L'arrêt du tabac

L'arrêt du tabac

L'arrêt du tabac

Mise à jour : 16 juillet 2007

Ce texte est extrait du Guide de l'automédication.

 

Parmi les mesures d'hygiène de vie que l'on peut prendre pour garder la forme, l'arrêt du tabac est probablement celle qui procure le plus de bénéfices. La nicotine étant une substance puissamment addictive, cesser de fumer requiert souvent de gros efforts et des tentatives répétées.

Les méfaits du tabac

Chaque bouffée de cigarette est composée de plus de 4 000 particules chimiques, dont des poisons tels que l'arsenic, le formol et l'ammoniaque. Fumer augmente la pression artérielle, contribue au rétrécissement des artères, réduit l'approvisionnement en oxygène du cœur et entraîne de nombreux autres dommages.
Au-delà de la prévention de nombreuses maladies, l'arrêt de la tabagie présente d'autres avantages : lors des activités physiques, le souffle revient, l'odorat, le goût et l'haleine s'améliorent sans parler des économies financières considérables !

Les maladies causées ou aggravées par le tabac
Maladies Effets du tabac
Cancers Les substances contenues dans le tabac favorisent le développement de nombreux cancers : principalement les cancers du poumon, des lèvres, de la langue, de la gorge, de l’œsophage et de la vessie.
Excès de cholestérol Fumer semble favoriser la production du « mauvais » cholestérol (LDL).
Maladies du cœur et des vaisseaux Fumer favorise le dépôt de plaques graisseuses dans les artères, provoquant ainsi leur obstruction et leur fragilisation. Ce phénomène est à l’origine d’infarctus du myocarde et d’accidents vasculaires cérébraux (risque augmenté entre 1,5 et 3 fois).
Troubles du rythme cardiaque La nicotine agit sur le rythme cardiaque et pourrait aggraver ces troubles.
Troubles du sommeil La nicotine est un excitant. Les personnes sujettes aux insomnies doivent éviter de fumer le soir, ou la nuit lorsqu’elles se réveillent.
Bronchite chronique et emphysème Ces maladies sont des conséquences du tabagisme.
Bouche sèche Fumer réduit l’humidité de la bouche.
Problèmes de dents Fumer multiplie par cinq le risque de gingivite . Le tabac jaunit les dents et favorise le dépôt de la plaque dentaire, cause de caries et de problèmes de gencives.
Reflux gastro-œsophagien Facteur de relâchement du sphincter de l’œsophage, le tabac peut se révéler comme une cause importante de reflux gastrique.
Hémorroïdes Fumer en aggraverait les symptômes.
Ostéoporose Fumer accentue la diminution de la masse osseuse.
Artérite des jambes Cette affection liée à une mauvaise circulation dans les artères des jambes serait deux fois plus fréquente chez les fumeurs.
Douleurs des membres En réduisant l’irrigation sanguine des membres, le tabac est susceptible de provoquer ou d’accentuer les douleurs au niveau des bras, des mains, des jambes et des pieds, en particulier le matin.
Diabète de type 2 Le tabagisme aggrave considérablement le risque de complications chez les patients diabétiques. Arrêter de fumer est essentiel pour ces personnes.
Vieillissement de la peau Le tabac rend la peau plus épaisse, plus sèche, avec des rides plus profondes et une carnation terne.
Troubles de l’érection Le tabac endommage les artères et réduit le flux sanguin, y compris celui qui irrigue le pénis.
Dégénérescence de la rétine Le risque de perdre la vue est trois fois plus élevé chez les fumeurs atteints de ce trouble.

S'arrêter avec l'aide du médecin

Votre meilleur allié pour vous arrêter de fumer est votre médecin généraliste. Les études ont montré qu'une telle tentative a deux fois plus de chances de réussir si elle est accompagnée par un professionnel de la santé. Pourtant, 85 % des fumeurs qui essaient de s'arrêter le font sans aucune aide extérieure.
On compte trois tentatives en moyenne, avant l'arrêt définitif - ce qui montre bien qu'il ne faut pas se décourager en cas d'échec, mais au contraire prendre le temps de se remotiver.

Les conseils pratiques

Voici quelques conseils pour vous aider dans votre lutte contre le tabac.
- Réduisez progressivement le nombre de cigarettes. Pour vous aider, emportez dans votre paquet le nombre de cigarettes que vous avez décidé de fumer dans la journée. Essayez de ne les fumer qu'à moitié avant de les écraser.
- Décidez d'une date à laquelle vous désirez arrêter. Annoncez-la à votre entourage et le jour venu, éteignez votre dernière cigarette.
- Attendez-vous à être irritable et nerveux pendant quelques jours, le temps que la dépendance physique s'atténue. La dépendance psychologique prendra beaucoup plus de temps à disparaître, parfois des mois ou des années.
- Confinez la cigarette. Chez vous, réduisez progressivement le nombre de pièces où vous vous autorisez à fumer.
- Enrôlez un ami non fumeur pour vous encourager et vous soutenir dans votre démarche. Ceux qui ont recours à cette méthode auraient deux fois plus de chance de ne pas se remettre à fumer dans l'année qui suit.
- Mettez de côté l'argent économisé, pour vous offrir un cadeau.
- Faites du sport. Le sport éloignera le tabac de vos pensées et diminuera la tendance à la prise de poids qui suit souvent l'arrêt de la cigarette.
- Planifiez votre journée de façon à éviter les moments où vous serez le plus tenté d'en « griller une ».
- Occupez vos doigts, surtout pendant les premiers jours d'arrêt. Jouez avec des stylos, des figurines anti-stress, etc.
- Mâchez du chewing-gum ou croquez une pomme quand vous avez un petit creux. Quand le taux de glucose dans le sang diminue, certains fumeurs se ruent sur leur cigarette pour y trouver une bouffée d'énergie factice.
- Évitez de boire de l'alcool. Celui-ci est le meilleur moyen de saper votre volonté.
Par ailleurs, n'hésitez pas à vous faire aider par des professionnels en utilisant par exemple la ligne téléphonique gratuite Tabac info service (0825 309 310, 0,15 € / minute).

Les médicaments accompagnant le sevrage tabagique

Les médicaments actuellement disponibles pour accompagner le sevrage tabagique sont de deux types : les substituts de la nicotine, disponibles sans ordonnances, et le bupropion (sur ordonnance).
La varénicline est une substance également indiquée dans l'aide à l'arrêt du tabac chez l'adulte. Elle devrait être commercialisée en France dans le courant de l'année 2007. Elle ne pourra être obtenue que sur ordonnance.

Les substituts de la nicotine
Ils sont destinés à compenser l'absence de nicotine due à la privation de tabac et à prévenir les symptômes du sevrage (nervosité, fringales, insomnies par exemple). La quantité de nicotine administrée chaque jour est progressivement diminuée, pour éviter l'apparition de symptômes de manque. De nombreuses formules sont en vente libre. Le nicotinamide est une substance qui est également proposée pour arrêter de fumer. Soyez vigilants et ne laissez pas traîner ces produits à portée de main des enfants. Une ingestion accidentelle pourrait entraîner de graves conséquences.

Le bupropion et la varénicline
Le bupropion était initialement utilisé aux États-Unis comme antidépresseur. Comme les personnes traitées avec cette substance avaient remarqué une diminution, voire une disparition de leur envie de fumer, son action a été étudiée dans ce cadre. Disponible sur ordonnance, il est commercialisé en France sous le nom de Zyban LP, comme aide au sevrage tabagique en complément d'un soutien de la motivation à l'arrêt du tabac. Pendant la mise en place progressive du traitement, le fumeur continue de fumer. Il décide d'une date d'arrêt, en général au cours de la deuxième semaine du traitement, qui se poursuit pendant quelques semaines encore. Si le patient continue de fumer au bout de sept semaines de traitement, celui-ci est considéré comme inefficace et doit être arrêté.
La varénicline (Champix) est une substance qui a la propriété de se lier à certains récepteurs à la nicotine. Dans l'organisme, elle agit comme celle-ci sur ces récepteurs, ce qui aide à soulager les symptômes de manque et permet de réduire les effets de plaisir liés au tabagisme.

S'arrêter de fumer quand on est enceinte
Le tabagisme chez les femmes enceintes peut être à l'origine d'un retard de croissance du fœtus. Chez les femmes fortement dépendantes de la nicotine, l'usage d'un substitut (patch, gomme à mâcher, etc.) peut constituer une aide, car ces substituts permettent au moins de ne pas exposer le fœtus aux toxiques autres que la nicotine présents dans la fumée du tabac. Mais les effets de la nicotine seule sur le fœtus sont encore mal connus.
Voie orale

 
NICOGUM
NICOPASS
NICORETTE gomme
NICORETTE Microtab
NICOTINELL comprimé
NICOTINELL gomme
NIQUITIN comprimé
NIQUITIN gomme à mâcher
Voie transdermique

 
NICOPATCH
NICORETTE dispositif transdermique
NICOTINELL dispositif transdermique
NIQUITINCLEAR
Voie respiratoire

 
NICORETTE inhaleur
Autres médicaments du sevrage tabagique

 
NICOPRIVE


Retrouvez l'intégralité des conseils : symptômes, causes, complications éventuelles, ce que vous pouvez faire, etc. dans le Guide de l'automédication.


29/09/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 102 autres membres

design by ksa | kits graphiques by krek