Le besoin de contrôler dans les relations amoureuses

CTAH

 

Le besoin de contrôler dans les relations amoureuses

1/01/2009
Auteur : Melle Majdalani

Bipo / Cyclo > Bipolarité adulte > Amour, sexe, couple

Amour et excès de contrôle : entrée dans une spirale infernale.
Bruno a 34 ans, il est chef de projet et exerce son métier avec passion et rigueur depuis plusieurs années. Il rencontre Eve, une jeune femme dynamique, de 25 ans, qui exerce le métier d’éducatrice spécialisée auprès de jeunes enfants orphelins?.

Leur relation débute d’une manière classique. Ils vivent des moments agréables et se voient de manière quasi régulière. Au bout de 3 mois de relation, Bruno annonce à Eve, qu’il ne ressent pas vraiment de l’amour passionné envers elle et qu’il se questionnait sur leur relation. Avant même de prendre le temps de se demander si ce n’est pas aussi son cas, Eve se lance dans une spirale infernale.

"Il ne m’aime pas, Eh bien c’est ce qu’il croit!!!! Car IL VA M’AIMER.

Et là, c’est la pire des spirales : je vais faire tout ce que je crois nécessaire pour être aimée, ce qui se matérialise par des excès en tout genres associés à un changement de ma personnalité. Je me mets à le couvrir de cadeau. J’accepte ses incartades, je le mets sur un piédestal et je le traite comme un dieu vivant. Je fais passer tous ses désirs et ses besoins avant les miens. J’arrête de manger, je mange constamment, je suis dans un état nerveux extrême. Je deviens un  pot de colle.

Mais comme Bruno aime être adulé, il n’est pas parti. Alors j’en ai profité pour utiliser ma redoutable arme de séduction : la sexualité, qui dans ce schéma-là, est rarement liée  au désir. C’est un outil que je trouve à ma disposition et que je vais exclusivement orienter à lui faire plaisir.  Là, j’entre dans ce que j’appelle une sexualité ’compétitive’, avec dans ’idée fixe de prouver que je suis ’bonne’. Je dois être le meilleur coup dans ’absolu mais aussi meilleure que toutes les ex qu’il ait pu avoir dans le passé. Ce type de relation n’aboutissant pas à un amour mutuel, Bruno a fini par me quitter au bout de 3 mois. La vérité que je cherche à ne pas regarder en face, ’il ne m’aime pas maintenant et ne m’aimera pas plus demain’, finit par s’imposer. Notre rupture s’est alors suivie d’une chouette dépression!
"

Pour certains, être en relation avec l’autre est l’équivalent de contrôler une grosse tempête. C’est une bataille cruelle, qui ne finit jamais et qui nécessite de véhiculer toute notre énergie pour ne pas être noyé par l’intensité de la tempête. Malheureusement ou heureusement d’ailleurs, c’est toujours la tempête qui l’emporte à un moment ou un autre.

Quand une relation amoureuse est menaçante pour nous et qu’elle nécessite un besoin de contrôle, nous confondons l’amour avec l’addiction.

Nous confondons l’amour avec des  pathologies de l’amour quand:
  • nous sommes obnubilés par les faits et gestes de notre partenaire
  • nous n’acceptons pas que notre partenaire ait des amis et que nous cherchons par tous les moyens à le manipuler ou à le contrôler
  • nous empêchons notre partenaire d’effectuer des activités autant professionnelles que personnelles, par crainte d’une infidélité et des conséquences éventuelles
  • nous sommes persuadés que l’on peut changer l’autre
  • nous passons des nuits blanches à penser à l’autre
  • nous cuisinons pour lui tous les plats qu’il aime, en le servant généreusement tous les jours dans l’objectif de lui faire prendre du poids,
  • nous utilisons les finances pour l’enchaîner à la relation
  • nous utilisons le sexe pour l’impressionner ou pour le rendre jaloux
  • nous sommes persuadé que l’on mourrait sans lui
En bref, quand nous sommes prêt à tout pour que l’autre ne nous quitte pas, nous sommes un addict amoureux.

Belle liste de livres sur " "Amour & Contrôle""


30/04/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 105 autres membres

design by ksa | kits graphiques by krek