Les Troubles BORDERLINES - Partie 2

Question 18 :
Pouvez-vous m'aider à trouver un psy ?

Réponse à la question 18 : _ Après avoir pris conseil de Psychotherapie.Vigilance, Personnalité_Limite.Org (TPL en Projection International) a choisi de ne pas recommander nommément quelque psychothérapeute que ce soit. Les visiteurs sont invités à s'adresser en priorité à des médecins, des psychiatres, des psychologues cliniciens. Parmi ces professionnels qualifiés, certains se revendiquent aussi comme psychothérapeutes. En cas de besoin, on peut se tourner de façon privilégiée vers ces derniers sans jamais oublier de faire preuve du discernement qui s'impose. Les méthodes mises en œuvre doivent être clairement identifiées. En cas de doute, le patient ou demandeur de soins ne doit pas hésiter à demander l'avis d'un organisme reconnu, comme par exemples :

CANADA
:: Association des médecins psychiatres du Québec
:: Association des psychiatres du Canada
:: Ordre professionnel des psychologues du Québec
EUROPE
:: Association Française de Psychiatrie
:: Association Française des Psychiatres d'Exercice Privé
:: Association Fribourgeoise des Psychologues et Psychologues-Psychothérapeutes
:: Association Genevoise des Psychologues et Psychologues-psychothérapeutes
:: Association Neuchâteloise des Psychologues et Psychologues-Psychothérapeutes
:: Coordination Nationale des Médecins Généralistes en Psychiatrie
:: Fédération Belge des Psychologues
:: Fédération Européenne des Associations de Psychologues
:: Fédération Européenne des Associations de Psychologues
:: Fédération Française de Psychiatrie
:: Fédération Suisse des Psychologues
:: Psychologues.fr (Annuaire des Psychologues de France)
:: Réseau National des Psychologues
USA
:: American Psychiatric Association
:: American Psychological Association

Retour aux questions en haut de page

Question 19 :
Comment choisir le psychothérapeute une fois que j'ai identifié quelques ressources ?

Réponse à la question 19 : _ Voici quelques pistes :

Retour aux questions en haut de page

Question 20 :
Thérapie par Internet ou en face à face ?

Réponse à la question 20 : _ Consultez la chronique à ce propos au lien suivant :

  • http://www.personnalitelimite.org/bulletininitiative_aout2006.html#e
  • Retour aux questions en haut de page

    Question 21 :
    Est-ce que les traitements de psychothérapie sont couvert par la Sécurité Sociale (Assurance Maladie), en France ?

    Réponse à la question 21 : _ En France, les psychothérapies prescrites par un médecin, et menées par un psychiatre ou un psychologue, sont remboursées en partie par la Sécurité Sociale, le complément étant pris en charge par les Mutuelles. Concernant les psychologues, quand ils exercent en CMP (Centre Médico-Psychologique) , en dispensaire, ou à l'hôpital, on n'a rien à débourser. D'autre part, en France, les troubles de la personnalité graves font partie de la liste des 30 affections de longue durée (ALD 30) prises en charge à 100 % par la Sécurité Sociale (PDF).

    Pour en savoir plus ou/et pour participer à une discussion à ce propos, je vous propose le forum suivant : SantéPsy sur le site Atoute.org

    Retour aux questions en haut de page

    Question 22 :
    Je me sens brimé dans mes droits ayant de la difficulté à accéder à des soins de qualité, que puis-je faire ?

    Réponse à la question 22 : _ Il est important de prendre connaissance des droits en santé mentale. Je vous invite donc à vous diriger vers le lien suivant qui vous permettra par la même occasion d'identifier des ressources auxquelles vous pourrez vous adresser :

  • http://www.personnalitelimite.org/droitsantementale.html
  • Retour aux questions en haut de page

    Question 23 :
    Pourriez-vous me donner quelques pistes pour démarrer un groupe d'entraide ?

    Réponse à la question 23 : _ CAP Santé Outaouais publie un Guide d'accompagnement pour les groupes d'entraide que vous pouvez commander à partir du lien suivant :

  • http://www.capsante-outaouais.org/ressources/publications/accompagnement.htm
  • Une partie de ce guide est disponible sur le site de CAP Santé Outaouais, à partir du lien suivant :

  • http://www.capsante-outaouais.org/ressources/publications/accompagne-web/accompagne-web.html
  • Il faut retenir que l'entraide c'est gratuit, c'est sous une forme de bénévolat, que ce n'est pas (et ne remplace pas) une thérapie de groupe, que c'est imparfait mais, cela permet de briser l'isolement, de partager des expériences et de l'information, de faire des apprentissages et plus encore.

    Retour aux questions en haut de page

    Question 24 :
    À propos des groupes de soutien sur Internet et de canal de discussion en ligne (chat), que faut-il savoir ?

    Réponse à la question 24 :

    _ À propos des groupes de soutien sur Internet :

    Il existe différents forums sur Internet, dont certains sont publics, non modérés (à risque), d'autres sont publics et modérés, d'autres encore (moins accessibles) sont privés.

    En utilisant un pseudonyme, il est préférable de se diriger vers un forum de discussion public et modéré qui mise sur la transparence (public), le respect d'un code d'éthique (modération) et la gratuité de l'entraide "entre pairs" (accessible).

    La présence d'aidants bénévoles atteints eux-mêmes d'un trouble de santé mentale permet le dialogue et le partage des connaissances à partir d'expériences personnelles dans une relation d'égal à égal et d'adulte à adulte. Grâce à la transparence des forums publics, le partage des expériences de tous et chacun peut en aider plus d'un; même les lecteurs (incluant les proches de personne aux prises avec des problèmes reliés à la santé mentale) peuvent y trouver leur compte en comprenant davantage ce qui est vécu par une personne en cheminement.

    Il existe un excellent modèle de groupe de soutien sur Internet, et je vous le recommande. Il s'agit du forum suivant :

    Santé-Psy : http://www.atoute.org/n/forum/forumdisplay.php?f=9
    Ce forum traite de santé psychique et de santé mentale.
    Charte À Lire Avant De Poster
    Informations légales

    Les échanges, davantage réalisés "pour et par" les utilisateurs de services, font ressortir les compétences de tous et chacun; cela favorise ainsi l'appropriation du pouvoir (empowerment) de tous les participants. L'administrateur, et responsable du site, est un médecin et tente d'être le plus discret possible, afin d'éviter que le débat tourne à la demande d'avis personnalisés; il s'efface derrière des modérateurs ou animateurs touchés par le problème traité. Les modératrices Pandore, Aloes et Winnie, que je qualifie de "pairs aidants bénévoles en ligne" (Online patient-helpers) font un remarquable travail d'animation et de gestion. La formule est excellente !

    Pour ce qui est de l'anonymat, le Dr Dupagne, administrateur du site Atoute.org, précise que c'est une condition importante pour l'éthique d'un forum : c'est une protection contre les dérives publicitaires. Quand un forum est modéré par un professionnel ou un président d'association, que ce forum soit privé ou public il y a un risque de racolage vers l'activité de ce professionnel ou de cette association (à adhésion payante). Le Dr Dupagne s'est protégé personnellement de ce risque en refusant de voir tout nouveau patient depuis la création de ce site.

    Dans le cas où vous recherchez du soutien par Internet, l'équipe de "Santé Psy" du site Atoute.org vous invite à participer aux discussions en lien avec ce qui vous préoccupe et ce, dans la gratuité de l'entraide !

    _ À propos de canal de discussion en ligne (chat), je vous recommande :

    PsychoMédia : http://www.psychomedia.qc.ca/pn/modules.php?name=News&file=article&sid=4461
    Mentionnons que ce service ne sert pas à annoncer des sites web ni à se défouler.
    PsychoMédia n'organise jamais de rencontres en réel entre les usagers.
    Conditions d'utilisation

    Robert Labrosse


    Bibliographie proposé par le Dr Dupagne (05/2005) :
    1. Online patient-helpers and physicians working together: a new partnership for high quality health care.
      BMJ. 2000 Nov 4;321(7269):1129-32. Review.
    2. The impact of the Internet on cancer outcomes.
      CA Cancer J Clin. 2003 Nov-Dec;53(6):356-71.
    3. On the "proper use" of the Internet: self-help medical information and on-line health care.
      J Health Soc Policy. 2001;14(1):37-60. Review.
    4. Direct-to-consumer advertising: physicians' views of its effects on quality of care and the doctor-patient relationship.
      J Am Board Fam Pract. 2003 Nov-Dec;16(6):513-24.
    5. Self-help and consultation via Internet. Self-responsible users redefine the physician-patient relationship.
      Med Klin (Munich). 2004 May 15;99(5):263-8. Review. German.

    Retour aux questions en haut de page

    Question 25 :
    Comment m'abonner gratuitement au Bulletin mensuel "L'initiative" de Personnalité_Limite.Org afin de le recevoir par courriel ?

    Réponse à la question 25 : _ Conformément aux dispositions de l'article 34 de la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des informations qui vous concernent.

    Pour vous abonner ou pour annuler votre abonnement au Bulletin mensuel "L'initiative", ou pour soumettre des suggestions, des commentaires et des questions, il suffit de nous écrire par courriel à : bulletin_initiative@hotmail.com

    Retour aux questions en haut de page

    Question 26 :
    Où peut-on se procurer le livre « Trouble de personnalité limite et réadaptation - Points de vue de différents acteurs » ?

    Réponse à la question 26 : _ Le premier tome du livre « Trouble de personnalité limite et réadaptation - Points de vie de différents auteurs », un collectif de 32 auteurs sous la direction de Robert Labrosse et Claude Leclerc, aux Éditions Ressources, est disponible au Québec, depuis le 16 avril 2007, dans les librairies indépendantes ainsi que dans les succursales de Renau-Bray. Vous pouvez également le commander par Internet chez Renau-Bray en visitant leur site en cliquant ici !.
    Cette publication sera également disponible en Europe à compter de septembre 2007.

    J'en profites pour souligner que la parution du tome est prévue pour le printemps 2008.

    Retour aux questions en haut de page


    Question 27 :
    Quelle est la différence entre le trouble déficitaire de l'attention et la personnalité limite ?

    Réponse à la question 27 : _ Le trouble déficitaire de l'attention est un problème d'attention émergeant durant l'enfance (avant l'âge de 7 ans), souvent doublé d'un problème d'hyperactivité qui cause des difficultés à l'apprentissage en classe et dans l'organisation de la vie de tous les jours par manque d'attention suffisamment soutenue et beaucoup de gigotement. Cette inattention entraîne parfois aussi des difficultés relationnelles du fait de la distraction et de l'impulsivité de l'enfant ou de l'adolescent. Il est transmis héréditairement.

    Le trouble disparait dans une proportion des cas lorsque l'adulte mûrit ou apprend à gérer son problème avec stratégie. Dans une autre proprotion, il connaît des échecs au travail ou des relations interpersonnelles problématiques, des complications d'abus de substance, de trouble de l'humeur ou de l'anxiété. Au pire, il se présente comme un trouble de personnalité antisociale consommant abusivement des drogues. C'est un problème neurocognitif qui a une bonne réponse aux médicaments stimulants tel le méthylphénidate ou les amphétamines ou autres molécules plus récemment mises sur le marché.

    En contrepartie, si le trouble de personnalité limite a aussi des racines dans l'enfance suite à une tempérament irritable ou une labilité affective hérités ou causés par une enfance difficile, il a pour résultat à l'âge adulte un fonctionnement problématique dans les sphères du travail et interpersonnelles intimes avec une identité mal définie, des humeurs négatives peu contenues, une impulsivité destructrice par exemple dans l'abus de drogues ou l'automutilation.Ces difficultés émergent habituellement durant l'adolescence ou le début de l'âge adulte et peuvent entrainer plusieurs maladies psychiatriques dont également des troubles de l'humeur, de l'anxiété ou des relations interpersonnelles problématiques mais aussi des troubles alimentaires, des plaintes psychosomatiques etc...Un traitement ou le processus de mûrissement peuvent atténuer grandement les symptômes les plus saillants comme les tentatives suicidaires ou les crises de nerf destructrices mais quelques aspects du caractère peuvent continuer à rendre la vie difficile aux porteurs du trouble.On reconnait que certains patients avec le trouble de personnalité limite ont aussi des difficultés cognitives comme entre autres un trouble de l'attention. Par contre, les patients atteints de trouble limite préfèrent habituellement les calmants. Cependant les médicaments n'aident qu'en partie car c'est surtout la psychothérapie qui traite le mieux le trouble.

    J'espère que cela sera assez clair...

    Réponse de Suzane Renaud, Médecin Psychiatre, Professeure agrégée de clinique, Faculté de médecine - Psychiatrie, du Centre Hospitalier de l'Université de Montréal (CHUM) - Hôpital Saint-Luc en collaboration spéciale (mai 2007)

    Retour aux questions en haut de page

    Les réponses publiées par Personnalité_Limite.Org (TPL en Projection International) n'engagent que leurs auteurs et demeurent leur propriété. N'hésitez pas à nous écrire si vous avez d'autres questions qui ne paraissent pas dans cette rubrique : personnalitelimite@hotmail.com


    Voir aussi les questions / réponses de la rencontre d'information sur "Les troubles de personnalité borderline" qui fut animée par la Docteure Lynn Gaudreault, psychiatre, Département de psychiatrie, CHUS, Professeur agrégée, Université de Sherbrooke, au lien suivant :

    http://www.personnalitelimite.org/guidefamille4.html

    CAPSULE D'INFORMATION

    Le trouble de personnalité limite

    Le trouble de personnalité limite est de plus en plus fréquent dans la population en général et il est souvent mal identifié, ce qui a un impact important chez les gens qui en sont affectés. La détresse émotionnelle et les difficultés comportementales associées à ce trouble ont, de plus, des répercussions importantes sur les proches et les amènent à vivre une variété d'émotions souvent intenses: découragement, impuissance, colère, angoisse, peur, etc.

    Qu'est-ce que le trouble de personnalité limite?

    Le trouble de personnalité limite se caractérise par une instabilité des émotions, du comportement, de l'image de soi et par des difficultés majeures dans les relations avec l'entourage. Le trouble apparaît à l'adolescence ou au début de l'âge adulte et il peut persister au-delà de la quarantaine. Les personnes atteintes sont moralement souffrantes, elles ont souvent peu d'espoir de s'en sortir, ce qui se reflète par des préoccupations suicidaires fréquentes. Le trouble de personnalité limite affecte 1 à 2 % de la population générale.

    Comment le reconnaître?

    On reconnaît le trouble de personnalité limite par une humeur qui peut changer très rapidement et de façon imprévisible, en lien avec des stresseurs mineurs; l'état émotionnel peut alors passer d'une bonne humeur à une humeur irritable ou triste.Les personnes ont du mal à supporter la solitude. Elles ressentent fréquemment de l'ennui ainsi qu'un grand vide intérieur.

    On peut également noter chez elles un manque de contrôle de la colère. Ce manque de contrôle peut s'exprimer par de l'irritabilité, des accès de colère ou de la rage.

    L'intolérance à la douleur émotionnelle amène ces personnes à adopter des comportements destructeurs. Elles peuvent consommer de l'alcool, des drogues ou des médicaments de façon excessive, s'engager dans des dépenses majeures et inconsidérées, consommer des aliments de façon excessive, commettre des vols, avoir des comportements sexuels à risque ou conduire une automobile de façon dangereuse. Elles peuvent aussi s'infliger des blessures, exprimer des idées suicidaires ou faire des tentatives de suicide. Malheureusement, plusieurs de ces personnes se suicident.

    Les personnes qui ont un trouble de personnalité limite éprouvent une grande difficulté à se décrire. L'image qu'elles ont d'elles-même est fluctuante et il leur est difficile de se projeter dans le futur. Leurs relations interpersonnelles sont souvent intenses, chaotiques et marquées par des conflits importants, ce qui entraîne souvent des sentiments de rejet et d'abandon. Elles réagissent à ces conflits par du retrait, des revendications, des comportements destructeurs ou de la rage. Certaines peuvent parfois présenter des pertes brèves de contact avec elles-mêmes ou avec la réalité.

    Peut-on espérer une amélioration chez ces personnes ?

    Des études cliniques démontrent une amélioration significative de l'état des personnes qui ont un trouble de personnalité limite après 15 à 20 ans d'instabilité mais, bien avant, si ces dernières ont bénéficié d'une thérapie active; d'où l'importance d'un dépistage précoce et d'un traitement adéquat. Cependant, il peut arriver que certains symptômes réapparaissent temporairement si la personne vit des événements difficiles tels une rupture, un deuil, un échec important, etc.

    Est-ce qu'il y a un traitement?

    Il y a différents types de psychothérapies dont certaines ont démontré une bonne efficacité. Dans certains cas, un traitement médicamenteux sera utile pour contrôler certains symptômes, améliorer les capacités fonctionnelles et optimiser les effets de la psychothérapie.

    On peut aussi envisager l'hospitalisation lors d'une période de crise suicidaire intense. Toutefois, l'expérience démontre qu'une hospitalisation brève est préférable, alors qu'une hospitalisation plus longue renforce le sentiment d'incompétence à surmonter les difficultés.

    Quelles sont les attitudes à privilégier pour la famille de ces personnes qui ont un trouble de personnalité limite?

    En tout temps, il est conseillé de maintenir une attitude d'adulte à adulte avec elles. Il est important que les attentes et les limites soient claires, constantes, prévisibles et justifiables. (Prévisibilité et constance)

    De plus, il est essentiel de responsabiliser ces personnes, en les laissant prendre leurs décisions et entreprendre elles-mêmes leurs démarches. On doit également les encourager à persister dans la poursuite de leurs buts et de leurs objectifs. (Responsabilisation)

    De la même façon, il est important de reconnaître les compétences et les efforts de ces personnes et de les soutenir de façon constante dans leurs actions. (Validation, support)

    Comment les proches peuvent-ils mieux composer avec le stress engendré par les situations de crise des personnes ayant un trouble de personnalité limite?

    En identifiant leurs limites personnelles, en établissant certaines règles et en acceptant leur impuissance à régler certains problèmes de l'autre.

    Les méthodes de détente et de relaxation, la participation à des activités ou à des loisirs peuvent également être utiles pour gérer le stress.

    Malgré cela, le recours à une aide professionnelle peut parfois s'avérer nécessaire.

    Source : extrait du fascicule élaboré par Mme France Boucher, infirmière bachelière, Mme Suzanne Drolet, travailleuse sociale et le Dr Evens Villeneuve, psychiatre et directeur médical du Centre de traitement Le Faubourg Saint-Jean, du Centre hospitalier Robert-Giffard.

    Retour aux questions en haut de page
     
     



    01/12/2007
    0 Poster un commentaire

    A découvrir aussi


    Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

    Inscrivez-vous au blog

    Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

    Rejoignez les 102 autres membres

    design by ksa | kits graphiques by krek