Conséquences d'une crise bipolaire aigue?

 

Conséquences d'une crise bipolaire aigue?

J'ai 60 ans. Début 2008 je débute pour la première fois une forte crise bipolaire. Je déraille, fait des folies, argent, femmes, achats inconsidérés, violence, invulnérabilité etc. Cet état m'entraine dans l'acoolisme grave. En mai 2009 je ne suis plus gérable. Ma famille me fait interner d'office dans une unité spychiatrique. J'en sors fin septembre 2009, 4 mois après pour sombrer dans une immense dépression qui fait de moi un légume sans vie. J'ai arrété totalement l'alcool depuis cette date. On me soigne lithium et anti dépresseur à faible dose pour ne pas réveiller la maladie. Peu à peu je retrouve conscience et mes capacités. Aujourd'hui je pense être guérri. Calme, sobre, équilibré, souriant. Tout serait parfait si ce n'est que j'ai totalement perdu le goût des passions qui m'ont fait vivre et que j'ai pratiqué, les beaux arts, la musique, la gastronomie. C'est étrange comme une voix qui m'en détourne.
Je peux trés bien vivre sans, mais c'est dommage, car c'était une grande partie de ma vie. J'en ai parlé au spy qui me suit, sans réponse.
Avez vous entendu parler d'un cas semblable ? Pensez vous que ça relève de la spycologie plutôt que de la spychiatrie qui semble impuissante en ce cas.
Merci de vos commentaires
Victoria by Victoria
Membre depuis :
28 février 2007
Total des points :
35 406 (niveau 7)

Meilleure réponse - Choisie par le demandeur

On guérit d'un épisode bipolaire mais pas de la maladie bipolaire.

Les passions sont justement les épées de Damoclès des bipolaires et les médics spécifiques sont justement là aussi pour contenir les passions qui peuvent entraîner des épisodes pathologiques chez les bipolaires. C très similaire chez énormément de bipolaires, théoriquement, vous devriez avoir un programme bipolaire dans votre ville ou votre région qui pourra vous expliquer tout ça.

La psychiatrie est loin d'être impuissante, c peut-être vous qui n'êtes pas encore prêt à entendre certains éléments ou votre psychiatre qui ne communique pas assez avec vous. Et puis vous écrivez sur une "immense" dépression, laquelle n'est peut-être pas tout-à-fait finie mais une fois sorti de cet "immense" épisode, vous avez besoin de réentrer dans la vie dite courante et ça prend du temps, surtout après une longue hospitalisation. Il y a aujourd'hui plusieurs associations de personnes bipolaires, y aller pourrait être instructif pour vous.

Sources :

soignante de la santé mentale et proche de plusieurs personnes bipolaires.
  • Il y a 3 ans


31/05/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 105 autres membres

design by ksa | kits graphiques by krek