Dépression - Que se passe t-il dans le cerveau ?

 

Dépression

Etiologie

 Que se passe-t-il dans le cerveau ?
 Biochimie
 Causes

Il est important de réaliser que très peu de médecins reconnaîtraient en la dépression un phénomène purement biochimique. De nombreux autres facteurs y contribueraient, entre autres certaines conditions biologiques et génétiques, certains traits de caractère et les événements de la vie. En outre, il y existe plusieurs théories psychologiques de l'étiologie de la dépression. Les opinions les plus consensuelles sur la dépression sont sans doute :

  • qu'il s'agit d'une affection complexe
  • qu'il n'existe aucune explication unique sur sa cause
  • qu'il n'existe aucun traitement efficace dans tous les cas.

Que se passe-t-il dans le cerveau

Les régions du cerveau cerveau impliquées dans la dépression sont le prosencéphale prosencéphale et le système limbique système limbique.

Plusieurs structures du prosencéphale semblent participer à la dépression ; cependant, il n'est pas certain si c'est une perturbation dans ces régions qui cause la dépression, ou si elles sont tout simplement altérées par la maladie au cours de son évolution. Les zones du cerveau affectées sont les lobes lobes frontal frontal et temporal du prosencéphale, les noyaux gris centraux noyaux gris centraux et certaines parties du système limbique, notamment l'hippocampe, l'amygdale et le gyrus du cingulum gyrus du cingulum. Le cortex cérébral cortex cérébral contrôle la pensée, il est donc probable que des anomalies dans cette partie du prosencéphale sont responsables des pensées négatives typiques de la dépression.

L'hypothalamus et l'hypophyse jouent peut-être, eux aussi, un rôle dans la dépression, puisqu'ils participent à la régulation hormonale, et les concentrations accrues de certaines hormones jouent peut-être un rôle dans le maintien de l'état de dépression.

Les stress placés sur l'organisme activent l'axe hypothalamo-hypophyso-surrénalien. L'hypothalamus produit de la corticolibérine (CRF) qui, selon certaines hypothèses, jouerait un rôle dans l'apparition de certaines formes de dépression. La CRF stimule la sécrétion par l'hypophyse de corticotrophine, qui à son tour stimule la libération de cortisol par les glandes surrénales. Le cortisol provoque une baisse de l'humeur : environ 50 % des déprimés graves présentent des concentrations élevées de cortisol.

Dans le tronc cérébral tronc cérébral, les noyaux du raphé et le locus coeruleus locus coeruleus participent à la transmission des signaux aux autres parties du cerveau et sont probablement impliqués dans la dépression. Le déséquilibre ou la pénurie des neurotransmetteurs neurotransmetteurs sérotonine, noradrénaline et dopamine, sont impliqués dans la dépression, bien qu'il soit possible que l'altération de la fonction des récepteurs, et non la concentration des neurotransmetteurs, soit responsable de la dépression.

Biochimie

La théorie des monoamines suggère que la dépression est causée par une perturbation de la neurotransmission par la monoamine. Cette théorie fut développée pour la première fois pendant les années 1950, après la constatation que le traitement à la réserpine (un médicament antihypertenseur interdit dans de nombreux pays) pouvait induire une dépression. Par la suite, il a été découvert que le mécanisme d'action de la réserpine est d'épuiser les neurotransmetteurs monoamines, tels que la sérotonine et la noradrénaline, des neurones neurones (Kaplan et al., 1994). Il est permis de supposer que ceci engendrerait une carence en monoamines, ayant pour effet d'interrompre ou de diminuer la neurotransmission sérotoninergique et noradrénergique. Cette théorie fut appuyée par la mise au point des premiers antidépresseurs et la découverte de leurs mécanismes d'action.

  • Les antidépresseurs tétracycliques et tricycliques inhibent la recapture des monoamines de la synapse après la transmission. Ils affectent la recapture à la fois de la noradrénaline et de la sérotonine, avec quelques différences entre les divers ATC. Par exemple, les agents tels que la clomipramine affectent la recapture de la sérotonine plus que celle de la noradrénaline, tandis que les agents similaires à l'amitriptyline affectent la recapture de la noradrénaline et de la sérotonine de façon plus ou moins égale, et d'autres ATC affectent la recapture de la noradrénaline plus que celle de la sérotonine.

  • Les inhibiteurs de la monoamine-oxydase (I-MAO) inhibent la monoamine-oxydase, une des enzymes responsables de la dégradation de la sérotonine et de la noradrénaline. Ils affectent les concentrations à la fois de noradrénaline et de sérotonine.

La plupart des psychiatres admettent l'existence d'altérations biochimiques dans la dépression et le fait que celles-ci peuvent être incitées ou accélérées par les facteurs psychosociaux. L'équilibre de ces facteurs chez un individu peut déterminer une prise en charge appropriée grâce à une combinaison de médicaments et de thérapie psychosociale.


Le rôle de la sérotonine

Dans la dépression, les symptômes se manifestent souvent dans le cadre de fonctions telles que l'humeur et le comportement émotionnel, le sommeil et l'activité hormonale, qui sont contrôlées par les neurones sérotoninergiques. La conclusion intuitive est que la perturbation des activités sérotoninergiques joue probablement un rôle dans les causes de la dépression.

L'autopsie de sujets qui se sont suicidés révèle des concentrations de sérotonine inférieures à la normale chez les personnes atteintes de dépression. Toutefois, ces données ne sont pas concluantes, puisque les résultats de plusieurs études similaires sont contradictoires.

Dans la pratique, la principale preuve de l'implication de la sérotonine dans la dépression découle de la découverte que le traitement par des médicaments affectant spécifiquement la sérotonine est très efficace. Les inhibiteurs spécifiques de la recapture de la sérotonine (ISRS) sont des antidépresseurs efficaces ayant un puissant effet inhibiteur sur la recapture de la sérotonine, mais un effet minime sur la recapture d'autres monoamines ou sur les récepteurs des autres neurotransmetteurs.

Cependant, il semble probable que la noradrénaline est, elle aussi, impliquée dans la dépression. D'un point de vue anatomique, les neurones sérotoninergiques et noradrénergiques sont étroitement liés. Selon certaines hypothèses, l'inhibition spécifique de la recapture de la sérotonine s'exerce partiellement par effet de "contagion" sur la noradrénaline.

Icone caméraPlus de détails sur la sérotonine

Le rôle des réponses des récepteurs

On assiste à une augmentation de l'intérêt porté au rôle possible de l'altération des réponses des récepteurs dans la dépression. Toutefois, une simple carence en neurotransmetteurs ne suffit pas à expliquer la dépression.

"Régulation à la hausse" est un terme utilisé dans l'hypothèse selon laquelle la dépression serait associée à une augmentation globale du nombre de récepteurs postsynaptiques. Une théorie laisse entendre que ceci aurait pour effet d'augmenter la quantité de monoamines nécessaires pour produire une réponse.

Il s'est avéré difficile de démontrer la régulation à la hausse chez les patients déprimés, mais il existe des preuves que le traitement aux antidépresseurs tend à réduire le nombre des récepteurs - cet effet des antidépresseurs est parfois appelé "régulation à la baisse" des récepteurs. Le phénomène est déjà bien documenté pour les ISRS, les ATC et les I-MAO, ainsi que pour le traitement physique par électrochocs.

Une autre suggestion est que les antidépresseurs engendrent une augmentation de la sensibilité des récepteurs postsynaptiques, ayant pour effet la production d'une réponse proche de la normale par des concentrations réduites de neurotransmetteurs. Une autre théorie affirme que la dépression augmente la sensibilité des autorécepteurs présynaptiques qui modèrent la libération de la monoamine par un mécanisme de rétroaction. En conséquence, la quantité de neurotransmetteur devant être libérée avant "l'interruption" de la production est moins grande.

Causes

Facteurs contribuant à la dépression :

de prédisposition

d'incitation

de maintien

.

Evénements de la vie

Facteurs sociaux

Tendance familiale à la dépression

Deuil

Logement insalubre

Insécurité

Perte d'emploi

Mariage malheureux

Dépendance

Maladie de longue durée

Soucis financiers

.

Induite par les médicaments

Induite par les médicaments



Causes possibles de la dépression secondaire :

Autres troubles psychiatriques

Abus de drogues

Affection médicale chronique, douloureuse ou grave

Médicaments

Schizophrénie

Alcoolisme

Cancer

Antihyperten-
seurs

Troubles anxieux

.

maladie de parkinson Maladie de Parkinson

AINS anti-rhumatismaux
(par ex. aspirine)

Troubles de l'alimentation

.

AVC

.

.

.

Cardiopathie

.



03/11/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 106 autres membres

design by ksa | kits graphiques by krek