IMPORTANT : Les thymorégulateurs : choix de la molécule

 

Les thymorégulateurs : choix de la molécule

Le plus ancien des thymorégulateurs, le lithium (sels de lithium), reste le traitement de référence.

   
D’autres régulateurs de l’humeur ont d’abord été développés comme antiépiléptiques mais ont fait la preuve de leur efficacité thymorégulatrice : valpromide, divalproate, carbamazépine, enfin lamotrigine apparue plus récemment dans l’arsenal thérapeutique du trouble bipolaire.
   
Les nouveaux « antipsychotiques » dits « atypiques » (olanzapine, risperidone) ont initialement été proposés dans le traitement de certaines maladies psychotiques chroniques (schizophrénie) mais ont aussi des propriétés de régulation de l’humeur et peuvent être prescrits dans ce sens.
   
Dans certaines formes particulières ou résistantes aux traitements habituels le spécialiste peut proposer d’autres médicaments qui auraient des effets thymorégulateurs comme certains autres anti-épileptiques (gabapentine, topiramate), ou certains traitements antipsychotiques comme la clozapine, voire même des associations de thymorégulateurs entre eux.
   
Le choix entre ces trois groupes de médicaments (lithium, antiépiléptiques, antipsychotiques) dépend de l’histoire de chaque patient, de ses antécédents et contre-indications, de la situation clinique, des comorbidités, des habitudes et des choix du prescripteur et du patient. Il est impossible de résumer ici tous ces paramètres.
   
 



11/05/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 102 autres membres

design by ksa | kits graphiques by krek