auras choisi !!!!!



 

 

 

8 : Adolescents : Gèrez votre humeur en changeant votre perception du monde

1/01/2009

Bipo / Cyclo > Bipolarité infanto-juvénile > Adolescents bipolaires

A partir des cycles émotionnels, apprenons à changer notre vision du monde.
Votre cerveau émotionnel est responsable, à travers le repérage des pensées qui débarquent dans ton cerveau d’une manière automatique et qui portent généralement sur la manière dont tu te perçois, dont tu perçois le monde et la manière dont tu envisages l’avenir.

Et comme elles sont automatiques et arrivent souvent pour des raisons qui te semblent lointaines ou incompréhensives, souvent tu les ignores sans parfois le savoir ; elles passent donc inaperçues mais les dégâts qu’elles provoquent en termes émotionnels, sont loin d’être inaperçus ! C’est donc la preuve que ton cerveau émotionnel est à fond et qu’il provoque tous ces bouchons et ces cycles dans lesquels tu te retrouves souvent coincé.

Apprendre à les repérer et par ce biais à faire taire le cerveau émotionnel et à accorder une oreille plus attentive au cerveau intelligent est l’une des clefs de la gestion émotionnelle (notamment quand on présente des troubles à ce niveau-là). C’est une question d’angle de perception ! Et c’est comme ça que l’on apprend à mieux vivre.

Revenons donc à la manière dont notre humeur influence notre manière de percevoir le monde. L’information que ton cerveau prend dans le monde pour l’analyser, subit une "distorsion" en quelque sorte, elle est ainsi déformée  par :

Plein de "et si"
Plein de "je dois, il le faut, c’est comme ça,"
Plein de règles rigides sur les hommes, le fonctionnement du monde et sur toi
Plein de "toujours, jamais, tout le temps, tout le monde"
Plein de "Noir ou blanc, bon ou mauvais"
Plein de "zoom sur le négatif"
Plein de "scénarios dramatiques"

Donc plein de croyances solides comme un roc qui ne laissent aucune place à la nuance.
Le monde est fait de pleins de couleurs différentes et de multiples angles de perception. En quelque sorte pour supporter d’y vivre, pour souffrir le moins possible et pour profiter des petites choses, un choix s’impose : apprendre à voir les nuances et les différentes couleurs, c’est-à-dire et être malléable dans ton positionnent.

Ton cerveau émotionnel, à cause de pleins de raisons comme le fait qu’il soit très réactif, très intense, qu’il réagisse très vite, plus vite que celui des autres, te joue très souvent de mauvais tours. Sacré cerveau émotionnel ! Lui qui te fait si vibrer, mais qui souvent t’embarque dans des bouchons émotionnels dont il est primordial que tu te sortes. La bonne nouvelle est que tu peux l’apprivoiser.

A force d’interpréter de la même manière des situations souvent différentes, tu finis par solidifier des croyances, sur toi, sur le monde et sur ton avenir qui sont souvent déformées voire erronées et qui te causent beaucoup de souffrance. D’où la nécessité de chercher, comment d’une manière générale, tu te perçois, tu perçois les autres et tu perçois l’évolution de ta vie. Ce sont elles (les théories que tu as échafaudées tout le long de ta vie), qui en quelque sorte, formatent la manière dont tu vis ta vie au quotidien. Certes, elles changent en fonction de ton humeur, parfois même, du tout au tout. Mais l’important est de les repérer, de repérer la voix du cerveau émotionnel et d’apprendre avec le temps, à le faire taire, et à laisser la place à la "voix sage" du cerveau intelligent. Pour cela, je te présente i-dessous ton plan d’attaque :
  • Règle no 1 : Reconnais les déclencheurs dans ta vie
Identifie les expériences douloureuses que tu as vécues et ce qui les a déclenchées
  • Règle no 2 : Repère la voix de ton cerveau émotionnel
Identifie les pensées automatiques générées par ton cerveau émotionnel et les interprétations (des déclencheurs) qui en ont découlé
  • Règle no 3 : Va à la recherche des croyances
Qu’est-ce que ton cerveau émotionnel essaie de te faire croire sur toi-même, sur le monde et sur l’avenir ?
  • Règle no 4 : Identifie tes émotions
Qu’est-ce que tu ressens ?
  • Règle no 5 : STOP
N’obéis pas en aveugle à ton cerveau émotionnel
  • Règle no 6 : Mets ton imperméable, relève ton col et deviens Sherlock et réponds à la question : Où est la preuve ?
Scanne ton environnement, va à la recherche des preuves qui mettent en cause ces pensées automatiques
  • Règle no 7 : Pense différemment
Remplace tes pensées automatiques et tes croyances par des plus réalistes en faisant appel à ton cerveau intelligent
  • Règle no 8 : Examine de nouveau tes émotions
Comment te sens-tu une fois que tu as modifié ces pensées ?
  • Règle no 9 : Agis différemment
Réponds aux pensées générées par ton sage cerveau. Prends l’engagement de changer tes vieilles façons de faire



 

 

7 : Les tsunamis émotionnel, les erreurs du cerveau

1/01/2009

Bipo / Cyclo > Bipolarité infanto-juvénile > Adolescents bipolaires

Avec toutes les émotions qui traversent les adolescents, leur cerveau fait vite quelques erreurs à identifier rapidement.
Comme un nombre important de jeunes bipolaires présentent des troubles anxieux, notamment le TOC, voici une synthèse des erreurs cognitives que l’on retrouve souvent dans les troubles obsessionnels compulsifs, d’après Bruce Hyman et Cherry Pedrick,

Sont répertoriées ci-dessous les erreurs cognitives :
  • Le tout ou rien
Si je n’annulais pas à 100% le risque, je suis en danger total
Si je ne fais pas les choses parfaitement, alors c’est nul.
  • La pensée magique
Il suffit de penser à quelque chose pour qu’il se produise :  si je pense à quelque chose de mal, alors quelque chose de mal se produira.
  • La surestimation du risque et du danger
Un malheur peut arriver, même quand j’ai pris le moins de risque possible. La plus petite possibilité d’un danger équivaut à la probabilité d’un danger.
  • La moralité excessive
J’irai certainement en enfer/je serai sévèrement puni, aussi petite mon erreur soit-elle.
  • L’auto-responsabilisation excessive envers les autres
Je dois tout le temps faire attention à mes actions et je ne dois pas commettre d’erreur au risque d’une incidence nocive directe de mes actions/erreurs sur des personnes innocentes.
  • La fusion entre l’action et la pensée (similaire à la pensée magique)
Si je m’imagine en train de faire du mal à quelqu’un, c’est tout comme si je l’avais vraiment fait ; si j’ai en pensée une image où je fais du mal à l’autre, il est fort probable que cela arrive dans l’avenir.
  • L’importance omnipotente de la pensée
Si je pense à un malheur, le pourcentage qu’il se produise augmente très considérablement.
  • L’exclusivité de l’erreur
Si quelque chose de terrible devait se produire, il est plus probable que cela m’arrive ou que cela arrive à quelqu’un de ma famille/à quelqu’un que j’aime bien.
  • Le complexe du Martyr
Quelle grande personne je suis ! Je passe mon temps à effectuer des rituels (je lave, je compte, je vérifie etc.) pour protéger les gens que j’aime du danger et du malheur. Et comme personne dans mon entourage, n’est mort ou n’a souffert pour le moment, c’est la preuve que je fais quelque chose de bien.
  • Et si
Et si j’attrapais le sida... et si je n’avais pas fermé le gaz  et si j’avais tué un animal sans m’en rendre compte  et si j’étranglais ma femme en la caressant.
  • L’intolérance à l’incertitude
Je ne peux me détendre si je ne suis pas sûre à 100% des choses. L’incertitude est intolérable.
C’est une erreur magistrale car la certitude est une tolérance au doute.
 
 
 

6 : les tsunamis émotionnels, lʼhypomanie et la colère

1/01/2009

Bipo / Cyclo > Bipolarité infanto-juvénile > Adolescents bipolaires

Examinons ce quʼengendrent lʼhypomanie et la colère chez les adolescents.

Le cycle de lʼhypomanie

Des déclencheurs comme par exemple :
- la rupture des rythmes (se réveiller très tard, faire des nuits blanches, cumuler un manque de sommeil),
- évènements heureux,
- la consommation d’alcool/drogue,
- une période de grande activité scolaire,
- les vacances,
- être contrarié(e)  etc.

qui génèrent

Des pensées automatiques positives comme par exemple :
- je suis capable de tout
- il faut rattraper le temps perdu/je n’ai pas de temps à perdre
- qu’est-ce que les autres sont lents
- dormir ne sert à rien
- je peux faire plusieurs choses à la fois
- si je ne le fais pas, cela s’appelle du gâchis
- etc.

qui génèrent

Des émotions comme par exemple :
- l’euphorie/ l’irritabilité
- le sentiment de toute puissance
- l’optimisme exagéré
- etc.

qui génèrent

Des comportements  comme par exemple :
- accepter plusieurs sorties à la fois,
- ne pas s’arrêter de travailler,
- de rigoler,
- apprendre ses leçons plus rapidement,
- consommer davantage d’alcool,
- de cigarettes,
- être beaucoup désinhibé(e),
- faire des choses plus rapidement que d’habitude etc.

qui génèrent

Des réponses physiques comme par exemple :
- les sens sont plus exacerbés,
- le cerveau se chauffe,
- avoir une pêche d’enfer/de l’énergie à revendre,
- avoir la bougeotte etc.

Ci-dessus le modèle type de l’hypomanie. N’hésite pas à personnaliser ton cycle.

Le cycle de la colère

Des déclencheurs comme par exemple :
- le rejet,
- la critique,
- la moquerie,
- ne pas être apprécié(e),
- être contrarié (e),
- être frustré(e),
- avoir un mauvais carnet,
- être malade,
- le divorce des parents,
- des problèmes familiaux et autres

qui génèrent

Des pensées automatiques comme par exemple :
- il m’a cherché (e)
- tout le monde m’en veut/tout le monde m’attend au tournant
- laissez-moi tranquille
- la vie est injuste
- je déteste tout le monde
- je me déteste
- on ne peut rien y changer
- je ne peux rien faire
- je te ferai la peau en premier
- je m’en fous
- ce sont tous des enfoirés,
- etc.

qui génèrent

Des émotions négatives comme par exemple :
- l’irritabilité
- le désespoir
- la rage
- le sentiment d’être blessé
- d’être rejeté
- la haine
- très ennuyé
- perturbé
- exaspéré
- ras-le-bol
- l’envie de tout casser

qui génèrent

Des comportements négatifs comme par exemple :
- des bagarres (très fréquemment)
- de la consommation d’alcool/de cannabis
- blâmer les autres
- se faire du mal
- crier
- argumenter
- être sur la défensive
- ne pas faire ses devoirs
- insulter
- dire des méchancetés
- balancer des objets

qui génèrent

Des réponses physiques comme par exemple :
- avoir les muscles tendus
- une accélération du rythme cardiaque
- les sueurs
- les tremblements
- les joues rouges
- la mâchoire serrée
- le souffle coupé
- etc.

Ci-dessus le modèle type de la colère. N’hésite pas à personnaliser ton cycle.
 
 
---------------------------------------------
 
 
 

5 : Quʼest-ce que le tsunami des émotions chez les adolescents ?

1/01/2010

Bipo / Cyclo > Bipolarité infanto-juvénile > Adolescents bipolaires

Comprendre ce quʼest une vague émotionnelle et gérer ses émotions chez les adolescents.
Il existe  un GPS de l’humeur que tu peux utiliser quand tu affrontes des bouchons émotionnels : tu sors ta casquette d’officier de la circulation et tu libères les routes bloquées, en commençant évidemment par l’autoroute bouchée appelée "les pensées" (cf tome 4). Cette autoroute génère 2 types de pensées : les bloqueurs qui viennent du cerveau émotionnel et les facilitateurs qui proviennent du cerveau intelligent.

Le GPS est à consommer sans modération : aussi souvent que tu te sens envahi, débordé ou coincé par tes émotions. Il est important donc que tu t’entraînes à passer, quand ça ne va pas, de ton cerveau émotionnel  à ton cerveau rationnel. C’est là que réside la clef de la gestion de l’humeur !

Passons maintenant à la notion de "Tsunami émotionnel".

Les tsunamis émotionnels

On aurait pu parler de cyclones, de tempêtes, de volcan etc. Toutes ces images sont destinées à illustrer le côté rapide, furieux et intense que revêtent ces pensées automatiques négatives, et qui sont capables de tout détruire sur leur passage, te laissant tout misérable.

Nous allons ensemble détailler plusieurs types de tsunamis, ceux qui reviennent le plus souvent, que je vais d’ailleurs nommer cycle, en raison de leur récurrence : Les cycles de :  
-la colère
-la dépression
-l’hypomanie
-la faible estime de soi.

On va les étudier ensemble pour éviter dorénavant que tu y sois pris au piège.

Il est important de noter que ces cycles commencent généralement toujours par un déclencheur, qui alimente le cerveau émotionnel qui génère , en retour, des pensées automatiques négatives.

Nous allons donc prendre le taureau par les cornes.
Va donc à la recherche des situations dans ton passé, qui t’ont causé des problèmes. Sherlock, n’oublie pas en bon détective de te questionner les membres de la famille. Ils ont certainement des éléments auxquels tu ne penserais pas spontanément.

Les cycles des émotions négatives suivent toujours le même chemin. Cela commence par :
Des déclencheurs
qui génèrent
Des pensées automatiques négatives et dévalorisantes
qui génèrent
Des pensées négatives
qui génèrent
Des comportements négatifs
qui génèrent
Des réponses physiques


LE CYCLE DE LA DEPRESSION

Des déclencheurs comme par exemple : le rejet, la critique, la moquerie, ne pas être
apprécié(e), être contrarié (e), avoir un mauvais carnet, être malade, le divorce des parents, des problèmes familiaux et autres

qui génèrent
Des pensées automatiques négatives et dévalorisantes comme par exemple : Les choses ne vont jamais changer ; je suis un looser ; toute ma vie est un échec ; personne ne m’a jamais aimé, personne ne m’aime et ne m’aimera jamais ; ma vie ne vaut rien et elle ne vaudra jamais rien ; je ne sers à rien ; à quoi bon ?  etc.

qui génèrent
Des émotions négatives comme par exemple : Le désespoir, la tristesse, le sentiment de solitude, le rejet ; de la contrariété, de l’irritabilité, du découragement,  des sentiments de dévalorisations, etc.

qui génèrent
Des comportements négatifs comme par exemple : ne rien faire, manquer l’école, traîner, ne pas parler, se faire du mal, être en retrait, fumer du cannabis etc.

qui génèrent
Des réponses physiques comme par exemple : une petite forme, un petit appétit, de l’insomnie, des troubles de concentration, une perte ou une majoration de poids etc.

Ci-dessus le modèle type de la dépression en général. N’hésite pas à personnaliser ton cycle.

------------------------
 

3 : l’embouteillage émotionnel

1/01/2008

Bipo / Cyclo > Bipolarité infanto-juvénile > Adolescents bipolaires

Et lorsque les émotions surgissent de partout, omment faire pour les maîtriser ?
Nous t’invitons à te poser, dans un premier temps, une première série de questions :
  • Est-ce que ça t’est déjà arrivé d’être coincé dans un embouteillage ?
  • A quoi cela ressemble-t-il ?
  • Quels ont été tes sentiments à ce moment ?
  • Que font les personnes qui y sont généralement coincées ?
Après avoir répondu à la première série, attaque-toi à la seconde :
  • Quels sont les points communs entre un trafic et un trafic émotionnel ?
  • Est-ce que ça t’est déjà arrivé d’être coincé au niveau émotionnel, ne trouvant aucune issue ni porte de secours ?
Rappel : élaborer un premier objectif puis le préciser t’ont permis de clarifier le chemin que tu veux suivre
Parfois, comme nous l’avons précisé auparavant, tu ne peux plus avancer dans le chemin que tu étais en train de suivre à cause du trafic.
Ce genre de bouchon est causé par 5 routes qui convergent. Il faudrait avant de pouvoir poursuivre son voyage de le dégager. Avant de le faire, tu as besoin d’un GPS ou d’une carte routière qui te permet de savoir clairement et exactement où, comment et pourquoi ces routes convergent.

Le nouveau (3ème) outil que l’on va rajouter à ta boîte à outil est le GPS, car en étudiant précisément et en apprenant tout ce que l’on peut savoir sur ces routes, que tu seras capable de dégager ton trafic émotionnel.
Garde à l’esprit que les gendarmes qui gèrent la circulation connaissent très bien les routes. Ils connaissent précisément les intersections des routes, mais ils savent aussi, laquelle ils doivent fluidifier en premier pour rétablir la circulation. Pour que ton voyage puisse se poursuive, tu seras cet officier de policer qui doit fluidifier la circulation de ses propres émotions.

Alors, étudions ensemble ce GPS, apprends tout ce que tu dois apprendre sur ces 5 routes et fais avancer les voitures.

Une première chose très importante à apprendre est que les grandes émotions associées à ces hauts et à ces bas n’arrivent pas d’une manière isolée. En réalité, les grandes émotions sont liées à 4 facteurs importants qui doivent être examinés clairement.
Ces grandes émotions et les 4 autres facteurs constituent les 5 routes qui provoquent l’embouteillage émotionnel. Or, ces grandes émotions peuvent être débordantes et souvent t’aveugler. Tu as souvent l’impression que lorsque tu vis une grande émotion, il n’y a rien d’autre qui se passe au même moment où tu l’expérimentes. Détrompe-toi !! Certaines choses cruciales ont lieu à ce moment-là. Cependant, si tu regardes de plus près, alors tu verras le lien entre les 5 routes :
  • les déclencheurs (ce qui est apparemment responsable de ton émotion)
  • les pensées (toutes les idées et images qui te traversent l’esprit)
  • les émotions/ les sentiments (ce que tu ressens)
  • les comportements (ce que tu fais)
  • les réponses physiques (ce qui se passe dans ton corps)
Etudie-les clairement pour apprendre à mieux gérer tes émotions.
Cela te semble compliqué ? Ne te décourage pas ! Jette un coup d’oeil sur le schéma ci-dessous, il  t’aidera à mieux visualiser tout ce qui se passe.

Schéma d’embouteillage
  • Déclencheur
  • Réponses physiques
  • pensées
  • Comportements
  • Emotions
Imagines que chaque élément est une voiture et que toutes ces voitures convergent vers la même route, d’où le risque de blocage, de bouchons voire d’accidents. Tu vas donc te transformer en cet officier qui doit gérer le trafic et surtout éviter les accidents.
Alors, on va s’arrêter ensemble sur ce schéma et se poser quelques questions :

1-Qu’est-ce que tu remarques quand tu l’observes ?
2-Qu’est-ce que tu ressens quand tu es coincé dans un embouteillage ?
- Quelles sont les pensées qui te traversent l’esprit à ce moment ?
- Comment ton corps réagit-il ?
- Qu’est-ce tu fais ?
- Comment peut-on relier tout ça au trafic émotionnel ?
3-Au milieu de ce schéma, choisis un chiffre entre 1 et 10 qui décrit au mieux à quel point tu es coincé dans tes émotions (sachant que 10 est le chiffre maximal). Puis au-dessous du chiffre, écris l’émotion dans laquelle tu es coincé.

Pour t’aider encore plus à comprendre tout ça, revenons à notre ami Ludo. Avant d’apprendre à gérer ses émotions, Ludo, avait déménagé à Paris, suite au divorce de ses parents. Il habitait à Amiens et en s’installant à Paris, il s’est retrouvé sans amis.  Il devait également intégrer un collège où il ne connaissait personne. Il détestait Paris. Il se disait que "Je ne me plais pas du tout ici, alors à quoi bon faire de nouveaux amis ?". Ludo en voulait à ses parents, il ne comprenait pas pourquoi ils ont divorcé, pourquoi il a dû déménager et s’éloigner de ses amis. Plus le temps passait, plus Ludo s’isolait au collège. Il s’ennuyait à mourir et détestait la plupart de ses profs qu’il trouvait nuls. Il lui est même arrivé de sécher certains cours, n’y voyant aucune utilité. Un jour, il a été chopé, et sa mère était très en colère. Ludo s’est senti très mal à ce moment-là, il n’avait absolument pas l’intention de faire de la peine à sa mère. Alors, il s’est dit que de toutes façons, quoiqu’il fasse, il le rate. Alors, il a décidé d’arrêter de faire des efforts, car pour lui, cela ne servait â rien.
Ainsi, Ludo était de plus en plus en colère. De plus, il était très malheureux et appréciait de moins en moins de choses. Il perdit même son sommeil et son appétit. Et il se sentait de plus en plus mal, ne voyant pas d’issue. Il était coincé et pris au piège du cercle vicieux de la colère en particulier et de son humeur en général. C’est grâce à son entraînement qu’il a réussi à s’en sortir. Mais nous ne t’en dirons pas plus. Voyons, si tu peux trouver les 5 routes dans son histoire.


Allez au travail ! Maîtrise  ton 3ème pouvoir en essayant de reconnaître les 5 routes dans l’histoire de Ludo.

- Quels sont les déclencheurs qu’on va nommer les (D) ?
- Quelles sont ces pensées qu’on va nommer les (P) ?
- Qu’a-t-il ressenti ? Quels sont ces émotions que l’on va appeler les (E) ?
- Qu’a-t-il fait, quels ont été ces comportements que l’on va nommer les (C) ?
- Comment son corps a t-il réagi (R) ?

Avant de clore ce tome, exerce-toi encore une fois, à travers le tableau ci-dessous, pour apprendre à mieux te servir de cet outil. Mets une croix dans la case correspondante à la route identifiée.
D P E C R
Tout ce que je fais est nul x
Je suis irritable x
Louper un examen x
Personne ne mʼaimex
Je me mets en colère intense x
Faire des reproches aux autres x
Je suis embarrassé
Je parie que mes copains sont meilleurs que moi
Mon coeur bat très vite
Je suis angoissé
Je m’en fous
Il me cherche
Mes parents ont divorcé
Je suis coincé dans un embouteillage
Je suis assez nerveux
Je déménage
Je transpire
On a volé mon porte-feuille
On me taquine
On me critique
Je suis toujours celui qu’on critique
J’ai séché les cours
Je me sens triste
Je prends de la drogue ou je bois de l’alcool
Je balance mes affaires dans la chambre
Je m’isole de mes amis
J’ai des difficultés à respirer
Je n’en peux plus
Rien ne va changer
Je me sens seul
Je pleure
J’ai mal à la tête
Personne ne peut vraiment changer

A retenir

  • 5 routes convergent et sont responsables de l’embouteillage émotionnel des ados bipolaires
  • Les grandes émotions que tu ressens dans lesquelles tu te sens submergé sont liées (même si cela paraît â prime abord difficile à croire) aux déclencheurs, à tes pensées, à tes comportements ainsi qu’à tes réponses corporelles
  • En apprenant à les reconnaître  (les 5 routes), tu apprendras à gérer plus efficacement ton flot émotionnel
  • Il y a une intersection entre ces 5 routes
  • Le moindre changement dans une des routes, change le cours des 4 autres
-------------------------
 

2 : Le bien-être émotionnel, plus en profondeur

1/01/2008

Bipo / Cyclo > Bipolarité infanto-juvénile > Adolescents bipolaires

Passer du je mʼen fous à je me donne des objectifs pour traverser mon adolescence.
Revenons à la notion de bien-être émotionnel. Nous allons donc apprendre de nouvelles aptitudes que tu pourras utiliser pour atteindre cet état. Tu as déjà commencé à construire le chemin en élaborant des objectifs à atteindre.

Mais en réalité, qu’est-ce que cela signifie ?
La meilleure façon de le savoir est de se demander à quoi ressemble un adolescent qui gère bien ses émotions. Afin de t’aider à répondre à cette question, prenons un exemple :

Ludowic est un jeune de 14 ans en classe de 3ème. Il était décrit comme ayant des colères intempestives et comme n’arrivant pas à s’en sortir à l’école. Ses notes baissaient progressivement et il présentait des difficultés relationnelles avec ses professeurs. Cela énervait beaucoup Ludowic intérieurement, mais il ne voulait l’admettre en aucun cas. Il disait à tout le monde, que l’école était le cadet de ses soucis. C’était sa réponse face aux difficultés quotidiennes rencontrées.
Au début, ça marchait bien, il disait aux autres qu’il n’en avait rien à faire, et on le laissait tranquille. Il pensait qu’en étant "m’enfichiste", il aurait la paix et de plus, il ne penserait plus à ses problèmes. En réalité, il faisait de son mieux pour ignorer ses problèmes pensant ainsi les faire disparaître.
Au bout d’un certain temps, il réalisa que cette manière de gérer les difficultés étaient inefficaces, parce qu’il devenait, au fur et à mesure des jours, de plus en plus malheureux, et sa colère montait de plus en plus. Il ne trouvait pas de moyen pour mieux se sentir dans sa peau et commença à penser qu’il ne serait jamais heureux.


A travers cette série, Ludo apprit qu’il ne faisait souvent pas le bon choix pour aller mieux et résoudre ses problèmes. Il pensait que son attitude était la seule façon de les résoudre. En réalité, il ne savait pas faire autrement pour s’en sortir. Il apprit donc qu’il y avait plusieurs façons différentes de faire, pour faire de l’adolescence, un passage plus agréable.

Au fur et à mesure de son voyage vers le bien-être, Ludo commença à changer. Il réalisa que son "je m’en fous" n’était pas très utile. Il accepta donc de regarder ses problèmes de plus près et de ne plus se persuader qu’il "s’en foutait". Il s’est même engagé à changer et a atteint ses objectifs à travers les efforts qu’il a accompli et tout le boulot qu’il a effectué.

A ton avis, qu’a fait Ludo, au tout début pour commencer à résoudre ses problèmes ?
Que penses-tu de la manière dont il les a gérés ?
Est-ce que tu as déjà fait pareil auparavant ?

Au début, il ne pensait pas du tout que ce genre d’exercices pouvait l’aider, mais il décida d’essayer.
Est-ce qu’il t’est déjà arrivé de penser comme lui ? Prends quelques minutes pour y réfléchir.

Ludo, dans l’objectif de mieux se sentir dans sa peau, a dû changé de devise. Il a adopté des principes comme :
  • Je ne m’en fous plus : c’est important pour moi
  • Résoudre ses problèmes efficacement est un plus dans la vie
  • Etre conscient de ce qui nous arrive est important pour faire ce que l’on a envie de faire dans la vie
  • Les émotions, tout le monde en a, et ça se gère !!!
Maintenant que tu vois mieux ce que nous voulons dire par "être mieux dans sa peau", on peut alors continuer.
N’oublie pas, ces astuces sont ta boîte à outils. Allez, passons donc aux choses plus sérieuses. Ouvrons cette boîte à outils. Et commençons par apprendre un nouvel outil : rendre tes objectifs plus clairs.
Pour cela, il est généralement important d’y revenir. Tu découvriras qu’ils sont probablement vagues et pas assez bien définis. En les fragmentant en petits morceaux plus spécifiques, tu pourras observer et mesurer ton évolution tout le long de ton voyage. C’est tellement plus motivant !

Pour les rendre plus précis, réponds aux différentes questions ci-dessous :
  • Quelles sont les différentes étapes nécessaires â la réalisation de mon objectif ?
  • Qu’est-ce qui, aujourd’hui, me cause des problèmes ? Comment je sais que je vais mieux ?
Ces questions doivent te servir de guide pour remplir le tableau ci-dessous.
Choisis ton premier objectif et remplis la deuxième et troisième colonne

Tableau : faire de mes objectifs globaux des objectifs spécifiques
L’objectif global Quels sont les changements que je souhaiterais observer ? Mon objectif révisé
Je veux m’aimer davantage Reconnaître les aspects positifs de ma personnalité Reconnaître et lister mes forces
J’arrête de m’en vouloir à mort quand je commets des erreurs J’accepte de faire des erreurs, cela fait partie de la vie
A toi

A retenir

  • L’objectif de ce tome est de fragmenter tes grands objectifs en petits objectifs
  • Te souvenir toujours que l’on peut apprendre à résoudre les problèmes de différentes façons dont certaines sont plus efficaces que d’autres
------------------------
 

1 : Le GPS de l’humeur

1/01/2008

Bipo / Cyclo > Bipolarité infanto-juvénile > Adolescents bipolaires

Comment un adolescent peut franchir le cap de lʼadolescence ? Comment lʼy aider ?
Une grande partie de notre bonheur ou de notre misère est tributaire de nos prédispositions et non des circonstances, comme le croient beaucoup de personnes. On les porte en nous, et cela où que nous allions.

L’adolescence un passage difficile ?

L’adolescence est une période délicate qui peut être très difficile pour beaucoup de jeunes.
A certains moments, tu rigoles à te briser les côtes, et à d’autres, tu penses que les choses ne peuvent pas s’améliorer.
Tu surfes sur des vagues très belles et parfois tu es embarqué à dix mille lieux sous terre. C’est comme les montagnes russes. Avec ces hauts et ces bas, ces retournements, ces changements, les choses se passent parfois tellement vite que cela peut te donner le vertige. C’est un moment où tu as l’impression que les adultes ne te comprennent pas ; en revanche, tes amis deviennent très importants à tes yeux, beaucoup plus que tu ne l’aurais jamais imaginé !

C’est également le temps des premières fois : ton/ta premier(e) copain/copine, ton/ta premier(e) flirt, ton premier job, ton premier chagrin d’amour.
C’est également le moment des décisions importantes, l’orientation au collège, le moment des décisions qui influenceront ton avenir.
C’est un moment où tu as le sentiment d’être pris "entre deux" : tu n’es pas un adulte, même si certains de tes profs attendent de toi que tu le sois ; tu n’es plus en enfant et cela, tes parents aimeraient que tu le demeures.

Pris au milieu de ces contradictions, il est difficile pour toi d’imaginer l’adolescence comme une phase de ta vie et non comme ton existence entière. Tu es embrouillé par ses passions et coincé au milieu. Tu réagis avant de réfléchir et tu sautes aux conclusions avant de comprendre quoique ce soit à l’histoire, ou à ce qui t’arrive.  Quand tu présentes un trouble bipolaire, tout cela est encore plus vertigineux. Tu as peut être besoin d’un GPS pour t’aider à trouver ton chemin, dans ce MAZE appelé l’adolescence.

Objectif : Acquérir son propre GPS pour apprendre à gérer son humeur au quotidien

Il existe 5 rues (qu’on développera ensemble plus tard) qui convergent et qui peuvent provoquer des embouteillages émotionnels.

A travers cette série de documents, tu découvriras en détails ces différentes voies. L’objectif est d’apprendre des techniques qui  t’habiliteront à manoeuvrer ces 5 chemins pour mieux négocier tes propres embouteillages. Nous souhaitons donc que tu te relaxes, que tu prennes du plaisir et que tu apprécies le voyage.

Mais avant d’aller plus loin, nous te recommandons de te poser plusieurs questions (qui figurent ci-dessous) :
  • Quelles sont les émotions qui sont pour toi les plus difficiles à gérer ?
  • Qu’est-ce que tu fais d’habitude pour t’en sortir (de tes émotions ?)
  • Quelles sont les conséquences de ce que tu fais d’habitude(qui sont souvent inefficaces ?)
  • Qu’est-ce que se signifie pour toi la gestion ? Et la gestion émotionnelle ?
Une devise indispensable pour permettre au voyage d’être le plus agréable possible et le plus efficace.

Etre sympa avec toi-même, croire en ce que nous faisons ensemble et persévérer, persévérer et toujours persévérer.

LES BASES

Cette série représentera ta boîte à outils qui te permettra de gérer la colère, la dépression, l’excitation, l’anxiété, la panique, le stress et ton estime de toi-même qui peut être souvent très basse.
  • Comment faire ?
Ouvrir la boîte à outils, choisir le bon outil et l’utiliser pour mieux gérer tes émotions. Il est certain que tu rencontreras certaines difficultés !
La clef du succès est d’utiliser parfois, plusieurs outils à la fois, mais aussi de s’accrocher, d’essayer et de réessayer jusqu’au moment où ça finit par bien marcher. C’est comme apprendre à monter à vélo ou à monter à cheval, plusieurs essais sont parfois nécessaires avant de réussir à bien maîtriser l’activité.
  • Pourquoi faire ?
Pour arriver au "bien-être" émotionnel. Prenons donc cette route !
  • Attache donc ta ceinture !
Prendre la route est équivalent à construire une maison. Ainsi, pour réussir son voyage, on a besoin avant toute chose d’un plan qui servira de support à tes actions ultérieures. Tu pourras souvent y revenir pour vérifier l’avancement du chantier. Alors ton plan portera sur les changements que tu souhaites atteindre qui te permettront de mieux gérer tes émotions ou en tout cas, de les gérer d’une manière plus efficace.

Les objectifs

Ouvrons donc cette boîte à outils et sortons le premier outil : les objectifs.

Commençons donc par leur élaboration. Pour cela, une règle est imposée : celle des 3 "oui".
3 questions sont nécessaires pour te permettre de vérifier que tes objectifs sont réalisables :
  • Est-ce que mes objectifs impliquent que je change moi-même (et non pas que les autres changent ?)
  • Est-ce que mes objectifs impliquent des choses sur lesquelles on a d’habitude le contrôle ?
  • Est-ce que mes objectifs sont réalistes ?
Allez un peu d’exercices ! Entraînons-nous :
 
------------------------

4 : Lʼautoroute des émotions

1/01/2008

Bipo / Cyclo > Bipolarité infanto-juvénile > Adolescents bipolaires

Qui faut-il écouter ? Le cerveau émotionnel ou le cerveau rationnel ? Difficile de choisir lorsque lʼon est un adolescent.
Reprends le schéma du trafic des sentiments. Sur quelle route es-tu coincé(e) ?
A ton avis, quelle est la route que tu dois fluidifier en premier ?

Une route pas comme les autres

Il est important de savoir que malgré le fait que ces routes convergent provoquant ainsi des embouteillages, il y en a une parmi ces 5 qui est plus digne d’une autoroute que d’une simple rue.Quand celle-ci est bloquée, le bouchon peut durer très longtemps et tu ressens que tu es submergé par tes émotions.
Cela rend donc ta tâche compliquée, notamment lorsque tu roules vers le bien-être.
Pour cela, il faut évacuer les voitures notamment celles en provenance de l’autoroute.

Est-ce que tu as déjà entendu des expressions comme "c’est la pensée qui compte" ou "si tu es capable de le penser, cela signifie que tu es capable de le faire" ou encore une plus connue comme "je pense donc je suis" ?
Toutes ces expressions nous montrent à quel point la pensée peut jouer un rôle important dans la manière dont tu vis certaines situations. Cela est particulièrement vrai dans les hauts et bas que tu expérimentes à cause de la bipolarité et de l’adolescence. La pensée qui te traverse l’esprit au moment où tu es coincé dans le trafic déterminera si tu y resteras coincé ou pas.

Il existe deux types de pensées :
  • Celles qui bloquent le trafic
  • Celles qui le fluidifie
Il est très important de se familiariser avec chacune d’entre elles, pour mieux gérer ses émotions et poursuivre plus paisiblement son chemin.

Comment savoir que je suis dans un bouchon émotionnel ?

Tu te trouves dans un bouchon émotionnel, quand tu es très en colère, très frustré, quand tu es en dépression, quand tu es anxieux.

Tu es dépassé par tes propres émotions ; tu ressens et tu penses que jamais tu pourras t’en sortir. Tes pensées "autoroutes" génèrent des pensées, des idées que nous appelons les "bloqueurs de la circulation". Ce sont des pensées qui viennent de ton cerveau émotionnel, et tant que tu ne les as pas vérifiées, le trafic est maintenu bloqué.

Quand on gère ses émotions efficacement, la circulation est fluide. Les pensées "autoroutes" génèrent ce que nous appelons, "les facilitateurs  de la circulation", qui sont générés par le cerveau de la raison. Même si la situation est difficile, tu ne te sens ni coincé ni dépassé par tes émotions.  Solliciter son cerveau intelligent est un apprentissage que tu pourras faire avec cette série.

Pour fluidifier la circulation émotionnelle, il est important que tu puisses identifier le type de pensées et prendre conscience de leur impact sur tes sentiments et comportements.

Deux cerveaux pour une seul ado

Quand les pensées surgissent du cerveau émotionnel, elles peuvent être négatives (et automatiques), ce qui est responsable des bouchons. Celles qui sont générées par le cerveau rationnel peuvent être plus positives et plus réalistes ;  elles prennent du temps pour être apprises. Et comme chaque type de pensées véhiculent des émotions différentes
Le cerveau émotionnel peut être très puissant. Il réagit très vite. L’on sait que c’est le cerveau émotionnel qui prend le contrôle quand nous sommes submergés par nos émotions et que l’on n’arrive pas à aller mieux quoique l’on fasse

Un cerveau émotionnel peut dire :
Je suis un looser
Je m’en fous
Je ne servirais jamais à rien
Personne ne m’aime
Rien ne marche dans ma vie


Un cerveau rationnel peut dire :
Ce n’est pas grave de demander de l’aide
J’arrive à faire certaines choses
Ca peut arriver de commettre des erreurs
Je peux apprendre certaines choses


Pour s’assurer que tu as bien compris, faisons un exercice.
Voici 2 étudiants, Charlotte et Bruno qui ont raté leurs examens de Maths

Charlotte
"Je n’arrive pas à croire que j’ai loupé cet examen. J’ai tellement bossé. Pour le prochain, je devrai bosser davantage et peut-être que je demanderai à mon amie qui l’a réussie de m’aider"
Bruno
"Je n’arrive pas à croire que j’ai loupé cet examen. Quoique je fasse, je finis toujours par le louper. A quoi bon travailler ? Je m’en fous. Je ne travaillerai plus jamais les cours. A quoi ça sert de travailler, si on finit par tout louper ?"

Qui, des pensées de Charlène ou de Bruno, sont sous l’influence du cerveau émotionnel ?

Les pensées générées par le cerveau émotionnel ont un impact très puissant sur les émotions des ados. Ces pensées et ses émotions, à leurs tours, te poussent à agir d’une certaine façon.

Comprendre le lien entre les pensées et les émotions est très important dans ton voyage vers le meilleur être.

Le cerveau émotionnel
Les pensées automatiques négatives provoquent des émotions automatiques négatives qui provoquent des comportements automatiques positifs qui alimentent en retour des pensées automatiques négatives

Le cerveau intelligent
Les pensées automatiques positives provoquent des émotions positives qui provoquent des comportements positifs qui alimentent en retour des pensées automatiques positives

Allez encore un exercice qui t’aidera à améliorer tes compétences
Pensées Cerveau émotionnel ou cerveau rationnel Emotions possibles Comportements possibles
Ce cours est très dur, je suis sûr que je vais le rater
Je ne pourrais pas faire partie de ce groupe, les autres ados ont l’air tellement plus intéressants
Je ferai mieux la prochaine fois. Et je ferai du mieux que je peux
Le pire truc qui puisse m’arriver ? Si je l’invite à danser, elle pourrait refuser. Au mieux, elle pourrait accepter. Je ne le saurais pas si je ne le lui demande pas
Tout le monde ici est si désagréable. J’aurais tellement souhaité ne pas avoir déménagé à Paris
Je suis tellement stressé d’intégrer une nouveau collège. Mais il y a tellement de nouvelles personnes à rencontrer
Allez, encore un exercice. C’est en forgeant que l’on devient forgeron !!
Pensées Cerveau émotionnel ou cerveau rationnel Emotions possibles Comportements possibles
Personne ne me respecte
Je ne réussirai jamais
C’est important pour moi
C’est très difficile pour moi, mais je continuais à persévérer
Je ne peux pas faire plaisir à tout le monde tout le temps, et ce n’est pas grave
Je déçois tout le monde
Je suis une personne importante
Jamais ma vie ne s’améliorera
Je suis un bon ami
Je ne veux pas aller à l’école, c’est trop dur pour moi 

 

 



23/04/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 102 autres membres

design by ksa | kits graphiques by krek