La 3eme vague de psychothérapies : quel apport ?

CTAH

La 3eme vague de psychothérapies : quel apport ?

On parle de « troisième vague » (ou nouvelle génération) de psychothérapies qui sʼintéressent à un ensemble assez hétérogène de méthodes psychothérapiques qui ont montré leur efficacité en particulier chez les patients qui sont considérés comme résistants ou difficiles à traiter.
Cette nouvelle vague de thérapies a le mérite dʼavoir enrichi et élargi les ingrédients techniques et conceptuels des psychothérapies. De plus, elle bénéficie des méthodologies dʼévaluation les plus appropriées et les résultats des études randomisées et contrôlées apportent un support empirique.
Cela dit, il nʼy a pas dʼétude qui puisse prétendre affirmer quʼune thérapie de troisième vague est supérieure à une thérapie cognitive comportementale classique (et vice versa). Toutefois, les taux dʼattrition diffèrent selon les psychothérapies avec une tendance vers une meilleure acceptation et tolérance des thérapies de nouvelle vague dans des groupes particuliers de patients.
Le dossier de Mars 2013 est consacré à la présentation de ces thérapies de nouvelle génération.

 

La troisième vague des thérapies comportementales cognitives

La troisième vague


De récentes découvertes: cette «troisième vague» de psychothérapies constitue un groupe hétérogène de traitements, comprenant

  • lʼACT (thérapie de lʼacceptation et de lʼengagement),
  • lʼActivation Comportementale,
  • la CBAST (Système dʼanalyse cognitive et comportementale de la psychothérapie),
  • la Thérapie Dialectique,
  • la Thérapie Métacognitive,
  • la Thérapie Cognitive Fondée sur la Pleine Conscience,
  • la Thérapie des Schémas.

Plusieurs études ont été réalisées au cours des 3 à 5 dernières années, montrant lʼefficacité et lʼefficacité des psychothérapies de la «troisième vague».
Les méthodes présentées ici ouvrent des possibilités de traitement pour les patients souffrant de trouble de la personnalité limite ou Borderline, de dépression chronique ou de trouble dʼanxiété généralisé qui nʼavaient reçu que peu dʼattention spécifique dans le passé. Les données disponibles permettent dʼenvisager maintenant lʼensemble de tous ces traitements de la troisième vague comme empiriquement soutenus.

Introduction


La thérapie comportementale trouve ses racines dans les années 1950. La première caractéristique de cette «première vague» a été mise sur le conditionnement classique et lʼapprentissage (dit opérant). La «deuxième vague» a mis lʼaccent sur le traitement de lʼinformation. Par exemple, la thérapie cognitive est à lʼheure actuelle le système dominant de la psychothérapie. Une étude récente reprend plus de 75 essais cliniques concernant la thérapie cognitive de la dépression unipolaire, et montre que ce traitement est supérieur au placebo, ce qui la rend aussi efficace que des traitements la pharmacologiques dans la dépression. [1] En outre, la thérapie cognitive semble être supérieure à la pharmacothérapie dans la réduction du risque de rechute après lʼarrêt du traitement [2]
Pourtant, après plus de 45 années dʼexpérience avec la thérapie cognitive, il faut en admettre les limites : en premier lieu, les guérissons ne sont pas toujours totales, ce qui laisse place à une recherche dʼamélioration. Dʼautre part, les traitements ne sont pas toujours acceptés par les patients et, troisièmement, les données montrent quʼil faut continuer à approfondir lʼanalyse des contenus dysfonctionnels des pensées [3].

La «troisième vague» des thérapies comportementales se caractérise par de nouveaux thèmes : la métacognition, la fusion cognitive, les émotions, lʼacceptation, lʼattention, la dialectique, la spiritualité et la relation thérapeutique. Les techniques utilisées dans les méthodes de la troisième vague sont très hétérogènes. Les points communs sont lʼabandon ou lʼutilisation prudente des interventions cognitives axées sur le contenu et lʼutilisation de modèles de déficit de compétences comme explication des mécanismes des troubles. Un autre aspect est la renaissance des principes de la première vague, comme le conditionnement opérant. [6]
La présente étude se concentre sur les études contrôlées randomisées depuis 2007. Une méta-analyse jusquʼen 2007 a été publié par Ost. [7]

Détaillons les thérapies suivantes dans ce document :

  • La thérapie de lʼacception de lʼengagement (ACT)

 

  • LʼActivation Comportementale

 

  • Système dʼanalyse comportementale cognitive de la psychothérapie

 

  • Thérapie Comportementale Dialectique (DBT)

 

  • Thérapie Métacognitive

 

  • Thérapie Cognitive Basée sur la Pleine Conscience

 

  • Thérapie des Schémas

 

Résumé et conclusion


Y a tʼil des thérapies de la « troisième vague » supérieure à la thérapie cognitive classique ? Il est difficile de répondre à cette question, car une recherche approfondie montre que la supériorité de telle ou telle technique est difficile ou impossible à établir. [58]

Toutes les méthodes de la troisième vague ont des racines profondes dans la théorie de lʼapprentissage. LʼACT et lʼactivation du comportement mettent accent sur le thème des valeurs, des objectifs et des comportements. La CBASP est fortement influencée par la psychologie du développement et la théorie interpersonnelle.


Quelles sont les limites des méthodes de la « troisième vague » ? Malgré lʼaugmentation impressionnante de connaissances des dernières années, les méthodes de la « troisième vague » sont encore à la traîne par rapport à la masse de données de la thérapie cognitive classique. Pour nommer quelques lacunes importantes, il nʼexiste aucune étude sur lʼapplication de lʼACT aux patients souffrant de dépression sévère, et il nʼy a pas de preuve de lʼefficacité de la thérapie des schémas en dehors du traitement des patients atteints de trouble de la personnalité borderline.

Conclusion


La troisième vague de psychothérapies comportementales est un domaine important de développement de la psychothérapie moderne. Elle a ajouté des techniques à la gamme de traitements soutenus empiriquement pour les troubles mentaux. Les méthodes présentées ouvrent des possibilités pour les groupes de patients tels que le trouble de la personnalité limite, la dépression chronique ou le trouble dʼanxiété généralisée qui nʼavaient reçu que peu dʼattention dans le passé. Pourtant, par rapport à la thérapie cognitive classique, il y a un énorme déficit dans la quantité de preuves de leur efficacité.

Dʼaprès Kai G. Kahl, Lotta hiver, Ulrich Schweiger - Current Opinion in Psychiatry. 2012; 25 (6):522-8

Références


Les références citées se trouvent dans le document

 

------------------------------

 

Principes des thérapies comportementales cognitives de la troisième vague

2/04/2013
Auteur : M Trybou

Dictionnaire > Psychiatrie générale

Quʼest-ce qui est nouveau et ce qui est efficace dans ces thérapies dites de troisième vague ou de nouvelle génération ?
Définition rapide des méthodes

La thérapie de lʼacception de lʼengagement (ACT)


LʼACT [8] est une méthode de thérapie comportementale pose les processus suivants comme centraux dans les troubles mentaux:
  • (1) la fusion cognitive,
  • (2) lʼévitement expérientiel,
  • (3) lʼattachement à un soi verbalement conceptualisé et verbalement conceptualisé passé,
  • (4) lʼabsence de valeurs ou de la confusion des objectifs avec les valeurs,
  • (5) lʼabsence dʼun comportement qui va dans le sens de valeurs choisies.

Le traitement comporte une psychoéducation sur les mécanismes clés de la maladie, des exercices de pleine conscience et défusion cognitive. Lʼorientation vers les valeurs importantes pour le patient est obtenue et discutée, et les patients sont pris en charge dans des comportements allant sur ces valeurs, contrairement au comportement habituel qui vise lʼévitement des sensations désagréables. [9]
Il ya plusieurs essais contrôlés randomisés pour tester lʼefficacité de lʼACT : lʼACT a été associée à une réduction des symptômes dépressifs chez les hommes et les femmes souffrant de dépression subclinique. [10 •] LʼACT a été supérieure à la relaxation progressive dans la réduction des symptômes du trouble obsessionnel compulsif chez 79 patients. [11] Dans la toxicomanie, lʼACT combinée à la bupropion a nettement amélioré les patients par dans lʼenvie de cesser de fumer par rapport à bupropion seule (taux de démissions: 31.6 contre 17,5%). [12] Fait intéressant, lʼACT est également efficace pour réduire le sentiment de honte chez les patients ayant des problèmes de toxicomanie 4 mois après la fin de la période de suivi. [13] Chez 116 patients souffrant de douleurs bénignes, une thérapie de groupe de 8 semaines était aussi efficace que la thérapie comportementale cognitive en réduisant les interférences dues à la douleur et les symptômes dʼhumeur liés à la douleur. [14] Un essai contrôlé randomisé a également que lʼACT permet de promouvoir lʼactivité physique chez les adultes. [15] • LʼACT a été considérée efficace dans la réduction des niveaux de stress et dʼépuisement des travailleurs sociaux (n = 106). [16]
En outre, plusieurs études ont été publiées, montrant lʼutilité de lʼACT dans la douleur, [17] les troubles alimentaires, [18,19] la dépendance à la marijuana, [20] la réduction de prise de méthadone, [21] le trouble dʼanxiété généralisée [22 ] et les symptômes affectifs dans les troubles psychotiques. [23]

LʼActivation Comportementale


Lʼactivation comportementale est une méthode de la troisième vague permettant de traiter la dépression et dʼautres troubles mentaux. [4,5,24]
Ces études ont montré que lʼactivation comportementale est élément psychothérapeutique à part entière ayant a une efficacité similaire ou supérieure à la thérapie cognitive. Lʼactivation comportementale vise à accroître le renforcement positif en aidant les patients à adopter des comportements appropriés dans un but anti dépression. Lʼobjectif est dʼamener le patient en contact avec des sources diverses, stables et appréciées de renforcement positif. Lʼactivation comportementale englobe la psychoéducation, la surveillance de lʼactivité, la planification des activités antidépressives et la gestion des blocages.
Les suivis ont montré que lʼactivation comportementale et la thérapie cognitive avaient les mêmes effets durables, qui étaient aussi efficaces que le traitement continu avec des médicaments. [4]
Une étude combinant les stratégies de cessation pour les fumeurs présentant des symptômes dépressifs ont montré que ce traitement entraîne une meilleure hausse des taux dʼabstinence que le traitement standard de lʼabandon du tabagisme, mais aussi que les symptômes dépressifs étaient plus faibles pendant la période de suivi. [26]
Un essai contrôlé randomisé chez les patients psychiatriques hospitalisés en gériatrie a montré une plus grande réduction des symptômes dépressifs que dans le groupe contrôle. [27]
Une étude chez les patientes atteintes dʼun cancer du sein et de dépression majeure a comparé lʼactivation comportementale et la thérapie de résolution de problèmes. [28] Les deux types de thérapies ont eu des taux similaires de rémission et de bonne réponse.
Une lʼétude pilote montre la bonne efficacité de lʼactivation comportementale dans la dépression atypique.

Système dʼanalyse comportementale cognitive de la psychothérapie


Le système dʼanalyse comportementale et cognitive de la psychothérapie (CBASP) a été spécifiquement développé pour le traitement des patients souffrant de dépression chronique. La CBASP suppose que des déficits dans la façon de penser provoque lʼéchec dans les comportements interpersonnels et donc provoque la dépression. [29,30]
La méthode comprend trois techniques thérapeutiques :

  • analyse de la situation,
  • analyse des relations interpersonnelles,
  • stratégies adaptées, dans le but que le comportement soit orienté vers lʼempathie et les valeurs personnelles.

Une étude, [31] démontre que la pensée « préopératoire » est plus prononcée chez les patients souffrant de dépression chronique que chez les patients souffrant de dépression épisodique ou des volontaires sains.
Une étude avec plus de 800 patients déprimés montre que CBASP, psychothérapie brève de soutien, et pharmacothérapie étaient équivalentes. [32]
La résolution des problèmes sociaux a été significativement améliorée. [33]

Thérapie Comportementale Dialectique (DBT)


La thérapie dialectique comportementale a été initialement développée pour les patients souffrant de troubles parasuicidaires de la personnalité limite (TPL). [34]
Des modifications ont été mises au point pour la toxicomanie et les troubles alimentaires.
La DBT suppose que les déficits de compétences de la régulation des émotions sont au centre de ces troubles. En conséquence, le DBT enseigne un large spectre de compétences dans les domaines de lʼattention, tolérance au mal être, la régulation des émotions et lʼefficacité interpersonnelle. [35,36]Une étude montre une diminution des comportements suicidaires, de la dépression et un meilleur contrôle de la colère. [37] Une autre étude a comparé la thérapie à un groupe standard, démontrant de plus grandes améliorations cliniques et de faibles abandons de thérapie. [40]

Thérapie Métacognitive


La thérapie métacognitive (MCT) [23] a évolué à partir de la thérapie cognitive classique. Les connaissances sur la métacognition trouvent leur origine dans les recherches sur lʼapprentissage et la prise de décision chez les enfants. La MCT utilise des techniques pour développer des compétences dans la flexibilité cognitive, de la Pleine Conscience et des exercices cognitifs et comportementaux pour modifier la métacognition.
Une étude incluant 126 patients montre lʼefficacité de la MCT dans le traitement du trouble dʼanxiété généralisée. [42] Un essai non contrôlé dans la gestion de dépression résistante aux traitements a montré des taux de rémission élevés. [44]

Thérapie Cognitive Basée sur la Pleine Conscience


La thérapie cognitive basée sur la Pleine Conscience (MBCT) est née de lʼapplication des techniques de méditation bouddhistes en médecine. [45] Ce modèle a été mis au point pour les patients souffrant de dépression majeure et encourage les patients à pratiquer la méditation de pleine conscience.
Lʼobjectif central est de développer la conscience métacognitive, cʼest à dire la capacité à considérer les cognitions et les émotions comme des événements mentaux qui traversent lʼesprit sans forcément de rapport avec la réalité extérieure. Lʼobjectif nʼest pas de changer les pensées dysfonctionnelles, mais dʼapprendre à les vivre comme des événements internes indépendants de soi-même. [46]
Les patients rechutent autant quand ils sont soignés par traitement ou par MBCT, et moins que dans le groupe placebo [47]
Deux autres montrent que les patients soignés par MCBT rechutent moins que ceux soignés par antidépresseurs [48]. [49]
Dans un épisode dépressif non mélancolique, la MBCT est tout aussi efficace que la thérapie cognitive. [50]
Dans le traitement de la dépression chronique, la MBCT est supérieure au traitement habituel. [51]
Un programme construit avec des stratégies MBCT a été testé chez des patients souffrant de dépendance à lʼalcool [52] La MBRP est efficace pour réduire la consommation dʼalcool ou de drogues durant les 4 mois après la fin du suivi.

Thérapie des Schémas


La thérapie des schémas a été initialement développée pour le traitement des troubles de la personnalité et dʼautres troubles mentaux chroniques. La thérapie des schémas est dérivée de la thérapie cognitive classique, et pourtant, par rapport à la thérapie cognitive, elle a considérablement développé le concept de « schémas » et de « modes ».
Elle comprend un large éventail de techniques pour traiter les émotions, cognitions et les comportements, et leur rapport avec des événements et des expériences du passé. La thérapie des schémas vise à reconnaître les modes de fonctionnement actuels dysfonctionnels, et dʼavoir un comportement guidé par le mode adulte en bonne santé. [53]
Une étude sur la thérapie des schémas dans le trouble de la personnalité borderline a montré un meilleur rapport coût-efficacité quʼune thérapie classique. [54] [55]

Références

  • 1. Beck AT, Dozois DJ. Cognitive therapy: current status and future directions. Annu Rev Med 2011; 62:397–409.
  • 2. Vittengl JR, Clark LA, Dunn TW, Jarrett RB. Reducing relapse and recurrence in unipolar depression: a comparative meta-analysis of cognitive-behavioral therapyʼs effects. J Consult Clin Psychol 2007; 75:475–488.
  • 3. Longmore RJ, Worrell M. Do we need to challenge thoughts in cognitive behavior therapy? Clin Psychol Rev 2007; 27:173–187.
  • 4. Dobson KS, Hollon SD, Dimidjian S, et al. Randomized trial of behavioral activation, cognitive therapy, and antidepressant medication in the prevention of relapse and recurrence in major depression. J Consult Clin Psychol 2008; 76:468–477.
  • 5. Dimidjian S, Hollon SD, Dobson KS, et al. Randomized trial of behavioral activation, cognitive therapy, and antidepressant medication in the acute treatment of adults with major depression. J Consult Clin Psychol 2006; 74:658–670.
  • 6. Kahl KG, Winter L, Schweiger U, Sipos V. The third wave of cognitive-behavioural psychotherapies: concepts and efficacy [in German]. Fortschr Neurol Psychiatr 2011; 79:330–339.
  • 7. Ost LG. Efficacy of the third wave of behavioral therapies: a systematic review and meta-analysis. Behav Res Ther 2008; 46:296–321.

8. Scott C, Schactman M, Graver LM. Aortic valve replacement with a pulmonary autograft: case studies of the Ross procedure. Am J Crit Care 1997; 6:418–422.

  • 9. Hayes SC. Acceptance and commitment therapy. Washington:American Psychological Association; 2012.
  • 10. Bohlmeijer ET, Fledderus M, Rokx TA, Pieterse ME. Efficacy of an early intervention based on acceptance and commitment therapy for adults with depressive symptomatology: evaluation in a randomized controlled trial. Behav Res Ther 2011; 49:62–67.
  • 11. Twohig MP, Hayes SC, Plumb JC, et al. A randomized clinical trial of acceptance and commitment therapy versus progressive relaxation training for obsessive-compulsive disorder. J Consult Clin Psychol 2010; 78:705–716.
  • 12. Gifford EV, Kohlenberg BS, Hayes SC, et al. Does acceptance and relationship focused behavior therapy contribute to bupropion outcomes? A randomized controlled trial of functional analytic psychotherapy and acceptance and commitment therapy for smoking cessation. Behav Ther 2011; 42:700–715.
  • 13. Luoma JB, Kohlenberg BS, Hayes SC, Fletcher L. Slow and steady wins the race: a randomized clinical trial of acceptance and commitment therapy targeting shame in substance use disorders. J Consult Clin Psychol 2012; 80:43–53.
  • 14. Wetherell JL, Afari N, Rutledge T, et al. A randomized, controlled trial of acceptance and commitment therapy and cognitive-behavioral therapy for chronic pain. Pain 2011; 152:2098–2107.
  • 15. Butryn ML, Forman E, Hoffman K, et al. A pilot study of acceptance and commitment therapy for promotion of physical activity. J Phys Act Health 2011; 8:516–522.
  • 16. Brinkborg H, Michanek J, Hesser H, Berglund G. Acceptance and commitment therapy for the treatment of stress among social workers: a randomized controlled trial. Behav Res Ther 2011; 49:389–398.
  • 17. Vowles KE, McCracken LM, OʼBrien JZ. Acceptance and values-based action in chronic pain: a three-year follow-up analysis of treatment effectiveness and process. Behav Res Ther 2011; 49:748–755.
  • 18. Berman MI, Boutelle KN, Crow SJ. A case series investigating acceptance and commitment therapy as a treatment for previously treated, unremitted patients with anorexia nervosa. Eur Eat Disord Rev 2009; 17:426–434.
  • 19. Juarascio AS, Forman EM, Herbert JD. Acceptance and commitment therapy versus cognitive therapy for the treatment of comorbid eating pathology. Behav Modif 2010; 34:175–190.
  • 20. Twohig MP, Shoenberger D, Hayes SC. A preliminary investigation of acceptance and commitment therapy as a treatment for marijuana dependence in adults. J Appl Behav Anal 2007; 40:619–632.
  • 21. Stotts AL, Masuda A, Wilson K. Using acceptance and commitment therapy during methadone dose reduction: rationale treatment description, and a case report. Cogn Behav Pract 2009; 16:205–213.
  • 22. Wetherell JL, Afari N, Ayers CR, et al. Acceptance and commitment therapy for generalized anxiety disorder in older adults: a preliminary report. Behav Ther 2011; 42:127–134.
  • 23. White R, Gumley A, McTaggart J, et al. A feasibility study of acceptance and commitment therapy for emotional dysfunction following psychosis. Behav Res Ther 2011; 49:901–907.
  • 24. Jacobson NS, Dobson KS, Truax PA, et al. A component analysis of cognitive-behavioral treatment for depression. J Consult Clin Psychol 1996; 64:295–304.
  • 25. Martell CR, Dimidjian S, Herman-Dunn R. Behavioral activation for depression. New York:Guilford; 2010.
  • 26. MacPherson L, Tull MT, Matusiewicz AK, et al. Randomized controlled trial of behavioral activation smoking cessation treatment for smokers with elevated depressive symptoms. J Consult Clin Psychol 2010; 78:55–61.
  • 27. Snarski M, Scogin F, DiNapoli E, et al. The effects of behavioral activation therapy with inpatient geriatric psychiatry patients. Behav Ther 2011; 42:100–108.
  • 28. Hopko DR, Armento ME, Robertson SM, et al. Brief behavioral activation and problem-solving therapy for depressed breast cancer patients: randomized trial. J Consult Clin Psychol 2011; 79:834–849.
  • 29. McCullough JP. Treatment for chronic depression. Cognitive behavioral analysis system of psychotherapy (CBASP). New York:Guilford; 2000.
  • 30. McCullough JP Jr. Treating chronic depression with disciplined personal involvement. New York:Springer; 2009.
  • 31. Kuhnen T, Knappke F, Otto T, et al. Chronic depression: development and evaluation of the Luebeck questionnaire for recording preoperational thinking (LQPT). BMC Psychiatry 2011; 11:199.
  • 32. Kocsis JH, Gelenberg AJ, Rothbaum BO, et al. Cognitive behavioral analysis system of psychotherapy and brief supportive psychotherapy for augmentation of antidepressant nonresponse in chronic depression: the REVAMP Trial. Arch Gen Psychiatry 2009; 66:1178–1188.
  • 33. Klein DN, Leon AC, Li C, et al. Social problem solving and depressive symptoms over time: a randomized clinical trial of cognitive-behavioral analysis system of psychotherapy, brief supportive psychotherapy, and pharmacotherapy. J Consult Clin Psychol 2011; 79:342–352.
  • 34. Linehan MM. Skills training manual for treating borderline personality disorder. New York:Guilford; 1993.
  • 35. McKay M, Wood JC, Brantley J. The dialectical behavior therapy skills workbook. Oakland:New Harbinger; 2007.
  • 36. Linehan MM, Koerner K. Doing dialectical behavior therapy. New York:Guilford; 2012.
  • 37. Neacsiu AD, Rizvi SL, Linehan MM. Dialectical behavior therapy skills use as a mediator and outcome of treatment for borderline personality disorder. Behav Res Ther 2010; 48:832–839.
  • 38. Bedics JD, Atkins DC, Comtois KA, Linehan MM. Treatment differences in the therapeutic relationship and introject during a 2-year randomized controlled trial of dialectical behavior therapy versus nonbehavioral psychotherapy experts for borderline personality disorder. J Consult Clin Psychol 2012; 80:66–77.
  • 39. McMain SF, Links PS, Gnam WH, et al. A randomized trial of dialectical behavior therapy versus general psychiatric management for borderline personality disorder. Am J Psychiatry 2009; 166:1365–1374.
  • 40. Soler J, Pascual JC, Tiana T, et al. Dialectical behaviour therapy skills training compared to standard group therapy in borderline personality disorder: a 3-month randomised controlled clinical trial. Behav Res Ther 2009; 47:353–358.
  • 41. Solem S, Haland AT, Vogel PA, et al. Change in metacognitions predicts outcome in obsessive-compulsive disorder patients undergoing treatment with exposure and response prevention. Behav Res Ther 2009; 47:301–307.
  • 42. van der Heiden C, Muris P, van der Molen HT. Randomized controlled trial on the effectiveness of metacognitive therapy and intolerance-of-uncertainty therapy for generalized anxiety disorder. Behav Res Ther 2012; 50:100–109.
  • 43. Wells A, Welford M, King P, et al. A pilot randomized trial of metacognitive therapy vs applied relaxation in the treatment of adults with generalized anxiety disorder. Behav Res Ther 2010; 48:429–434.
  • 44. Wells A, Fisher P, Myers S, et al. Metacognitive therapy in treatment-resistant depression: a platform trial. Behav Res Ther 2012; 50:367–373.
  • 45. Ludwig DS, Kabat-Zinn J. Mindfulness in medicine. JAMA 2008; 300:1350–1352.
  • 46. Segal ZV, Williams JM, Teasdale JD. Mindfulness-based cognitive therapy for depression. New York:Guilford; 2002.
  • 47. Segal ZV, Bieling P, Young T, et al. Antidepressant monotherapy vs sequential pharmacotherapy and mindfulness-based cognitive therapy, or placebo, for relapse prophylaxis in recurrent depression. Arch Gen Psychiatry 2012; 67:1256–1264.
  • 48. Kuyken W, Byford S, Taylor RS, et al. Mindfulness-based cognitive therapy to prevent relapse in recurrent depression. J Consult Clin Psychol 2008; 76:966–978.
  • 49. Godfrin KA, van Heeringen C. The effects of mindfulness-based cognitive therapy on recurrence of depressive episodes, mental health and quality of life: a randomized controlled study. Behav Res Ther 2010; 48:738–746.
  • 50. Manicavasgar V, Parker G, Perich T. Mindfulness-based cognitive therapy vs cognitive behaviour therapy as a treatment for nonmelancholic depression. J Affect Disord 2011; 130:138–144.
  • 51. Barnhofer T, Crane C, Hargus E, et al. Mindfulness-based cognitive therapy as a treatment for chronic depression: a preliminary study. Behav Res Ther 2009; 47:366–373.
  • 52. Witkiewitz K, Bowen S. Depression, craving, and substance use following a randomized trial of mindfulness-based relapse prevention. J Consult Clin Psychol 2010; 78:362–374.
  • 53. Arntz A, van Genderen H. Schema therapy for borderline personality disorder. Chichester:Wiley-Blackwell; 2009.
  • 54. van Asselt AD, Dirksen CD, Arntz A, et al. Out-patient psychotherapy for borderline personality disorder: cost-effectiveness of schema-focused therapy v. transference-focused psychotherapy. Br J Psychiatry 2008; 192:450–457.
  • 55. Farrell JM, Shaw IA, Webber MA. A schema-focused approach to group psychotherapy for outpatients with borderline personality disorder: a randomized controlled trial. J Behav Ther Exp Psychiatry 2009; 40:317–328.
  • 56. Nadort M, Arntz A, Smit JH, et al. Implementation of outpatient schema therapy for borderline personality disorder with versus without crisis support by the therapist outside office hours: a randomized trial. Behav Res Ther 2009; 47:961–973.
  • 57. Psychotherapie WB. Code of practice for the assessment of the scientific approval of psychotherapeutic methods and treatments, version 2.8. [Accessed 20 September 2010]
  • 58. Wampold BE, Mondin GW, Moody M, et al. A meta-analysis of outcome studies comparing bona fide psychotherapy: ʼall must have prizesʼ. Psychol Bull 1997; 122:203–215.
  • 59. Hofmann SG, Sawyer AT, Fang A. The empirical status of the ʼnew waveʼ of cognitive behavioral therapy. Psychiatr Clin North Am 2010; 33:701–710.
  • 60. Wegner DM. How to think, say, or do precisely the worst thing for any occasion. Science 2009; 325:48–50.
  • 61. Newman MG, Llera SJ. A novel theory of experiential avoidance in generalized anxiety disorder: a review and synthesis of research supporting a contrast avoidance model of worry. Clin Psychol Rev 2011; 31:371–382.

 





10/05/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 102 autres membres

design by ksa | kits graphiques by krek