Dépression : les psychothérapies

 

Dépression : les psychothérapies

Dépression : les psychothérapies

La dépression n'est pas qu'une affaire de médicaments. A eux seuls, les antidépresseurs n'en viendront pas à bout car ils traitent les symptômes, pas la maladie. La souffrance psychique qu'endurent les patients dépressifs nécessite une écoute. Le point sur les différentes psychothérapies pour soigner la dépression.

En cas de dépression, les psychothérapies offrent un soutien psychologique essentiel

Le soutien psychologique permet de mieux connaître sa maladie, de prévenir une rechute de la dépression et de savoir demander de l'aide si nécessaire. Il permet d'apprendre à ces patients, souvent fragiles, à mieux vivre leurs émotions et les tensions de la vie quotidienne. Il existe trois types de psychothérapies capables d'aider un dépressif :

  • les thérapies cognitivo-comportementales ;
  • les psychothérapies interpersonnelles ;
  • les thérapies psychodynamiques, comme la psychanalyse ou les thérapies d'inspiration psychanalytique.

Ces trois types de psychothérapies ne s'opposent pas. Au contraire, on assiste peu à peu à une interpénétration de ces trois méthodes, qui s'adaptent et empruntent les unes aux autres. On différencie cependant les thérapies brèves structurées, que sont les thérapies cognitivo-comportementales et interpersonnelles, des thérapies psychodynamiques.

  • Les premières sont centrées sur le moment présent. Elles visent à aider le patient à développer ses compétences afin de gérer ses difficultés actuelles. Le thérapeute, ici directif, informe en détail sur la maladie, la thérapie, les objectifs et la durée de la prise en charge. L'objectif est d'entraîner une modification des symptômes et des conduites.
  • Inversement, les thérapies psychodynamiques sont centrées sur le passé. Le patient revit et comprend des éléments de son histoire personnelle laissés dans l'ombre. L'objectif est cette fois d'aider à une modification conséquente de la personnalité sous-jacente.

Les thérapies cognitivo-comportementales

Les thérapies cognitivo-comportementales interviennent sur les pensées négatives et les distorsions cognitives. Pratiquement, elles démontent les trop grandes exigences du déprimé vis-à-vis de lui-même, lui permettent de ne plus évaluer le réel en ne voyant que le pire et l'amènent à juguler ses idées négatives automatiques. En effet, ce mécanisme de pensée fausse l'intégration de la réalité en ne retenant que le côté négatif. Le dépressif traite mal l'information et se maltraite ainsi.

Le premier objectif du thérapeute sera de lui en faire prendre conscience. Viendra ensuite un temps d'auto-observation, puis de critique et enfin celui de développer des pensées alternatives. Cette gymnastique intellectuelle amène le patient à réfléchir systématiquement à des hypothèses inverses de celles, négatives, qui lui viennent automatiquement à l'esprit. La dernière étape sera celle de la mise en pratique dans la réalité.

Les psychothérapies interpersonnelles

Les psychothérapies interpersonnelles prônent le rôle fondamental d'une intégration harmonieuse de l'individu dans son environnement. Partant de l'idée qu'un dysfonctionnement des liens interpersonnels serait à l'origine de la dépression et l'entretiendrait, cette psychothérapie vise à développer les capacités relationnelles du patient pour améliorer les troubles dépressifs. Peu capable d'interactions positives avec son entourage, le dépressif vit isolé.

Le thérapeute devra lui apprendre à améliorer de façon globale ses compétences relationnelles, à développer une meilleure identification des sources d'insatisfaction au niveau relationnel et à modifier ses schémas comportementaux automatiques vis-à-vis des problèmes de situation. Le patient devra pour cela s'observer finement et analyser les situations en réel, apprendre à résoudre les problèmes sans surcharge affective et s'entraîner à la communication (jeux de rôle).

Les thérapies psychodynamiques : psychanalyse et psychothérapies d'inspiration analytique

L'approche psychanalytique considère l'épisode dépressif comme une régression liée à l'existence de conflits infantiles inconscients non résolus. La dépression correspondrait à la réactivation d'une blessure narcissique ancienne, une sorte de vieille cicatrice qui resurgit, car un conflit interne n'a pas été résolu.

Basé sur la théorie freudienne, le fondement de la cure psychanalytique consiste à accéder aux conflits sous-jacents qui sont à l'origine des tendances dépressives. Le patient réactualise ces conflits et s'essaye à les transférer de lui sur la personne du thérapeute. Il peut ainsi comprendre ses mécanismes de défense et ses résistances.

Cette démarche est énergétiquement coûteuse, mais lui permettra ensuite d'acquérir sa liberté. Classiquement, un état dépressif est une contre-indication à une psychanalyse en raison des remaniements importants qu'elle impose à un moment où le sujet est en période de grande fragilité ; elle s'adresse donc aux dépressions névrotiques.

C'est pourquoi, une adaptation aux dépressifs a été réalisée, on parle alors de psychothérapies d'inspiration psychanalytique (plus directive, plus courte, plus interactive et renforçant le Moi).

Mis à jour par le 11/01/2012
Créé initialement par Isabelle Eustache le 18/06/2003

Sources : Dr Dominique Barbier, "La dépression", Editions Odile Jacob.



27/05/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 102 autres membres

design by ksa | kits graphiques by krek