Hallucination

 

 

Hallucination

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
 
Hallucination
Classification et ressources externes
August Natterer Meine Augen zur Zeit der Erscheinungen.jpg
Mes yeux dans le temps de l'apparition d'August Natterer.
CIM-10 R44
CIM-9 780.1
DiseasesDB 19769
MedlinePlus 003258
MeSH D006212
Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

Une hallucination est définie classiquement comme une « perception sans objet », et plus précisément selon Henri Ey comme une « perception sans objet à percevoir ». Elle se distingue d'une illusion, qui est une perception anormale d'un stimulus externe.

Les hallucinations peuvent affecter chaque sensvue, ouïe, odorat, toucher et goût — isolément ou simultanément. Les « hallucinations psychiques » qui ne présentent pas suffisamment de caractéristiques sensorielles peuvent être confondue avec une perception. Ils sont en général vécus comme des phénomènes psychiques empreints d'un sentiment d'étrangeté incluant notamment imposition de pensées, télépathie ou intrusion dans les pensées du patient.

Sommaire

 [masquer

Classification[modifier]

Les hallucinations peuvent se manifester sous de nombreuses formes[1]. Ses nombreuses formes d'hallucination peuvent affecter chaque sens, parfois simultanément, créant ainsi des hallucinations multi-sensorielles. Il faut également distinguer l'hallucination, qui associe à cette perception sans objet une perte de discernement, de l'hallucinose[2] au cours de laquelle le patient reste critique quant à la réalité de la perception expérimentée (exemples : syndrome de Charles Bonnet et hallucinose visuelle complexe, crises d'épilepsie temporale et hallucinose acoustique et/ou verbale ; hallucinose des buveurs décrite par Wernicke).

Vision[modifier]

L'hallucination visuelle désigne la perception de « quelque chose qui n'existe pas ou qui n'est actuellement pas présent devant le patient concerné[3] » et qui peut également (d'après certaines définitions) « perçevoir incorrectement les choses » (illusions).

Ouïe[modifier]

Les hallucinations sonores (également connues sous le terme de paracusie[4]) sont la perception du son sans stimulus externe. Les hallucinations sonores peuvent se diviser en deux catégories : élémentaires et complexes. Les hallucinations élémentaires sont la perception de son qui incluent sifflements, tonalité prolongée et plus encore. Dans de nombreux cas, l'acouphène est une hallucination sonore élémentaire. Cependant, certains individus font expérience d'un certain type d'acouphène, en particulier l'acouphène pulsatile, perçu à un rhythme régulier dans l'oreille. Du fait que le stimulus sonore est présent dans cette situation, il ne s'agit pas d'une hallucination.

Les hallucinations complexes sont la perception de sons tels que des voix, une musique ou autres sons, qui peuvent être distinctifs ou non, familiers ou complètement inconnus, amicaux ou aggressifs, parmi de nombreuses possibilités. Les hallucinations d'une ou plusieurs voix sont associées aux troubles psychotiques, tels que la schizophrénie, et importent grandement dans ces diagnostics. Cependant, des individus ne souffrant d'aucun trouble mental particulier peuvent également entendre des voix[5]. Bien que le fait d'entendre des voix, ou de vivre d'autres formes d'hallucination, soit associé à la schizophrénie ou autres troubles psychiatriques, il est important de prendre en considération que si un individu n'expose aucun trait psychotique, il ne souffre pas forcement d'un trouble psychiatrique.

Les hallucinations musicales sont également présentes en terme d'hallucination auditive et peuvent être liées à une perte auditive, une épilepsie du lobe temporal latéral[6], une malformation artério-veineuse[7], un accident vasculaire cérébral, une lésion, un abcès ou une tumeur[8].

Une prise importante de caféine est également rapportée comme causer quelques hallucinations sonores. Une étude menée par l'Université de La Trobe révèle que cinq tasses de café, voire plus, peuvent causer ce phénomène[9].

Olfactives[modifier]

Les hallucinations olfactives, aussi nommées phantosmie, désignent le fait de sentir des odeurs qui ne sont pas présentes. La plupart de ces odeurs peuvent inclure des odeurs de vomi, d'urine, d'excrément, de fumée et autres odeurs déplaisantes. La phantosmie est souvent la conséquence de dommages faits aux tissus nerveux du système olfactif. Ces dommages peuvent être causés par une infection virale, tumeur cérébrale, traumatisme physiologique ou exposition possible à des toxines ou drogues[10]. La phantosmie peut également être induite par l'épilepsie affectant le cortex olfactif et possiblement de troubles psychiatriques. La phantosmie est différente de la parosmie, qui implique une odeur présente, mais différemment perçu par un individu. Les hallucinations olfactives ont également été rapportées présentes lors de céphalées, bien que la fréquence de telles hallucinations soit encore méconnue[11],[12].

Autres[modifier]

Le toucher peut également être affecté par les hallucinations et provoquer de différents types de pression sur la peau ou d'autres organes.

Causes[modifier]

L'hallucination peut avoir des causes multiples :

Spécifiques au sommeil[modifier]

  • hallucinations hypnagogiques qui ont lieu au moment de l'endormissement
  • hallucinations hypnopompiques qui ont lieu au réveil.

Elles peuvent se produire alors que la personne est bien réveillée mais aussi dans un état intermédiaire comme au cours d'une paralysie du sommeil ce qui les rend particulièrement angoissantes pour la personne qui en fait l'expérience. Les hallucinations hypnopompiques ne se prolongent en général pas plus de quelques minutes après l'éveil complet. Ce type d'hallucination peut se produire également chez une personne manquant de sommeil ou effectuant une tache trop monotone, voire les deux. Généralement, elles sont accompagnées d'endormissements de quelques secondes parfois appelés "micro-sommeil" où la personne reste dans un état intermédiaire entre le sommeil et l'éveil.

Notes et références[modifier]

  1. (en) Chen E., Berrios G.E., Recognition of hallucinations: a multidimensional model and methodology, vol. 29, 1996, 54–63 p. 
  2. Sandrine Mantelet, « ORIENTATION DIAGNOSTIQUE DEVANT DES HALLUCINATIONS » [archive]
  3. (en) [PDF] Ffytche, Dominic, « http://www.acnr.co.uk/pdfs/volume4issue2/v4i2reviewart3.pdf » [archive]. Consulté le 23 décembre 2012
  4. (en) Medical dictionary [archive]. Consulté le 28 décmebre 2012
  5. (en) Hearing Voices: Some People Like It [archive], LiveScience.com, 15 septembre 2006. Consulté le 25 novembre 2006
  6. (en) Engmann, Birk; Reuter, Mike: Spontaneous perception of melodies – hallucination or epilepsy? Nervenheilkunde 2009 Apr 28: 217-221. ISSN 0722-1541
  7. (en) Murat Ozsarac, Ersin Aksay, Selahattin Kiyan, Orkun Unek, F. Feray Gulec, De Novo Cerebral Arteriovenous Malformation: Pink Floyd's Song 'Brick in the Wall' as a Warning Sign, The Journal of Emergency Medicine, In Press, Corrected Proof, Available online 13 August 2009, ISSN 0736-4679, (DOI:10.1016/j.jemermed.2009.05.035 [archive]).
  8. (en) Rare Hallucinations Make Music In The Mind [archive], sur ScienceDaily.com, 9 août 2000. Consulté le 31 août 2012
  9. (en) Medical News Today: "Too Much Coffee Can Make You Hear Things That Are Not There" [archive]
  10. (en) Phantom smells [archive]
  11. (en) Wolberg FL, Zeigler DK, , vol. 39, 1982 
  12. (en) Oliver Sacks, Migraine, Berkeley, University of California Press, 1986, 75–76 p. (ISBN 978-0-520-05889-7) 

Annexes[modifier]

Articles connexes[modifier]

Bibliographie[modifier]

Liens externes[modifier]



22/04/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 102 autres membres

design by ksa | kits graphiques by krek