Jacques Vergès… conscience morale ou puissance malfaisante ?

 

Jacques Vergès… conscience morale ou puissance malfaisante ?

----------------------------------------------------------------------------

Précision : je ne suis pas d'accord avec le terrorisme qui consiste à frapper des civils, je condamne donc le terrorisme quel qu'il soit, contrairement à Jacques VERGES. Mais je respecte ses idées concernant l'anti colonialisme. Il est d'origine métisse et il défend donc son "Beef teack". J'apprécie nottamment son courage pénaliste et politique qui consiste à défendre des indéfendables, quand ces indéfendables évidemment plaident coupables. En effet c'est à l'honneur du métier d'avocat.

-----------------------------------------------------------------------------

Lettre que j'ai adressée à Maître VERGES :

Maître VERGES,
 
Ah je voulais vous féliciter, vous que l'on compare souvent au diable.
 
J'ai fait pas mal d'études et avant d'avoir été chef d'entreprise, j'étais enseignant dans le social
et les prisons.
 
Je vous tiens comme le plus grand avocat de France, et le plus juste aussi, car tous avons
besoin d'un avocat un jour ou l'autre.
 
Donc défendre le Diable comme vous le faites est à l'honneur du métier d'avocat,
et aussi à votre honneur car il faut de très grandes qualités humaines pour faire ce que vous faites.
Sans parler de votre courage à prendre les risque que vous prenez.
 
Vous avez sans doute 100 ans d'avance sur l'Histoire et le pénalisme.
 
Donc bravo pour ce que vous faites.
Vous aurez toujours des gens au fait des limites de l'humain et de l'Histoire pour vous soutenir.
 
Cordialement.

 

----------------------------------------------------------------------------

Prénom, Nom: Jacques VERGES (No. de Toque D1510)
Catégorie professionnelle: Inscrit
Date de serment: 30/11/1955


Adresse: 20 RUE DE VINTIMILLE
75009 PARIS
Téléphone: 0142815161
Télécopie: 0142829030

Email : diablenoir@wanadoo.fr


Activité(s) dominante(s): CONTENTIEUX ET ARBITRAGE INTERNATIONAL, DROIT PÉNAL GÉNÉRAL
Langue(s): Anglais
Fonction(s): ANCIEN SECRÉTAIRE DE LA CONFÉRENCE (01/01/1956 - 31/12/1957)

  • Il y a 1 an

Sources :

Site internet du Barreau de Paris: http://www.avocatparis.org/new/index.asp

-----------------------------------------------------------------------------

Jacques VERGES, l'avocat de la TERREUR ?

http://www.lavocatdelaterreur.com/verges.html

Jacques Vergès… conscience morale ou puissance malfaisante ? Zola des temps modernes… ou baroudeur opportuniste guidé uniquement par sa rage et sa vanité ? Défenseur consciencieux de terroristes, dictateurs, criminels de guerre, assassins et autres tortionnaires… ou leur complice ? Héros romantique mais faillible … ou anti-héros corrompu ? Champion de la dignité humaine… Ou victime de sa propre fatuité ? Qui est donc Jacques Vergès et devrait-on prêter oreille à ses propos ? Le saurons-nous un jour ? Oserons-nous même poser la question ?

Rétif à tout carcan moral, Jacques Vergès a, depuis toujours, poussé à son paroxysme la mission de l’avocat. Lorsqu’il accepte de défendre des bourreaux tels que Saddam Hussein, Slobodan Milosevic, Carlos, Klaus Barbie, il y a chez lui une volonté de dynamiter la banalité des certitudes qui ont fait le siècle. Et puisqu’il y fut mêlé, l’avocat se fait comme un devoir de se trahir lui-même. Jusqu’à la perversité.

----------------------------------------------------------------------------

© wild side video 2007

LE DVD VIDEO à VENDRE : l'Avocat de la TERREUR

http://www.lavocatdelaterreur.com/dvd.html

CÉSAR : MEILLEUR FILM DOCUMENTAIRE

THE NOMINEES FOR THE DIRECTORS GUILD OF AMERICA AWARD
jeudi 17 janvier 2008 à 07:31

BARBET SCHROEDER : "TERROR'S ADVOCATE" (Magnolia Pictures)

33e nuit des César :

 
 
http://www.lavocatdelaterreur.com : communiste, anticolonialiste, d'extrême droite ? Quelle conviction guide Jacques Vergès ? Barbet Schroeder mène l'enquête pour élucider le " mystère ". Au départ de la carrière de cet avocat énigmatique : la guerre d'Algérie et Djamilah Bouhired, la pasionaria qui porte la volonté de libération de son peuple. Le jeune homme de loi épouse la cause anticolonialiste, et la femme. Puis disparaît huit ans. A son retour, Vergès défend les terroristes de tous horizons (Magdalena Kopp, Anis Naccache, Carlos) et des monstres historiques tels que Barbie. D'affaires sulfureuses en déflagrations terroristes, Barbet Schroeder suit les méandres empruntés par " L'avocat de la terreur ", aux confins du politique et du judiciaire. Le cinéaste explore, questionne l'histoire du " terrorisme aveugle " et met à jour des connexions qui donnent le vertige.
 
 
 
http://www.lavocatdelaterreur.com : Réaction au film de Barbet Schroeder lors de sa projection au cinéma Le Balzac le 30 mai 2007
 

---------------------------------------------------------------------------

PAR JACQUES VERGÈS
« De la stratégie judiciaire », Éditions de Minuit, Paris 1er avril 1981
« Pour Djamilah Bouhired », Éditions de Minuit, Paris 1959
« Pour Les Fedayines », Éditions de Minuit, Paris 1969
« Agenda », Simoen, Paris 1978
« Pour en finir avec Ponce Pilate », Le Pré aux clercs, 1er novembre 1983
« Beauté du crime », Plon, Paris 1988
« Je défends Barbie », Jean Picollec, Paris 1988
« La Justice est un jeu », Albin Michel, 27 février 1992
« Lettre ouverte à des amis algériens devenus tortionnaires », 28 octobre 1993, Albin Michel
« Mon Dieu pardonnez leur », Michel Lafon, 1er novembre 1995
« Intelligence avec l’ennemi », Michel Lafon, 1er janvier 1996
« J’ai plus de souvenirs que si j’avais mille ans », Éditions 84, 6 mai 1999
« Un procès de la barbarie à Brazzaville » (coauteur avec Dior Diagne), Jean Picollec, 15 septembre 2000
« Avocat du diable, Avocat de Dieu », avec Alain de la Morandais, Nocturne, 2001
« Les Sanguinaires : sept affaires célèbres », J’ai lu, 26 février 2001
« Omar m’a tuer — histoire d’un crime », J’ai lu, 21 mars 2001
« L’Apartheid judiciaire » (coauteur avec Pierre Marie Gallois), L’Âge d’Homme, Lausanne 2002
« Le Suicide de la France », Olbia, 16 mars 2002
« Dictionnaire amoureux de la justice », Plon, 24 octobre 2002
« Les Erreurs judiciaires », Presses Universitaires de France — PUF, 15 novembre 2002
« Justice pour le peuple serbe », L’Âge d’Homme, 1er mars 2003
« La Démocratie à visage obscène », La Table ronde, 7 octobre 2004
« Les Crimes d’État », Plon, 25 mars 2004
« Passent les jours et passent les semaines : Journal de l’année 2003-2004 », Plon, 10 février 2005
« Jacques Vergès, l’anticolonialiste » (entretiens de Jacques Vergès avec Philippe Karim Felissi) – Paris : le Félin, coll. « Histoire et sociétés », 2005.
« Crimes contre l’humanité massacres en Côte d’Ivoire », Pharos, avril 2006.
 
SUR JACQUES VERGÈS
« Le Salaud lumineux », Jean-Louis Rémilleux, Michel Lafon, 1er janvier 1996
« Vergès, le maître de l’ombre », Bernard Violet (avec Robert Jegaden), Seuil, 2000
« Vergès et Vergès de l’autre côté du miroir », Thierry Jean-Pierre, JC Lattès, avril 2000.

SERVICES SECRETS
« Aux Services de la République : du BCRA a la DGSE », Claude Faure, Broché, 2004
« Dans le secret des Services : la France malade de ses espions », Philippe Madelin, Broché, 2007

----------------------------------------------------------------------------

Jacques Vergès

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Pour les articles homonymes, voir Vergès.

Jacques Vergès est un avocat français né le 5 mars 1925 à Ubon Ratchatani au Siam[1] (actuelle Thaïlande). Il est célèbre pour ses convictions anticolonialistes, pour son passé d'ancien résistant, mais aussi pour avoir défendu un auteur de crimes contre l'humanité, Klaus Barbie lors de son procès à Lyon en 1987.

Sommaire

[masquer]

Enfance et adolescence [modifier]

Fils de Pham Ti Khang, institutrice annamite, et du docteur Raymond Vergès, consul de France dans sa ville natale, il est le frère de l'homme politique Paul Vergès, dont il serait le jumeau.

À compter de la mort de leur mère survenue alors qu'il a trois ans, il vit à la Réunion, où une partie de ses ancêtres sont établis depuis la fin du XVIIe siècle et effectue parfois depuis cette île quelques brefs séjours à Madagascar. La famille s'installe d'abord à Saint-Denis, puis à Hell-Bourg et enfin à Saint-André.

Il est sensibilisé très tôt à la politique : à l'âge de douze ans, il participe avec son frère à un grand défilé du Front populaire qui le marquera, au Port. Sa jeunesse est en outre l'occasion de fréquenter de futurs dirigeants. Enfant, il a pour camarade de classe la future femme de l'homme politique Pierre Lagourgue. Plus tard, il est scolarisé au lycée Leconte-de-Lisle dans la même classe que Raymond Barre, à qui il dispute la place de premier.

Il obtient son bac à seize ans et sa première année de droit l'année suivante. Il quitte la Réunion à 17 ans et demi pour s'engager dans la Résistance au côté des Forces françaises libres (FFL) en 1941. Plusieurs fois médaillé, il se bat notamment en Algérie, au Maroc, en Italie puis en France avec le grade de sous-officier. Il reste toujours profondément gaulliste et attaché à la personne du Général, on parle même de gaullo-communisme pour le qualifier idéologiquement. Il ne revient à la Réunion en voyage qu'en 1961 puis 1984.

Engagement politique [modifier]

Arrivé à Paris, Jacques Vergès adhère en 1945 au Parti communiste français. En 1950, il est élu membre du bureau du Congrès de l'Union internationale des étudiants à Prague contre l'avis de ce dernier. En 1952, il devient secrétaire du mouvement, toujours contre l'avis de son parti. Il reste sur place jusqu'en 1954. Il y obtient sa deuxième année de droit.

De retour en France, il obtient sa troisième année en 1955. La même année, il s'inscrit au Barreau de Paris après avoir passé le CAPA. L'année suivante, il se présente au Concours de la Conférence du barreau de Paris, appelé aussi Concours de la Conférence du stage Conférence Berryer où il rencontre Edgar Faure et Gaston Monnerville, entre autres.

Le jeune avocat anticolonialiste demande alors au PCF et au PSU de s'occuper d'affaires en Algérie. Il milite alors pour le FLN et défend leurs combattants, dont l'emblématique Djamila Bouhired, qui avait été capturée par les paras français, torturée puis jugée et condamnée à mort pour attentats à la bombe en Algérie. En 1965, sa cliente deviendra pour quelques années son épouse et ils auront 2 enfants. Il quitte le PCF en 1957.

À l'indépendance de l'Algérie en 1962, Jacques Vergès s'installe à Alger et devient le chef de cabinet du ministre des affaires étrangères. Il fonde alors une revue tiers-mondiste financée par le FLN, Révolution africaine. Jacques Vergès rencontre Mao Zedong en mars 1963 et se rallie très rapidement aux thèses maoïstes. Il est alors destitué de ses fonctions et doit rentrer à Paris. Au mois de septembre, il crée une nouvelle revue, Révolution, qui est alors le premier journal maoïste publié en France. En 1965, la destitution du président Ben Bella permet à Jacques Vergès de rentrer en Algérie. Il met fin alors à la revue Révolution. Il sera avocat jusqu'en 1970 à Alger.

La disparition [modifier]

De 1970 à 1978, Jacques Vergès disparaît. Il a toujours entretenu le mystère sur cette période.

Aux journalistes qui lui demandaient s'il était au Liban, à Moscou ou s'il travaillait pour les Khmers rouges chez Pol Pot, au Cambodge, il a répondu qu'il était « très à l'est de la France » et « avec des amis qui sont encore vivants, dont certains ont des responsabilités importantes ». « Les événements, ajoute-t-il, que nous avons vécus ensemble sont connus. C'est notre rôle qui ne l'est pas ; non pas réellement le mien, qui fut modeste, mais le leur. Il ne m'appartient pas d'en parler[2]. » Bernard Violet, un de ses biographes controversés, avance une affaire de gros sous au Katanga. Le juge Thierry Jean-Pierre, qui a écrit un livre sur les frères Vergès, argue d'une fuite en avant : « À l'époque, il est mal. Michel Debré veut sa peau, et le Mossad veut le tuer, car il défend des Palestiniens. Il part du jour au lendemain, en Asie, agent des services secrets chinois. Ils l'utilisent au Cambodge et au Viêt Nam[citation nécessaire] ». Dans le documentaire L'Avocat de la terreur, de Barbet Schroeder, il reconnaît avoir été ponctuellement présent à Paris de manière clandestine pendant cette période.

Carrière d'avocat [modifier]

Le premier dossier que Jacques Vergès a géré en tant qu'avocat concerne la Sonacotra. Il s'engage dans une défense de rupture (l'accusé se fait accusateur et prend l'opinion à témoin), plutôt que la défense de connivence qui était classiquement plaidée. Depuis, au carrefour du politique et du judiciaire, il a associé son nom à de nombreux procès médiatisés, notamment ceux des personnalités suivantes :

Il apparaît souvent mis en scène dans son bureau en bois de fer, véritable bric-à-brac décoré de nombreux objets africains et notamment de lithographies de Louis Antoine Roussin.

Pour tourner en dérision l'accusation, il prend l'habitude d'introduire ses plaidoiries par le fameux « et c'est pour ça qu'on me dérange ? » emprunté selon certains au fameux avocat marseillais Me Juanito.

Publications [modifier]

  • De la stratégie judiciaire, Éditions de Minuit, Paris 1eravril 1981 ;
  • Pour en finir avec Ponce Pilate, Le Pré aux clercs, 1er novembre 1983 ;
  • Beauté du crime, Plon, Paris 1988 ;
  • Je défends Barbie (préface de Jean-Edern Hallier), Jean Picollec, Paris 1988 ;
  • La Justice est un jeu, Albin Michel, 27 février 1992 ;
  • Lettre ouverte à des amis algériens devenus tortionnaires, Albin Michel, 28 octobre 1993 ;
  • Mon Dieu pardonnez leur, Michel Lafon, 1er novembre 1995 ;
  • Intelligence avec l'ennemi, Michel Lafon, 1er janvier 1996 ;
  • Le Salaud lumineux, Michel Lafon, 1er janvier 1996 ;
  • J'ai plus de souvenirs que si j'avais mille ans, Éditions 84, 6 mai 1999 ;
  • Un procès de la barbarie à Brazzaville (co-auteur avec Dior Diagne), Jean Picollec, 15 septembre 2000 ;
  • Les Sanguinaires : sept affaires célèbres, J'ai lu, 26 février 2001 ;
  • Omar m'a tuer - histoire d'un crime, J'ai Lu, 21 mars 2001 ;
  • L'Apartheid judiciaire (co-auteur avec Pierre Marie Gallois), L'Âge d'homme, Lausanne 2002 ;
  • Le Suicide de la France, Olbia, 16 mars 2002 ;
  • Dictionnaire amoureux de la justice, Plon, 24 octobre 2002 ;
  • Les Erreurs judiciaires, Presses Universitaires de France - PUF, 15 novembre 2002 ;
  • Justice pour le peuple serbe, L'Âge d'Homme, 1er mars 2003 ;
  • La Démocratie à visage obscène, La Table ronde, 7 octobre 2004 ;
  • Les Crimes d'État, Plon, 25 mars 2004 ;
  • Passent les jours et passent les semaines : Journal de l'année 2003-2004, Plon, 10 février 2005.
  • Jacques Vergès, l'anticolonialiste (entretiens de Jacques Vergès avec Philippe Karim Felissi). – Paris : le Félin, coll. « Histoire et sociétés », 2005. – 116 p., 24 cm. – ISBN 2-86645-584-3.
  • Crimes contre l'humanité massacres en Côte d’Ivoire, Pharos, 276p, avril 2006
  • Que mes guerres étaient belles !, Éditions du Rocher, 5 avril 2007, (ISBN 978-2268060989)
  • Journal : La passion de défendre, Éditions du Rocher, 17 avril 2008, (ISBN 978-2268065069)

Bibliographie [modifier]

  • Bernard Violet, Vergès, le maître de l'ombre, Fayard, 7 janvier 2000[10].
  • Thierry Jean-Pierre, Vergès et Vergès, de l'autre côté du miroir, Médiaspaul, 6 avril 2000.

Documentaire [modifier]

Voir aussi [modifier]

Lien externe [modifier]

Notes et références [modifier]

  1. Cette date est celle de l'état-civil, ce qui fait de Jacques Vergès le jumeau de son frère Paul. Mais l'intéressé penche pour une naissance datée d'un an plus tôt, le 20 avril 1924, à Savannakhet dans l'actuel Laos, et a établi une déclaration conjointe une année plus tard avec son frère Cf. « Les mille et une vies de Me Vergès », L'Express, 28 février 2005.
  2. « Les mille et une vies de Me Vergès » et « Défendre Bush et Sharon ? Pourquoi pas ? », L'Express, 28 février 2005.
  3. [pdf] sur fidh.org
  4. sur humanite.presse.fr
  5. sur humanite.presse.fr
  6. sur genocidewatch.org
  7. sur carapid.com
  8. sur blog.france2.fr
  9. « Les avocats de la famille d'Ivan demandent l'ouverture d'une information judiciaire », Le Monde, 14 août 2007.
  10. Le 26 avril 2000, la Cour d'appel de Paris déboute Jacques Vergès de son action à l'encontre de cette biographie.
  11. Site officiel de L'Avocat de la terreur


17/05/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 101 autres membres

design by ksa | kits graphiques by krek