GRAND DOSSIER : Troubles érectiles

 

 

GRAND DOSSIER : Troubles érectiles

clic sur les liens

 

Difficulté érectile : Oser en parler

Dysfonction érectile : Qui consulter ?

L'essentiel sur les troubles érectiles

L'érection : comment ça marche ?

Comment prévenir les troubles de l'érection ?

Causes des dysfonctions érectiles

Femme, amante : quelle attitude adopter ?

Traitements médicamenteux des troubles de l'érection

Guide des inducteurs d'érection

Pompes à vide et prothèses péniennes

La recherche face aux troubles de l'érection

Index

Nos services

Erection médicaments
Voir aussi : Les solutions orales (comprimés)
Les injections (intra-caverneuses et intra-urétrales)

Administration trans-urétrale

Un petit dispositif appelé MUSE® a été conçu pour administrer des médicaments dans le pénis à travers l'urètre. Une fois le conduit introduit, une dose de médicament concentré (alprostadil) est administrée. Disponible en France depuis septembre 2001, ce dispositif bénéficie d'une efficacité toute relative.

Commercialisé aux Etats-Unis et en Angleterre, ce produit est en vente en France depuis le 3 septembre 2001.

Un peu de technique

Assez désagréable, ce traitement nécessite l'introduction d'une canule - contenant le médicament concentré sous forme de microbilles en plastique - dans l'urètre. Pour l'administrer, il suffit d'une simple pression sur l'embout du petit tube. Pour répartir le principe actif, il faudra ensuite masser le pénis pendant une dizaine de secondes. En traversant la muqueuse, le traitement atteint le corps caverneux et produit une érection en 10 à 15 minutes. Elle se prolongera entre une demi-heure et une heure.

Son efficacité est relative, car le pourcentage de réussite oscille entre 60 et 40 %. Selon certaines études, la pose d'un garrot à la base du pénis pourrait éventuellement augmenter ce taux de succès. Quoi qu'il est soit une explication claire du médecin est nécessaire pour ne pas voir le patient abandonner le traitement1.

Dispositif trans-urétral

Quelques complications

Les effets secondaires ne sont pas rares. Aussi un tiers des hommes ressentent des sensations de brûlures, et 5 % sont victimes de saignements au niveau de l'urètre.

Attention, si la partenaire est enceinte, il est recommandé de mettre un préservatif : l'alprostadil peut théoriquement favoriser l'avortement.

De récentes recherches plaident en faveur de son utilisation en combinaison avec un médicament par voie orale chez les personnes ne répondant pas à l'un des deux traitements pris séparément2. Mais le faible nombre d'hommes inclus dans cette étude ne permet pas de disposer aujourd'hui d'une réponse définitive.

David Bême

1 - Urology 2001 Aug;58(2):262-6
2 - Int J Impot Res 2002 Feb;14 Suppl 1:S38-42

Recommander sur Google
LA VIDEO DU JOUR
Publicité

 

 Inscrivez-vous à nos newsletters, c'est gratuit !

  Magazine (hebdo) Recettes (quotidienne)
  Beauté (hebdo) Grossesse (hebdo)
Gérer mes newsletters

Cliquez ici !


Le Guide.com
Cliquez ici !
Publicité




01/06/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 102 autres membres

design by ksa | kits graphiques by krek