Homosexualité - partie 1

Homosexualité

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le terme homosexualité désigne l'amour, l'attirance et/ou la pratique de relation sexuelles entre deux personnes de même sexe (selon une perspective comportementaliste ou empirique) et selon une perspective psychologique ou sociologique, une orientation sexuelle. Le mot s’applique indistinctement aux hommes et aux femmes. Des comportements homosexuels sont observés dans le monde animal.

Sommaire

[masquer]

Appellations [modifier]

Définitions [modifier]

L’homosexualité masculine était autrefois appelée sodomie, antiphysique ou uranisme. Lorsqu’elle désignait principalement l’attirance d’hommes envers les adolescents mâles, on utilisait aussi le mot pédérastie, si bien que par confusion il finit par désigner aussi l’attirance entre les hommes d’âges semblables, ou encore l'acte de sodomisation. Cet amalgame s’est poursuivi en ce qui concerne les relations avec des enfants, si bien que les homosexuels masculins sont parfois soupçonnés de pédophilie. Or, la sexologie moderne ne retrouve chez les homosexuels masculins aucune tendance particulière à la pédophilie, par comparaison avec les hommes hétérosexuels.

L’homosexualité ne se résume pas au seul aspect de la sexualité, au coït entre personnes du même sexe. Elle est aussi et parfois pour certaines personnes exclusivement sentiments ou gestes. Le psychiatre américain Judd Marmor suggérait la définition suivante : «  peut être considérée comme homosexuelle une personne qui, durant sa vie adulte :

  • manifeste une préférence pour des personnes de son propre sexe ;
  • est érotiquement (sexuellement) attirée par ces personnes,
  • et a habituellement (mais pas nécessairement) des relations sexuelles avec une ou plusieurs de ces personnes. »

On pourrait ainsi définir la personne homosexuelle comme "tout individu dont l’orientation amoureuse est portée sur une personne du même sexe". Dans Comprendre l'homosexualité[1], Marina Castaneda précise qu'il faut faire une distinction entre qui un psychologue pourra définir comme homosexuel, et ce qui fera dire à une personne qu'elle est elle-même homosexuelle : ainsi, ce sont parfois les seuls sentiments pour d'autres personnes qui importent et un acte sexuel ne peut être vu que comme un jeu, ou inversement, certains ne se considèrent pas homosexuels tant qu'ils n'ont pas eu de relation sexuelle avec une personne du même sexe.

Chez les femmes, l’homosexualité est appelée lesbianisme (ou plus archaïquement saphisme) ; les deux termes font référence à la poétesse grecque Sappho de l’île de Lesbos, où elle tenait un collège de jeunes filles, et dont les poèmes passionnés envers ses amies, et la vie entourée d’autres femmes lui ont valu la réputation d’homosexuelle. Autrefois, on disait tribadisme, qui vient du mot grec tribein (τρίβειν), « frotter » ; aujourd’hui ce mot signifie une pratique sexuelle spécifique.

Dans le langage courant, l'appellation gay (ou gai, orthographe standard au Canada) désigne généralement un homosexuel qui assume son identité sexuelle et la revendique (voir gay (homosexualité)). De même chez les femmes on utilise l'appellation lesbiennes (ou gaies). Cependant, ces appellations semblent se généraliser et devenir des synonymes à part entière du mot homosexuel(-le).

Du fait d'une perception sociale souvent négative de l'homosexualité, bien des termes minorisants, moqueurs, dégradants ou injurieux ont été créés pour nommer les tenants de ce mode de vie.

Étymologie et évolution sémantique [modifier]

Le mot français homosexualité et sa déclinaison homosexuel et homosexuelle ont été transposés au XIXe siècle, dans le cadre de la définition et du classement psychiatrique des déviations sexuelles, à partir des mots allemands homosexual et Homosexualität forgés en 1868 et 1869 par l'écrivain hongrois Karl-Maria Kertbeny dans le cadre tout différent d'une revendication de légalisation de la chose. Ils associent une racine grecque (homo, « semblable ») et une racine latine (sexuel).

Avant cette date, la distinction des différentes pratiques sexuelles considérait déjà comme pertinente la distinction homo/hétéro, et comportait nombre de qualificatifs souvent voisins pour désigner des pratiques très diverses. Certains font une distinction entre comportement actif ou passif, ce qui a été le cas dès l’Antiquité, et reste encore vrai aujourd’hui dans beaucoup de cultures, voire de législations. On relève, en français, l'opposition bougre ou culiste versus coniste (XVIIe-XVIIIe siècles) et chez Charles Fourier (suivi par Pierre Joseph Proudhon) l'opposition unisexuel/bisexuel.

Les relations entre personnes du même sexe ont vu passer les mots suivants :

Certains de ces mots appartiennent au langage argotique, d’autres non. Dans le vocabulaire courant, la locution anglaise gay a pris le pas sur d'autres qualificatifs pour évoquer l'homosexualité.

De nos jours, le mot homosexualité est sorti d'une définition médico-légale.

On utilise souvent le mot pour parler de sexualité avant le XIXe siècle. Ceci fait l’objet d’un vif débat. Certains soutiennent que c’est un abus de la pertinence strictement contemporaine du mot, qui aboutit à dévoyer les débats sur cette question, cas flagrant quand on veut parler de l’homosexualité dans l'Antiquité, et amenant parfois au contresens.

D’autres répliquent que, bien que chaque culture approche l’homosexualité d’une façon différente, le phénomène de base et la distinction entre amour du même sexe et amour du sexe opposé ont toujours existé ; il leur paraît donc pertinent de discuter l’histoire de l’orientation et des pratiques sexuelles en utilisant les expressions homosexuel, hétérosexuel, bien que les personnes concernées ne se seraient pas reconnues comme telles.

Histoire de l'homosexualité [modifier]

Zéphyr et Hyacinthe, art grec, Musée des Beaux-Arts de Boston, États-Unis
Zéphyr et Hyacinthe, art grec, Musée des Beaux-Arts de Boston, États-Unis

L'homosexualité dans l'Antiquité [modifier]

Articles détaillés : Homosexualité dans l'Antiquité et Pédérastie.

Certaines sociétés préchrétiennes montraient plus ou moins de tolérance ou d'acceptation vis-à-vis des pratiques homoérotiques. Pour beaucoup d'entre elles, ces pratiques étaient toutefois très codifiées socialement, et tout écart vis-à-vis de ces normes était mal vu, voire considéré comme délictueux. Par exemple, dans certaines cités de la Grèce antique, la pédérastie était pratiquée dans le cadre de l'éducation d'adolescents mâles, mais de façon généralement très codifiée. Ainsi, à Athènes le partenaire d'âge mûr devait être actif dans la relation sexuelle et l'adolescent passif, faute de quoi la relation était considérée comme immorale.

En 342, les mariages homosexuels sont interdits dans l'Empire romain Le 6 août 390, l'empereur romain Théodose édicte une loi condamnant au bûcher les homosexuels. L'Empire romain est devenu chrétien et la relative liberté en la matière disparaît.

Dans Le Banquet de Platon, Aristophane raconte qu'au temps de Zeus, il y avait 3 sexes : l'homme, la femme et l'androgyne. De plus, la forme humaine était celle d'une sphère avec quatre mains, quatre jambes et deux visages, une tête unique et quatre oreilles, deux sexes, etc. Le mâle était un enfant du soleil, la femelle de la terre, et l'androgyne de la lune. Leur force et leur orgueil étaient immenses et ils s'en prirent aux dieux. Zeus trouva un moyen de les affaiblir sans les tuer, ne voulant pas anéantir la race comme il avait pu le faire avec les Titans : il les coupa en deux. Il demanda ensuite à Apollon de retourner leur visage et de coudre le ventre et le nombril du côté de la coupure. Mais chaque morceau, regrettant sa moitié, tentait de s'unir à elle : ils s'enlaçaient en désirant se confondre et mouraient de faim et d'inaction. Zeus décida donc de déplacer les organes sexuels à l'avant du corps. Ainsi, alors que les humains surgissaient auparavant de la terre, un engendrement mutuel fut possible par l'accouplement d'un homme et d'une femme. Alors, les hommes qui aimaient les femmes et les femmes qui aiment les hommes (moitiés d'androgynes) permettraient la perpétuité de la race; et les hommes qui aiment les hommes (moitiés d'un mâle), plutôt que d'accoucher de la vie, accoucheraient de l'esprit. Ces derniers sont selon Aristophane les êtres les plus accomplis, étant purement masculins.

On relève également que plusieurs sociétés antiques, comme la Grèce et le Japon, ont encouragé la création de liens homosexuels dans certains corps d'armée entre des combattants expérimentés et leur disciple. L'on pensait alors que deux hommes amoureux se battraient avec plus de détermination et avec une plus grande morale. Le Bataillon sacré de Thèbes constitue un exemple classique de force militaire bâtie sur cette croyance [2].

On trouve dans l'Antiquité des discussions sur les relations entre animaux de même sexe, ce qui laisse penser que le concept d'homosexualité était connu des Anciens.

La répression au Moyen Âge en Europe [modifier]

Exécution du chevalier de Hohenberg et de son écuyer devant les murs de Zurich 1482
Exécution du chevalier de Hohenberg et de son écuyer devant les murs de Zurich 1482

Malgré la tolérance des peuples germaniques - les lois barbares du Haut Moyen Âge ne font aucune référence à l'homosexualité puisqu'elle est intégrée à leur culture - dans la société chrétienne du Moyen Âge et jusqu'à la fin de l'Ancien Régime, l'homosexualité était passible de la peine de mort en France et en Angleterre et dans la plupart des États européens.

Au VIe siècle, de crime contre la dignité, l'homosexualité devient un crime contre l'ordre naturel défini par Dieu et pouvant mener jusqu'au bûcher. Durant tout le Moyen Âge, l'homosexualité, considérée comme une hérésie, est combattue, notamment par l'Inquisition, sous le nom de bougrerie ; réciproquement, certains hérétiques, tels les Cathares sont accusés de bougrerie, au prétexte que leurs prêcheurs vont par deux de même sexe.

Tortures infligées aux homosexuels durant l'Inquisition (Lois édictées en 1260 à Orléans) :

   Pour les femmes  Pour les hommes
1re fois  Excision du clitoris  Ablation des testicules
2e fois  Ablation des seins  Ablation du pénis
3e fois  Bûcher  Bûcher

Les Lumières [modifier]

Montesquieu, puis Voltaire et Beccaria se sont interrogés sur la sévérité de la peine mais ne semblent pas avoir contesté un caractère anormal à l’homosexualité. En Angleterre, Jeremy Bentham, dans son Essai sur la pédérastie, qui paraîtra à titre posthume, suit une argumentation utilitariste et défend une dépénalisation de la pédérastie.

En 1791, la France est le premier pays à dépénaliser complètement l'homosexualité, la Constituante ne retenant pas le « crime de sodomie » dans le code pénal. Cependant, à la veille des Révolutions françaises (car celle de la Terreur n'est plus celle des États-Généraux), la peine de mort pour sodomie venait juste d'être remplacée par les travaux forcés en Pennsylvanie (1786) et en Autriche (1787).

XIXe siècle [modifier]

Le Code pénal de Napoléon en 1810 ne revient pas sur cette dépénalisation et influencera de nombreuses législations européennes.

En Angleterre, la peine de mort pour cette raison n’est plus appliquée à partir de 1836. Néanmoins, en 1861, une loi condamne l’homosexualité d’une peine de dix ans de prison.

Le terme homosexualité est créé par le journaliste et écrivain hongrois Karl-Maria Kertbeny en 1869.

Persécutions sous le régime nazi [modifier]

Monument situé à Amsterdam en hommage aux homosexuels déportés.
Monument situé à Amsterdam en hommage aux homosexuels déportés.

Contrairement à ce que l'on pourrait croire, l'idéologie nazie a tout d'abord entretenu des relations ambiguës avec l'homosexualité. Aux premières heures du mouvement, le culte de la virilité, de la beauté plastique, de l'homme nouveau était teinté de machisme et d'homoérotisme. Les SA, par la voix d'Hans Blücher — un proche de l'organisation paramilitaire — et par l'exemple d'Ernst Röhm, qui était ouvertement inverti, furent plutôt favorables à l'homosexualité à l'antique. Néanmoins les sections d'assauts furent balayées avec la Nuit des longs couteaux et l'année qui suivit, en 1935, le régime durcit la législation envers les homosexuels (modification du § 175 du Code pénal allemand). Il faut néanmoins rappeler qu'à l'époque, la condamnation pénale de l'homosexualité, ainsi que son classement dans les maladies mentales, étaient considérés comme allant de soi dans de nombreux pays. La pénalisation de l'homosexualité, en elle-même, n'était donc pas spécifique à l'Allemagne Nationale-Socialiste.

Il n'en reste pas moins qu'au temps du Reich de très nombreux homosexuels furent déportés vers les camps de concentration. Les prisonniers homosexuels masculins étaient marqués d’un triangle rose, d’une taille supérieure aux autres triangles classificatoires, ce qui avait souvent pour effet, en plus des conditions de vie très dures dans les camps, de les livrer à l'hostilité des autres déportés. On imagine fort bien les humiliations et les avanies de toutes sortes, dans un tel milieu, que durent souffrir des homosexuels forcés malgré eux à ce que l'on appellerait de nos jours un outing. C'est pourquoi le triangle rose est aujourd’hui utilisé comme un symbole d’identité gay, rappel de la cruauté des persécutions passées.

Les femmes homosexuelles ne furent pas épargnées par le zèle de la Gestapo et de nombreuses lesbiennes furent déportées, mais ce fut plutôt en tant qu'« asociales » qu'en tant que délinquantes sexuelles définies. En effet, elles étaient marquées d'un triangle noir, signe de leur appartenance au groupe des personnes "socialement inadaptées". Parmi ces personnes, on trouvait des chômeurs de longue durée, des vagabonds, des marginaux, des alcooliques, des drogués et certains malades mentaux, mais aussi, des prostituées ou encore des femmes qui employaient des contraceptifs.

Aucun projet spécifique d’extermination comparable à la Solution finale n’a été élaboré en vue de faire disparaître les homosexuels à l'instar des Juifs, des Tsiganes et autres ethnies considérées comme inférieures. Cependant les orateurs nazis s'en prenaient couramment à eux, en des termes fort peu équivoques quant à la nécessité de leur élimination, ce qui ne pouvait pas être sans effet sur le traitement qui leur fut réservé dans les camps de concentration, au seul motif qu'ils étaient homosexuels. Ils furent ainsi victimes de traitements particulièrement barbares.

Le calvaire des homosexuels sous le régime hitlérien ne fait que depuis peu de temps l'objet d'un intérêt à la mesure du drame. Peu reconnu ni compensé financièrement jusqu’à nos jours, quelques commémorations officielles ont eu lieu depuis, dont le Homomonument à Amsterdam et un projet de monument à Berlin.

Aucune étude historique de fond n’ayant à ce jour été publiée, les chiffres, allant de la simple dénégation (0) aux exagérations les plus fantaisistes (plusieurs millions) circulent sur le nombre d'homosexuels tant déportés qu’assassinés entre 1933 et 1945. Les travaux sur bases des condamnations « légales » suggèrent 10 000 victimes :

« Moins de dix survivants homosexuels ayant témoigné sont connus à ce jour.… Franck Rector fait un tour d’horizon des statistiques. Estimant de 10 000 à 1 million de victimes, il choisit néanmoins le nombre de 500 000. Pour lui, si les estimés de Himmler sur le nombre total d’homosexuels masculins en Allemagne étaient de 2 millions, il procède au calcul selon une simple statistique. 25% des homosexuels d’Allemagne, de Hollande et de la France est donc, selon lui, une statistique valable. Heinz Heger, au milieu des années 1970, estimait le nombre de victimes à 50 000. Ses données sont fondées sur un estimé des condamnations légales. Il ne tient donc pas compte des victimes sans procès. Un autre estimé vient de l’Église de la confession d’Augsbourg d’Autriche. Cet estimé est de 220 000. Cependant, les méthodes de calcul de cet estimé sont fortement critiquées par d’autres historiens. Richard Plant, quant à lui, estime, que de 1933 à 1944, « 50 000 à 63 000, dont 4000 mineurs et 6 lesbiennes »(!) meurent des mauvais traitements des camps nazis. Finalement, les ouvrages généraux sur les persécutions nazis - lorsqu’ils discutent du traitement des homosexuels - estiment pour la plupart le nombre de victimes homosexuelles à 10 000. Ce nombre est basé sur une compilation des condamnations officielles du régime nazi sous le paragraphe 175. [3]  »

Voir aussi : système de marquage nazi des prisonniers.

Le triangle rose, marque des prisonniers homosexuels dans les camps de concentration.
Le triangle rose, marque des prisonniers homosexuels dans les camps de concentration.

En France la situation fut contrastée. Dans les territoires annexés (Alsace et Moselle) intégrés au Reich et donc soumis au Code pénal allemand, les homosexuels furent déportés. Mais aussi, en zone occupée, comme dans la France de Vichy, les homosexuels furent inquiétés. Certains même collaboreront avec l'occupant comme Abel Bonnard ministre de la Jeunesse du gouvernement Laval affublé du sobriquet « Gestapette ». Néanmoins, en 1942, le régime de Vichy introduit dans le Code pénal une discrimination, rompant la tradition française d'égalité des homosexuels et hétérosexuels : l'article 331-1 du Code pénal fait un délit de l'acte consistant à avoir des relations homosexuelles avec un mineur (moins de 21 ans), au lieu de 15 ans pour les hétérosexuels. Les ordonnances du gouvernement du Général de Gaulle en 1945 confirment cette disposition.

Les persécutions nazies à l'égard des homosexuels se sont déroulées dans un contexte de durcissement général des régimes totalitaires et autoritaires sur les « déviances morales ». Ainsi, en 1934, Staline a fait adopter des dispositions pénales prévoyant l'emprisonnement et la déportation des homosexuels. D'après des données incomplètes, de l'ordre de 300 000 à 400 000 personnes ont été condamnées sur la base de ces dispositions (qui n'ont été abrogées qu'à la fin des années 1980). Dans les pays de tradition stalinienne, la persécution des homosexuels a été systématique. C'est encore le cas aujourd'hui à Cuba. En Espagne, le régime franquiste avait adopté la loi sur la dangerosité sociale qui permettait l'emprisonnement des homosexuels. En Italie, Mussolini mit en place une politique comparable, en poursuivant les homosexuels comme opposants politiques, mais en refusant d'établir une incrimination anti-homosexuelle comme lui avait demandé Hitler. Les responsables fascistes homosexuels ont seulement été contraints à démissionner.

Chaque dernier dimanche d’avril a lieu la cérémonie de la journée nationale du souvenir des victimes et des héros de la déportation, les associations homosexuelles qui effectuent le travail de mémoire sur les persécutions homophobes ont souvent du mal à être invitées lors de ces commémorations, et il leur est souvent difficile d'obtenir que la mention de l’homosexualité comme motif de déportation soit présente dans un discours officiel lu durant la cérémonie.

Évolution des mentalités depuis 1945 [modifier]

Homosexualité et Psychologie [modifier]

Selon Freud, l’homosexualité était un trouble — la perversion du modèle de maturation psychique qu’est le complexe d'Œdipe ; il avait toutefois dit qu’il n’y a pas à en avoir honte et qu’un homosexuel heureux n’a pas besoin de guérison. En 1973, l’American Psychological Association retire l’homosexualité en tant que telle de sa liste de maladies DSM-IV. Ce n’est pas sans polémique, les uns dénonçant des motivations politiques et non scientifiques, les autres rétorquant qu'elle était dans la liste pour des raisons non scientifiques, voire biaisées, dès le début.

La situation est aujourd’hui moins polémique qu’à l’époque. Aucune organisation psychiatrique ou psychologique majeure d’Occident ne considère l’homosexualité comme étant une maladie ni un sujet d’intervention en tant que tel. Au contraire, beaucoup d’entre elles dénoncent fermement tout essai de changement d’orientation sexuelle comme étant dangereux, non nécessaire et inefficace. Le consensus dans la communauté psychiatrique et psychologique est que l’homosexualité est soit innée alors qu'il n'y a aucune preuve de la présence de ce gène, soit apparaît très tôt dans la vie (sans pour autant être sûr de l’origine précise de l’orientation sexuelle), et est immuable (bien que la compréhension de son orientation sexuelle puisse évoluer au cours de sa vie).

Homosexualité et Sida [modifier]

À la fin des années 1970, des médecins de New York et de San Francisco s'aperçoivent que nombreux sont leurs clients homosexuels et hétérosexuels souffrant d'asthénie, de perte de poids et parfois même de forme rare et atypique de cancer (comme le Sarcome de Kaposi qui s'attaque aux leucocytes). L'existence d'un problème sanitaire est avérée en juillet 1981 lorsque le Centers for Disease Control and Prevention (CDC) d'Atlanta relève une fréquence anormalement élevée de sarcomes de Kaposi. L'apparition d'un nouveau virus est évoquée dès 1982.

L’origine virale ne sera pas d'emblée évoquée et l’hypothèse d’une intoxication par des produits comme les poppers (stimulant sexuel contenant du nitrite d’amyle) a pu être émise au début, car les six premières personnes malades (hétéros et homos) en avaient toutes été de gros consommateurs. De même, l’identification du virus responsable a été difficile, beaucoup de scientifiques parlant d’HTLV(Human T–cell lymphotrophic virus) comme cause de l’épidémie. S’emparant de la découverte, la presse a commencé par désigner le virus par « cancer gay », avant de revenir sur ce préjugé.

La prise de conscience générale doit aux homosexuels son déploiement rapide ; en effet, de nombreux mouvements, tels que celui d’Act Up ou David et Jonathan (en décembre 1990 pour cette dernière [4]), et des vedettes internationales ont forcé la visibilité, incitant les dirigeants politiques à engager de véritables recherches scientifiques.

Évolution des législations [modifier]

  • En 1960, en France une autre loi introduit une discrimination pénale : la loi du 25 novembre 1960 (créant l'alinéa 2 de l'article 330 du code pénal) double la peine minimum pour outrage public à la pudeur quand il s'agissait de rapports homosexuels (cette loi a été supprimée par la loi du 23 décembre 1980)
  • En 1962, l’Illinois devient le premier État américain à décriminaliser la sodomie.
  • En 1967, le Royaume-Uni décriminalise la sodomie.
  • En 1969, l'Allemagne de l'Ouest fait de même.
  • 1960-1970 : le Bill omnibus du ministre de la Justice du Canada, Pierre Elliott Trudeau, décriminalise la sodomie entre adultes consentants. « L'État n'a pas à s'immiscer dans la chambre à coucher de la Nation» avait déclaré le ministre qui deviendra quelques mois plus tard Premier ministre du Canada.
  • En 1977 : La Charte des droits et libertés de la personne du Québec est amendée. Désormais, il est interdit de faire de la discrimination basée sur l'orientation sexuelle. Il s'agit de la première loi au monde qui interdit ce genre de discrimination dans les secteurs public et privé (à part quelques villes et comtés des États-Unis).
  • En 1982, la loi du 4 août 1982 dépénalise définitivement l'homosexualité en France.
  • En 1989, premier partenariat d'union civile pour les homosexuels au Danemark grâce à la reconnaissance au parlement d'un ministre élu ouvertement homosexuel qui vivait depuis de nombreuses années avec son compagnon. Ce qui avait créé un léger scandale dans le Monde.
  • En 1990, l’Organisation mondiale de la santé supprime l’homosexualité de la liste des maladies mentales, mettant fin à plus d’un siècle d’homophobie médicale
  • En 1993, l'homosexualité est officiellement dépénalisée en Russie.[5]
  • En 1994, le paragraphe 175 est abrogé en Allemagne.
  • En 1995, le Canada reconnaît la discrimination envers les homosexuels comme étant anticonstitutionnelle.
  • En 2001, les Pays-Bas reconnaissent le mariage homosexuel.
  • En février 2003, la Belgique reconnaît le mariage homosexuel, et la Cour suprême américaine abolit les lois toujours en vigueur contre les pratiques sexuelles homosexuelles.
  • En 2004, le Canada et un État américain reconnaissent légalement le mariage homosexuel.
  • 5 juin 2004 : le premier mariage gay en France par le député-maire Verts de Bègles, Noël Mamère. Mariage annulé en appel par le tribunal de Bordeaux.
  • 30 décembre 2004 : instauration en France de la Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations et pour l'Égalité, chargée de lutter - entre autres - contre l'homophobie, et pénalisation des propos homophobes.
  • Le 21 avril 2005, les députés espagnols ont voté en faveur de la législation autorisant le mariage entre personnes du même sexe.
  • Le 17 mai 2005, la première journée mondiale de lutte contre l'homophobie a lieu dans 40 pays.
  • Le 5 juin 2005, le peuple suisse accepte par référendum la Loi fédérale du 18 juin 2004 sur le partenariat enregistré entre personnes du même sexe (LPart).
  • En juin 2005, le projet de loi sur l'adoption par les homosexuels est voté par le parlement en Belgique.
  • En juillet 2005, le premier mariage homosexuel espagnol a lieu.
  • En juillet 2005, le Parlement canadien modifie sa Loi sur le mariage et la définition qu'elle contient pour reconnaître et permettre les unions entre personnes du même sexe en modifiant la définition, qui est maintenant « l'union de deux personnes, à l'exclusion de toute autre ».
  • Le 19 décembre 2005, la première union homosexuelle est célébrée en Irlande du Nord. Cette union civile donne les mêmes droits aux couples hétérosexuels et homosexuels.
  • Le 15 novembre 2006, l'Afrique du Sud légalise le mariage homosexuel.

Divers [modifier]

Relations avec la religion [ //

28/08/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 101 autres membres

design by ksa | kits graphiques by krek