Libertinage et libertins

 

Libertinage et libertins

De Montaigne à Sade en passant par Dom Juan, le libertinage a une histoire qui remonte au XVIe siècle. Mais qui sont aujourd'hui les libertins ? Quelles sont leurs pratiques ?. Découvrez sans tabou toutes les réponses à vos questions.

Publicité

Histoire du libertinage

Histoire du libertinage Le libertin n'est pas seulement cet aristocrate désoeuvré et décadent qu'on a pris l'habitude d'imaginer. Le libertinage est d'abord un courant de pensée radicale qui a traversé toute l'Europe, de la Renaissance à la Révolution française.
Lire notre article

Histoire du libertinage

Le libertin n'est pas seulement cet aristocrate désoeuvré et décadent qu'on a pris l'habitude d'imaginer. Le libertinage est d'abord un courant de pensée radicale qui a traversé toute l'Europe, de la Renaissance à la Révolution française.

Histoire du libertinageA l'origine des Lumières, de la pensée affranchie de tout dogme, le libertinage a contribué à façonner notre société. De Montaigne à Sade en passant par Cyrano de Bergerac ou Dom Juan, découvrez l'histoire d'une liberté de penser pas comme les autres.

S'affranchir de tout dogme

Désigner ceux qui s'affranchissent des règles sociales par un surnom méprisant a d'abord été l'apanage de leurs ennemis. Les « libertins », ce sont d'abord, dans la société genevoise stricte mise en place par Jean Calvin au XVIe siècle, ceux qui ne se retrouvent pas dans les règles de vie protestante imposées dans la ville suisse. Les premiers libres-penseurs, que Calvin appelle « libertins » en référence au latin « libertinus », les esclaves affranchis de la Rome antique. La Renaissance voit alors se multiplier penseurs et humanistes qui réagissent contre le poids que la religion catholique impose sur l'Europe depuis le Moyen-âge. Tel Montaigne, qui invente le concept de scepticisme à l'égard de tout dogme dans ses Essais ou Giordano Bruno, un ancien moine italien devenu philosophe qui finit sur le bûcher, en 1600, pour avoir clamé que l'univers est infini.

Le libertinage est donc le courant de pensée de tous ceux qui veulent conquérir la liberté d'un homme qui vit uniquement selon les règles de la nature.

C'est au XVIIe siècle que l'esprit évolue. Avec le règne d'Henri IV et celui de Louis XIII, la société évolue et les moeurs s'allègent. Le libertin devient alors un intellectuel épicurien. Comme « les messieurs du Marais », un groupe de jeunes aristocrates érudits qui profitent de la vie et ses plaisirs. Athées, débauchés et aimant le luxe, ils s'inspirent des pensées de l'Italien Giulio Cesare Vanini pour publier textes satyriques ou érotiques de façon anonyme. Parmi eux, le célèbre Théophile de Viau, le poète le plus lu de tout le XVIIe siècle.

Profiter des plaisirs de la vie

Ces libertins se réfèrent alors à un certain « libertinisme » ou libertinage savant, qui influencera d'autres auteurs comme Cyrano de Bergerac ou Pierre Gassendi. Mais c'est Pierre Bayle qui fait office de vrai penseur libertin. Dans son livre Pensées diverses sur la comète (1683), il développe l'idée qu'un libertin peut être athé et vivre avec sa propre morale. Chose inimaginable à l'époque.

Car, durant tout le XVIIe siècle, le libertin est connu pour être un homme aux moeurs légères. Le personnage de Dom Juan est popularisé par Molière, et avec lui l'idée qu'un libertin profite de ce courant de pensée pour s'affranchir de toute morale. Cette image de l'aristocrate dépravé prend toute sa consistance au XVIIIe siècle. En même temps que les philosophes des Lumières voient dans la liberté un idéal à atteindre dans la quête du bonheur, le roman libertin apparaît et devient un genre littéraire particulier. La mort de Louis XIV, en 1715, signe l'apparition d'un nouveau libertinage de moeurs.

L'amour de la liberté

Les oeuvres libertines du XVIIIe siècle sont ouvertement érotiques, comme les contes de Voltaire ou de Diderot. Mais il s'agit également de récits initiatiques, où un jeune aristocrate entre dans la société pour y apprendre ce qu'elle cache de plus licencieux. Le roman de Vivant Denon, Point de lendemain, est tout à fait représentatif de ce style. Mais c'est sans aucun doute Les liaisons dangereuses, de Choderlos de Laclos, qui fait référence.

Le libertinage prend alors toute son ampleur, et se retrouve même dans les peintures de Boucher, Watteau ou Fragonard. La fin du XVIIIe siècle est l'apanage des auteurs libertins, comme le comte de Mirabeau, Restif de la Bretonne ou Sade, le Divin Marquis, sans doute l'auteur le plus extrême de la pensée libertine. La philosophie dans le boudoir est son véritable essai libertin, tant ce livre appelle l'Homme à s'affranchir de la morale, Dieu ou toute norme sociale, pour n'écouter que la Nature et ses instincts. Légitimant ainsi, par exemple, les pires des méfaits, comme le meurtre.

Avec la Révolution française, le libertinage perd sa principale raison d'être. Les libertins sont légitimes parce qu'ils vivent dans une société aux carcans solides. Brisés par 1789, la société française se transforme et les libertins n'y font plus figure de « libres penseurs ». Depuis lors, le libertinage ne se réfère qu'à la dépravation et au relâchement moral, n'ayant plus aucune connotation intellectuelle. Il n'y a qu'Aragon, au XXe siècle, pour s'affirmer libertin. Le poète surréaliste se voit comme tel parce qu'il définit le libertinage comme « l'amour de la vie, des idées et de la liberté ».

Faris Sanhaji

Les grandes pratiques libertines

Les grandes pratiques libertines Le sexe est prétexte à mille inventions. Tout ce qui l'entoure peut être vulgaire ou raffiné, drôle ou sérieux, lassant ou très excitant. Les pratiques libertines sont là pour pimenter une vie de couple ou de célibataire libertin ; repousser les limites et aller plus loin que ce que la morale permet. Découvrez ces pratiques qui dépassent les cultures et les frontières.
Lire notre article

Les grandes pratiques libertines

Le sexe est prétexte à mille inventions. Tout ce qui l'entoure peut être vulgaire ou raffiné, drôle ou sérieux, lassant ou très excitant. Les pratiques libertines sont là pour pimenter une vie de couple ou de célibataire libertin ; repousser les limites et aller plus loin que ce que la morale permet. Découvrez ces pratiques qui dépassent les cultures et les frontières.

Pratiques libertinesEtre libertin n'est pas seulement s'affranchir des règles érigées par les bonnes moeurs. Chaque libertin peut se prévaloir de sa propre éthique et d'un code de conduite qui lui fera préférer certaines pratiques sexuelles à d'autres. Le tout réside dans le fait qu'un libertin, obligatoirement, fera ce que bon lui semble, surtout en matière de sexualité.

Les pratiques dites libertines sont donc celles qui sortent du rang. Celles que toute personne « bien comme il faut » ne ferait pas. Elles existent depuis des siècles, elles sortent de l'ombre et en font fantasmer plus d'un. Et pourtant, elles restent pratiquées par une minorité. Passage en revue de ces « déviances sexuelles » et de leur signification.

Sado-masochisme : Sade a inspiré les premiers, Sacher-Masoch les seconds. Mais sadisme et masochisme vont très souvent de pair. Ils sont même indissociables. Faire souffrir, c'est obligatoirement trouver un partenaire prêt à souffrir. Le jeu libertin serait beaucoup plus qu'un simple divertissement sexuel. Certains y voient une pulsion de mort, la souffrance étant inconsciemment liée au décès. Le fantasme de la scène primitive est également en cause, selon les psychanalystes. Les enfants voyant leurs parents faire l'amour associent les actes venus du père à du sadisme. Et les reproduisent plus tard.

Il est néanmoins essentiel de rappeler que le sado-masochisme n'est pas interdit par la loi lorsqu'il existe entre adultes consentants. Il s'agit plus souvent d'un jeu de rôles où chacun s'épanouit dans une fonction, maître ou disciple, et qui peut pimenter la vie sexuelle.

Echangisme : On en parle beaucoup, mais la pratique reste marginale : 3,6 % des hommes et 1,7 % des femmes, selon l'enquête « Contexte de la sexualité en France » effectuée en 2007, disent avoir fréquenté un club échangiste. Mais l'échangisme ne se limite pas à cela, et le pratiquer chez soi est très fréquent, notamment par le biais d'Internet.

Car l'échangisme reste encore une pratique libertine très privée, voire taboue. Chacun y voit une prise de risque pour le couple. Pourtant, les adeptes de l'échangisme s'y adonnent souvent afin de renforcer la complicité du couple et d'éviter les infidélités. Partager plus de plaisir sans chercher d'autres relations sérieuses, en somme.

Triolisme/orgie :Impliquant trois partenaires, le triolisme est une pratique sexuelle prisée des couples lassés par un lit devenu un véritable instrument de torture. Le « plan à trois » permet donc de pimenter l'amour et de découvrir son partenaire habituel sous un autre jour. Contrairement à l'échangisme, il implique une relation intime avec le « tiers » afin de ne pas faire de jaloux.

Car le risque est là : un peu de trop de passion dans les rapports, et l'un des protagonistes du couple peut très vite prendre peur. Et perdre confiance dans le ou la conjoint(e). L'essentiel est donc de ne pas impliquer un inconnu qui pourrait susciter des doutes dans le couple.

L'orgie, elle, se fait à un nombre illimité. Beaucoup moins d'intimité, beaucoup plus de possibilités. Le seul danger concerne les maladies sexuellement transmissibles et le VIH. A plusieurs, le désir l'emporte et la perte de contrôle peut provoquer des comportements sexuels risqués, qu'on regrettera ensuite.

Les grandes pratiques libertines

(Page 2 sur 2)

  Nudisme : Le nudisme n'est pas seulement une pratique libertine : il s'agit surtout d'un art de vivre. Un moyen d'assurer une bonne hygiène du corps et de l'esprit. Si, pour certains, cette pratique a des airs d'exhibitionnisme, elle a néanmoins permis de libérer les tabous liés à l'érotisme du corps. Dans les pays d'Europe du Nord, le nudisme est même très populaire, comme en Scandinavie ou au Danemark, où seules deux plages ne sont pas nudistes.

Dans d'autres pays où la nudité n'est pas tolérée, mener une action politique ou militante nu est également devenu un moyen d'affirmer son opposition. Tandis que d'autres, tel Spencer Tunick et ses photos grand angle de foules nues, utilisent le nudisme comme expression d'un art qui ne finit pas de susciter la controverse.

Homosexualité : Si, pour une minorité, l'homosexualité est la principale et unique sexualité, pour une majorité, c'est aller plus loin dans la recherche de plaisir sexuel. Combien de personnes ont été tentées sans jamais avoir essayé ? Beaucoup. Les autres ont donc franchi le pas, en couple ou seuls, assouvissant ainsi ce qu'on peut appeler un jeu libertin. Car, pour de nombreux hétérosexuels, découvrir les joies du sexe entre hommes ou entre femmes est le meilleur moyen de comparer et assouvir sa curiosité. En somme, mettre un terme aux questions que l'on se pose et les doutes qui nous assaillent. Pour de nombreux hétérosexuels, l'homosexualité est donc une tentation à laquelle on choisit, délibérément, de répondre ou non.

Exhibitionnisme et voyeurisme : Entre exhibitionnisme et voyeurisme, difficile de choisir. Deux façons d'érotiser le corps et assouvir une même pulsion : voir ou être vu.

Voir, c'est, dans le cas présent, prendre plus de plaisir qu'au toucher. Découvrir ce qui est caché, se savoir l'unique réceptacle de ce qui est montré est une véritable délectation pour le voyeur. Tout cela se doit d'être fait dans un souci de respect mutuel, le voyeur pouvant très vite devenir une peine pour celle qui ne veut pas qu'on viole son intimité.

Etre vu, admiré ou secrètement espionné est une gageure pour celui ou celle qui s'expose. Se mettre en avant, porter des vêtements qui ne cachent rien est un jeu qui demande de savoir jouer avec soi-même. Jouer de son image, des désirs que l'on peut susciter. Jouer en somme, avec le regard inquisiteur du voyeur.

Jeux érotiques : Le bondage japonais ou les menottes attachées à un pied du lit. Les sex toys disponibles en masse sur le marché, les joies du déguisement ou du sexe dans les lieux publics : nombreux sont les jeux liés au sexe. Devenus aujourd'hui le principal trait libertin de nombreux couples qui cherchent à divertir leur sexualité. Car le jeu symbolise beaucoup plus qu'un simple hobby. C'est une manière différente de découvrir son partenaire, de le tester afin de mesurer son inventivité en ce qui concerne le sexe. On devient alors un grand enfant prêt à jouer au docteur et à l'infirmière, au patron et à la soubrette. Ou tout simplement tester le dernier sex toy à la mode. Dérider le sexe, en somme.

Faris Sanhaji

Portrait des libertins

Portrait des libertins Avec la fin des maisons closes, les clubs libertins se multiplient en France et apprennent aux couples la recomposition de leur sexualité. Tout le monde peut devenir libertin, donc, selon Daniel Welzer-Lang, spécialiste de la construction sociale de la sexualité. Il nous en apprend un peu plus sur une sexualité en devenir.
Lire notre article

Portrait des libertins
Entretien avec Daniel Welzer-Lang

Avec la fin des maisons closes, les clubs libertins se multiplient en France et apprennent aux couples la recomposition de leur sexualité. Tout le monde peut devenir libertin, donc, selon Daniel Welzer-Lang, spécialiste de la construction sociale de la sexualité. Il nous en apprend un peu plus sur une sexualité en devenir.

Doctissimo : Aujourd'hui, alors que les sociétés occidentales se sont libérées des carcans qui empêchaient l'épanouissement sexuel, qu'est-ce qu'un véritable libertin ?

Portrait libertinsDaniel Welzer-Lang : Historiquement, les libertins se sont d'abord élevés contre la morale, qu'elle soit religieuse ou civile. Ils étaient en rupture par rapport au reste de la société. Aujourd'hui, les libertins sont identiques à eux-mêmes, dans le sens où ils transgressent les codes de la sexualité. Il existe des gens qui prennent du plaisir dans les pratiques libertines, sans être pour autant des libertins. Parce qu'ils ne transgressent pas. Un libertin transgresse la morale, et prend du plaisir à le faire.

Doctissimo : Le libertinage est un phénomène qui prend de l'ampleur ou qui reste marginal ? Internet a-t-il participé à développer le nombre de libertins ?

Daniel Welzer-Lang : C'est un phénomène qui prend définitivement de l'ampleur, et Internet y a beaucoup participé. Quand j'ai commencé à étudier de près les clubs libertins, en 1994, je ne trouvais aucun article dans la presse. Le libertinage restait un sujet tabou mais surtout, une pratique réservée aux classes supérieures. Mais elle s'est développée malgré cela : aujourd'hui, le couple est en crise et le modèle familial se reconstruit. Les hétéros ont suivi les gays dans leur modèle et ont désacralisé la sexualité.

On se rend compte donc que le nombre d'établissements libertins a explosé et que leurs abonnés sont de plus en plus nombreux. Tous les départements comptent aujourd'hui au moins un club libertin. La réalité du commerce montre que le phénomène ne prend pas seulement de l'ampleur, mais explose.

Doctissimo : Quelles pratiques libertines (échangisme, SM ou autre) restent les plus privilégiées ?

Daniel Welzer-Lang : Ca dépend des gens et des périodes. La sexualité est plurielle et compte aussi bien des jeux de couples que des parties sexuelles à plusieurs. Sachant que le public échangiste compte en majorité des hommes seuls et hétérosexuels, la pratique principale reste le triolisme de deux hommes et une femme. L'échangisme entre deux couples est toujours minoritaire.

Quant aux pratiques SM, elles n'ont pas véritablement rencontré de succès. Il s'agirait plus de pratiques fétichistes autour d'une sexualité malgré tout très axée sur le coït. On a donc vu entrer dans les clubs des soirées dress-code, l'intégration des menottes, du martinet ou de rites comme la fessée, sans pour autant qu'on puisse véritablement parler de sado-masochisme.

Doctissimo : Que cherche-t-on dans une sexualité qui inclut des relations sado-masochistes ou à plusieurs ? Y a-t-il des traits de caractère ou des choses spécifiques aux libertins ?

Daniel Welzer-Lang : On cherche avant tout à s'amuser. Aujourd'hui, les femmes apprennent aussi à prendre du plaisir, alors qu'auparavant, la majorité se rendait dans des clubs pour suivre leur mari ou pour lui faire plaisir. Les libertins se reconnaissent donc tous désormais dans une quête commune de plaisir. Ils se sentent libérés par rapport aux autres couples et ont en commun l'impression d'appartenir à une élite.

Doctissimo : Peut-on parler de personnes amorales en décrivant les libertins ?

Daniel Welzer-Lang : Pas vraiment, notamment parce que le milieu lui-même demeure très moral. Mais une morale qui se distingue de la morale judéo-chrétienne. Elle a ses propres codes qui ont été façonnés de manière empirique par des décennies de pratique : le respect du partenaire sexuel, les interactions possibles dans les pratiques et une transgression des codes très limitée.

On est passé donc d'un libertinage de bordels, où hommes seuls et prostituées étaient les seuls protagonistes, à un libertinage de clubs, une pratique de masse où les femmes sont beaucoup plus respectées. Autrement, on ne peut pas parler de personnes amorales. On trouve même des chrétiens parmi les libertins, dont la morale est aussi importante que celle des autres croyants.

Doctissimo : Le libertinage pourrait-il, un jour, contribuer à une nouvelle révolution des moeurs ? Peut-on imaginer un jour que la majorité des couples devienne libertins ?

Daniel Welzer-Lang :S'il ne crée pas de révolution des moeurs, le libertinage y contribue beaucoup. Il accompagne la transformation du couple et sa recomposition. Notamment parce qu'il donne à la sphère sexuelle une place aussi importante que la sphère du couple et celle des enfants. Il s'agit d'une conquête pour les femmes, et pour les hommes, un moyen de rendre une sexualité auparavant cachée beaucoup plus visible.

On peut donc imaginer que le rapport à la sexualité se modifie et que le libertinage prendra une place encore plus importante. Mais il est encore impossible de deviner comment la chose évoluera.

Faris Sanhaji
 

Le libertinage au XXIème siècle : entre perversion et addiction !

Histoire du libertinage La révolution sexuelle actuelle s'accompagne d'un affranchissement des moeurs, qui pourrait bien remettre en question la notion même de libertinage. Regard du psychanalyste Alberto Eiguer, sur un mode de vie, hier encore symbole de jouissance et de liberté !
Lire notre article

Le libertinage au XXIème siècle : entre perversion et addiction !

La révolution sexuelle actuelle s'accompagne d'un affranchissement des moeurs, qui pourrait bien remettre en question la notion même de libertinage. Regard du psychanalyste Alberto Eiguer, sur un mode de vie, hier encore symbole de jouissance et de liberté !

"Je suis libertine", chantait Mylène Farmer ! La fascination pour le libertinage perdure ! En raison sans doute de la promesse d'un style de vie qui s'appuie sur une idéologie souvent proclamée : celle de jouir de tout, de l'affranchissement des contraintes... Paradoxalement dans notre société libérale, le libertinage est en progression, mais semble avoir perdu le goût de ses anciennes jouissances pour une quête de nouvelles limites à dépasser. Conséquence d'un affranchissement des moeurs, "le libertinage d'origine érudit, plaçant le plaisir au centre de sa pensée, perd quelque peu ses lettres de noblesse au profil d'autres formes... plus déviantes". Le point avec le psychanalyste Alberto Eiguer.

Libertinage, la clandestinité disparaît

Libertinage entre addiction et perversionL'époque revendique haut et fort une libération sexuelle où des pratiques hier encore clandestines, ou réservées à certaines formes de libertinage, sont en passe d'être banalisées. Echangisme, fétichisme, sadomasochisme, triolisme font la une des journaux. Des clubs s'ouvrent nombreux, pour toutes tendances sexuelles confondues. Internet donne la possibilité de trouver un partenaire désireux de se prêter à certains jeux ou mises en scène. Le nouveau code pénal ne trouve rien à objecter sur la sexualité entre adultes consentants, ses formes et ses variantes.

Le libertinage érudit

Les libertins sont des héritiers de l'hédonisme. Un courant de libres-penseurs érudits qui s'étaie sur une philosophie proclamée : celle de jouir de tout, de l'affranchissement des contraintes, et de la futilité de tout attachement. Dans sa forme dite "simple", le libertin s'autorise à aller jusqu'au bout de son plaisir, au centre de sa quête. En éprouver et le partager avec un partenaire est stimulant. L'obtenir est gratifiant ! Il peut tomber amoureux de partenaires avec qui il a des échanges érotiques, mais ces liaisons durent peu de temps. En réalité, il redoute que la vie érotique perdre de son attrait et de son intensité, c'est pourquoi il s'éloigne de ses conquêtes sans regret. Rappelons que ce choix de vie déjà ancien a joué un rôle important dans la libéralisation des moeurs en Occident !

Le libertinage rencontre un engouement croissant, "mais semble développer de nouvelles orientations créant en lui de néo-besoins" précise le psychanalyste Alberto Eiguer. La clandestinité jouait un rôle essentiel dans le plaisir que procuraient certaines pratiques. La lassitude favorisée par la banalisation du libertinage pourrait entraîner un effet pervers dans l'émergence de nouvelles formes naviguant entre le pittoresque et le dramatique : fêtes néo-fétichistes, réunions gothiques, messes vampiriques...

Libertinage et perversion

Ajoutée à la banalisation du sexe, la crise du lien que traverse l'époque n'est pas sans incidence non plus. "Elle peut favoriser certaines déviances sexuelles comme une pratique du libertinage mais de type perverse, cette fois, avec un penchant pour la débauche et le goût du vice" prévient le psychanalyste. Forçant alors le trait du libertin qui, déjà à l'origine, n'est guère enclin à s'insérer dans un lien de couple stable et le partage d'une vie à deux. Le nouveau souhait du libertin pervers qui s'adonne à une sexualité débridée où domine la notion de liberté et de nouveauté est devenu pressant, tendu et provoque chez lui une fébrilité grandissante : "il ne supporte pas d'être différé ou alors à condition que l'espoir de réalisation subsiste" ajoute Alberto Eiguer.

Sur l'autel de son désir, la ruse et le mensonge sont autorisés. Il peut même se poser comme initiateur autour de la jouissance, et précipiter son (ou ses) partenaires vers des pratiques censées leur ouvrir des portes d'un plaisir inédit. Ce libertin cache en réalité un pervers narcissique, qui tente de se grandir, au détriment de l'estime de son partenaire. Plus qu'un partage, il utilise la sexualité pour manipuler, qui plus est sous couvert d'un discours teinté de libertinage.

Libertinage et addiction

Le libertinage peut également se décliner sous une forme dite "frustre", avec pour objectif cette fois, non plus une quête du plaisir mais bien la tentative compulsive de combler un sentiment de perte ou d'abandon. "Leur comportement peut être assimilé à celui d'un toxico, plus communément appelé l'addiction" précise le psychanalyste. En réalité, ils mènent une chasse quasi désespérée, éprouvant une angoisse très forte qu'ils cherchent à calmer par la rencontre sexuelle. Ils ont en commun avec les libertins la multiplicité des rencontres, une vie érotique où se développent des approches inédites d'excitation et de satisfaction. Ces voies parallèles offrant autant d'arguments pour railler les préjugés. Toutefois dans la version frustre du libertinage, le plaisir n'est pas central, voire rarement au rendez-vous. C'est avant tout l'effet calmant et rassurant du sexe qui est en jeu.

En somme, un retour aux sources du libertinage pourrait bien être nécessaire. Un passage obligé semble-t-il pour y retrouver le goût d'un langage empreint de sensualité, vantant les vertus de la volupté et des rencontres coquines, et nourrir à nouveau une saine passion pour une approche savoureuse du sexe,

Catherine Maillard

Créé le 15 novembre 2010

Mis à jour le 07 décembre 2011

Psychanalyse du libertin
D'Alberto Eiguer
Editions Dunod
224 pages :
Prix : 21,50 EUR

 

---------------

Pour booster votre libido, osez les gages érotiques !

Gages érotiques Nouvelle tendance en matière de happy sexe : le gage érotique ! Nous avons sélectionné pour vous les propositions les plus hardies du spécialiste Marc Dannam pour pimenter votre été, et ouvrir grand les récepteurs érotiques de votre partenaire.
Lire notre article

Pour booster votre libido, osez les gages érotiques !

Nouvelle tendance en matière de happy sexe : le gage érotique ! Nous avons sélectionné pour vous les propositions les plus hardies du spécialiste Marc Dannam pour pimenter votre été, et ouvrir grand les récepteurs érotiques de votre partenaire.

Gages érotiquesUn gage érotique, c'est quoi déjà ? Comme son nom l'indique, c'est une sorte de douce "sanction" qui tombe, lorsqu'une parole ou une promesse n'a pas été tenue. A vous de lui glisser mine de rien dans la conversation, par exemple : "Je parie que tu as oublié le citron vert pour les Mojitos", ou bien "C'est sur Fabien Gillot va battre le record du 100M en nage libre aux J.O., c'est le meilleur, tu paries ?". Et voilà, on joue à tout va, à "qui perd, gagne" et on lui lance un gage : une babiole érotique qu'il est tenu d'exécuter s'il perdu. Ou vous, s'il a gagné, bien sûr ! Pourquoi s'y mettre ? parce que notre libido se nourrit de fantaisie, d'adrénaline (suspens : qu'est ce que ça va être ?) et de soumission (là, le perdant est obligé de s'y coller). Le tout, c'est d'oser ! Découvrez quelques idées avec Marc Dannam, auteur de "669 gages érotiques pour pimenter vos jeux sexuels"*.

Gages pour les femmes

Vous avez perdu, et pas question de vous soustraire au gage, qu'il va vous donner. Il a le choix, en plus…

Le yoga gage

Il sait pertinemment que vous ne pouvez plus vous passer de votre séance de yoga, alors grand seigneur, il vous demande gentiment mais fermement d'aller chercher votre tapis pour faire une série de Salutations au Soleil… nue devant lui.

Lui : Il contrôle la posture, vous encourage à aller plus loin… et laisse son esprit vagabonder sur les atouts que révèlent les différents enchaînements, pour vos prochains ébats.

Suggestions : Soignez la déco, qui doit refléter les ambiances chamarrées indie… avec moult coussins, pour ensuite lui montrer vos dons pour une autre science indienne : le Kama Sutra !

Le Flamenco/mantille

Il a sans doute en mémoire ces danseuses de Flamenco qui savent réveiller l'ardeur et le cœur d'un homme. Taquin, il vous propose un show flamenco, mais pas n'importe lequel. A la forte intensité érotique qui doit se dégager de cette danse, vous devrez y ajouter une note singulière : une prestation en talons hauts, bien sûr, mais seulement vêtue d'une simple mantille. En vrai pro, vous lui jouerez des castagnette ou manierez l'éventail, pour l'étourdir.

Lui : Il pourra jouer les toreros, s'il est inspiré…

Suggestions : Pour rallumer le feu, tamisez l'ambiance avec des bougies, et jetez des tissus rouges sur les meubles autour…

Slow striptease

Il aime faire durer le plaisir. Comme gage, vous allez devoir vaquer à vos occupations habituelles… presque comme d'habitude ! A chaque heure qui s'écoule, vous devez enlever une pièce que vous portez. Où que vous soyez. Au final, vous pouvez reconstituer sur votre lit la silhouette de la femme habillée, avant de vous offrir…

Lui : Il devra vous surveiller pour vérifier que vous ne trichez pas, mais il ne devra rien tenter avant que vous en soyez complètement nue…

Suggestions : Faites-vous plaisir surtout ! Habillez-vous pour lui faire un show vraiment "hot", c'est lui qui va être énervé !

Ni tout à fait la même, ni tout à fait une autre

C'est bien connu, une étrangère peut parfois réveiller de drôles d'obsessions, alors il vous donne un gage… mystère. Vous allez devoir devenir une autre : Couvrir vos cheveux d'une perruque flamboyante, vous maquiller différemment, et dissimuler votre regard derrière des lunettes de soleil. Ni tout à fait la même, ni tout à fait une autre… Engagez la conversation.

Lui : Il y a des chances que Monsieur se montre lui aussi très différent…

Suggestions : Quoi qu'il arrive par la suite, gardez ces accessoires.

La geisha, c'est gai ça !

De tout temps, les geishas font fantasmer les hommes et le vôtre aussi, visiblement ! Au pays du Soleil levant, l'amour est un art. Avant de célébrer la chair, vous devrez comme les geishas traditionnelles réjouir son esprit et ses sens. Bien au-delà des préliminaires classiques, chacun de vos gestes a pour mission d'exacerber son émoi sensuel, pour mieux vous livrer ensuite aux jeux raffinés du corps. Vous pourrez vous plier au rituel du thé.

Lui : Il vous présentera quelques estampes, et en choisira une.

Suggestions : Un simple kimono, des baguettes dans les cheveux, un make-up plus pâle… Essayez de trouver quelques mots crus en chinois !

Gages pour les hommes

Vous avez gagné, et vous avez plein d'idées pour lui donner un gage, auquel, il va se soumettre pour votre plus grand plaisir !

Ombre chinoise

Le théâtre d'ombre chinoise vous inspire, proposez-lui une variante X, de votre cru. Il doit se tenir nu devant une grande feuille de papier blanc. Une lampe judicieusement placée projettera l'ombre d'une partie de son anatomie sur la feuille.

Elle : Vous le dessinerez en suivant les contours… et en mettant tout votre talent oratoire pour garde la pose de l'homo erectus.

Suggestions : Le dessin sera dédicacé par monsieur…

Pour booster votre libido, osez les gages érotiques !

(Page 2 sur 2)

 

Scénario X

Inoubliable terrain d'inspiration : Votre toute première fois ensemble ! Demandez-lui de vous la conter dans les menus détails. Qu'elle remonte à presque avant hier ou bien des années, il doit vous nommer l'endroit, bien sûr ; le contexte, ce qu'il éprouvait pour vous et décrire vos galipettes, une anecdote croustillante…

Elle : Mettez-le sur la piste visuellement, on sait bien que les hommes n'ont pas toujours une bonne mémoire.

Suggestions : Si vous n'êtes pas en accord avec tous les détails, rejouez-lui la scène.

Le lecteur

Vous êtes une lectrice assidue, mais jusqu'ici, les retours sur investissement côté sexe ne sont pas flagrants. Pour changer le cours de votre histoire, demandez-lui, pour cette fois, de vous faire la lecture. Monsieur doit lire à voix haute un roman érotique, pendant au moins une dizaine de pages, sans s'interrompre quoi qu'il arrive : il ne devra pas bégayer, ni louper un mot, il est concentré…

Suggestions : Bas les pattes, pas question de le déconcentrer, en laissant aller vos mains baladeuses…

Suggestions : En revanche, si le texte vous fait de l'effet, rien ne vous empêche de laisser vos mains s'égarer sur votre corps, à vous ! …. C'est un gage.

La poupée vaudou

Connaît-il vraiment sur le bout des doigts vos zones érogènes ? Pas les classiques, non les autres, qu'il a normalement dû découvrir lors de vos précédents ébats. Pour lui rafraîchir la mémoire, remettez-lui une poupée Barbie qu'il devra déshabiller. Puis à l'aide d'un stylo feutre, il dessinera les emplacements de vos zones érogènes. Son gage : faire un parcours sans-fautes, bien sûr.

Elle : Couinez de plaisir quand il se souvient de certaines pour l'encourager, et montrez-lui s'il en oublie quelques-unes, pourtant essentielles.

Suggestions : La poupée sera disponible ensuite, et vous n'aurez plus qu'à pointer du doigt ce que vous attendez, avec impatience.

Gages en duo

Vous avez perdu tous les deux. Pas grave, il existe des gages en duo !

La bande son X

Prêts à relever un défi ensemble ? Créez la bande son de vos ébats. Mettez le magnéto numérique de votre téléphone mobile en route et oubliez-le. Pas question de rejouer le monde du silence, lâchez-vous ! Vous verrez, il n'y a que le premier "rhaaaa" qui coûte.

Suggestions : C'est une bande son qui est destinée à être réécoutée à la première occasion… si l'un de vous deux a un gage, tenez !

Hamac érotique

Avouez que vous y avez déjà pensé, sans vraiment oser passer à l'action… A vous de jouer ! Procurez-vous un hamac, le nouvel accessoire tendance pour vos ébats. Vous le tendrez dans votre jardin, ou votre appartement… mais pas question de vous y allonger tels deux pandas en phase d'alanguissement. Lui reste debout, et vous vous allongez en travers, de façon à lui faire face et à initier une nouvelle position du Kama Sutra suspendu. Dans l'idéal, ce sont les mouvements du hamac qui donnent le rythme…

Suggestions : Mais c'est vous qui voyez, rien ne vous empêche d'être plus active…

Catherine Maillard

Créé le 01 juillet 2012

669 gages érotiques pour pimenter vos jeux sexuels
De Marc Dannam
Editions La Musardine.
261 pages
Prix : 15,10 EUR

 

Fantaisies sexuelles autour des 7 péchés capitaux

Péchés capitaux Dans un piquant recueil de nouvelles, autour du thème sulfureux des 7 péchés capitaux, Eric Mouzat revisite nos penchants les plus troubles. La colère, l’orgueil, l’avarice, la gourmandise… donnent lieu à d’étranges mises en scènes où le sexe se prête à tous les fantasmes.
Lire notre article

Fantaisies sexuelles autour des 7 péchés capitaux

Dans un piquant recueil de nouvelles, autour du thème sulfureux des 7 péchés capitaux, Eric Mouzat revisite nos penchants les plus troubles. La colère, l’orgueil, l’avarice, la gourmandise… donnent lieu à d’étranges mises en scènes où le sexe se prête à tous les fantasmes.

Ce voyage en 7 tableaux X a de quoi vous donner des idées entre luxure et paresse.

L’orgueil, un vilain défaut !

Péchés capiteuxLe pitch sexuel : Un liquidateur de société abuse de son pouvoir pour séduire une ouvrière d’usine… Son métier : licencier des hommes et des femmes. Avec certaines, il offre de passer de drôles de marchés pour qu’elles puissent garder leur poste ! Son orgueil va lui tendre de drôles de pièges sexuels. Sa dernière transaction va se passer bien différemment de ce qu’il avait imaginé ! C’est sous les traits d’une jeune femme belle, douce et mariée, se prêtant en apparence à ses exigences sexuelles qu’il recevra son châtiment.

Le ressort érotique : Un jeu de dominant à dominé : l’orgueilleux va se trouver pris au piège d’une biche… inoffensive. Un érotisme brutal en contradiction avec la douceur du personnage féminin !

La phrase : Sa bouche était à quelques centimètres de la pointe de mon sexe, ses mains posées sur mes cuisses (…) mon sperme coulait entre ses doigts. Je lui ai laissé savourer son plaisir. Après tout, je ne suis pas un monstre !

L’avarice : quand il est si bon de donner…

Le pitch sexuel : Une élève de lycée, une nymphette délurée, perce le mystère de son austère professeur de français. L’avarice de cette dernière ne lui vaut pas que des amies. Madame Lijewsky est pingre, une vraie radine, de bonnes notes, d’encouragements, de gentillesse… Un vrai chameau ! Pour dégotter la signature dont elle a besoin pour suivre des études d’artistes, la nymphette va lever ce paravent de froideur et découvrir un surprenant secret. Sa nouvelle amie Manon, avec qui elle s’est prêtée à des ébats lesbiens, va l’y aider.

Le ressort érotique : Pirouettes autour de la bisexualité et de la transsexualité… entre onctuosité et croustillant ! Une nouvelle où il faut tout donner !

La phrase : Manon a relevé sa robe. Elle était nue en dessous. Elle a caressé mon front de la pointe de son sexe long et fin. Il était aussi gracieux qu’elle ! Qui n’a jamais été pénétrée par le sexe d’un homme, tandis qu’elle mordille le clitoris d’une femme, ne peut pas comprendre ce que j’ai éprouvé…

La luxure : certains serments ne doivent pas être bafoués

Le pitch sexuel : Un jeune délinquant croise le chemin pieux d’une religieuse dans le couvent qu’elle dirige. C’est la faute à pas de chance, le héros semble enquiller les mauvaises passes tout du long de ce road movie, jusqu’à son arrivée au couvent. La Mère supérieure le découvre dans le grenier et passe en mode fantasmatique X pour cet "ange" tombée du ciel. A 42 ans, la virginité peut entraîner un désir insatiable… et Dieu s’en montrera très irrité ! Si au départ "baiser" avec une bonne sœur va beaucoup amuser notre jouvenceau, les galipettes sous le toit de Dieu vont prendre une tout autre tournure !

Le ressort érotique : La transgression d’un serment, un univers fantasmatique puissant… entre virginité et vulgarité. Un mélange détonnant !

La phrase : Il a posé sa bouche contre la mienne, et lentement, presque religieusement, il a fait glisser sa verge dure dans mon intimité. (…) J’avais transgressé un interdit, j’avais bafoué Dieu, j’avais infiniment pêché.

La paresse : par une chaude après-midi d’été

Le pitch sexuel : Une épouse modèle profite d’une sieste pour redécouvrir les plaisirs du corps avec un amant singulier ! En vacances au bord de la mer, avec son mari et ses deux enfants, elle reçoit sa jeune soeur Emeline et son amoureux. Un couple qui ne pouvait pas laisser indifférent. Trop de grâce, trop de beauté. Guillaume, c’est simple, même son mari Alain lui avait confié : "Celui-là, va pas falloir qu’elle le laisse trop traîner !". Au milieu d’une sieste, elle s’abandonne à un demi-sommeil, où d’indicibles fantasmes surgissent ; elle revoit une jeune fille dont elle était amoureuse à 13 ans, son professeur de français, l’étudiant de sa mère, puis elle se lève pour aller dans la cuisine… où Guillaume la rejoint. Son mari est juste au dessus, sa sœur s’occupe des enfants.

Le ressort érotique : La dimension du fantasme : on ne sait pas vraiment si c’est un rêve ou un passage à l’acte, une chaude après-midi d’été pendant la sieste ! Entre fantasme et volupté : tout est dans la douceur !

La phrase : Une main s’est posée sur mon épaule. Je n’ai pas reconnu la main de mon mari. Une bouche s’est posée sur mon cou. Mon mari aurait mordillé le lobe de mon oreille. J’ai touché son sexe dur. Ce n’était pas celui d’Alain. Il était plus long, moins large.

La colère : quand la jalousie décuple le désir

Le pitch sexuel : Un boxeur gravit les échelons de la victoire, aiguillonné par sa malicieuse et délurée épouse. La trentaine, alors qu’il s’apprêtait à raccrocher, après avoir failli être champion, une rencontre va bouleverser sa vie… Angela, une jeune femme journaliste, une superbe black qui va l’amener à se surpasser. Grâce à son charme et sa perversion, il va devenir un champion. En suscitant sa hargne, sa colère et sa jalousie contre des rivaux réels ou fantasmés, juste avant les matchs. Par de petits mots aux pauses ou des regards appuyés à d’autres hommes, Angela décuple son énergie de vaincre ! Jusqu’où devra-t-elle aller pour le mener au sommet !

Le ressort érotique : La jalousie est personnifiée par une déesse black qui s’amuse avec le désir des hommes, provoquant chez son amant, une envie de destruction, bien utile sur le ring… Une escalade, de la perversion, du sexe hard !

La phrase : Angela et moi, on devenait esclave l’un de l’autre. Elle de mes muscles et de mon sexe, moi de cette capacité qu’elle avait à me mettre hors de moi et à me faire exploser.

L’envie : et le désir devient trouble !

Le pitch sexuel : Un adolescent tombe amoureux de la meilleure amie de sa mère. Son désir pour Mme Tissandier est intense, mais le passage à l’acte est semé d’embuches. Sa fascination d’adolescent pour les formes voluptueuses d’une femme mure, et le désir d’Isabelle d’initier le jeune homme, vont avoir raison de ses craintes : il deviendra son amant. Mais son dépucelage n’est qu’une étape sur le chemin de la sexualité. Sa maîtresse va exiger que son mari les regarde pour susciter son envie… un petit jeu qui va faire naître bien des interrogations autour de l’homosexualité.

Le ressort érotique : Le dépucelage d’un adolescent par une femme mure, icône de beauté, le voyeurisme, et la tentation de l’homosexualité !

La phrase : Quand j’ai perçu une main saisir mes testicules et les caresser doucement, je n’ai pas tout de suite compris. J’ai cru que c’était Isabelle qui s’occupait de moi, mais c’était impossible. Son bras n’était pas assez long !

La gourmandise : on en mangerait !

Le pitch sexuel : Un jeune homme se découvre un gout immodéré et compulsif pour la chair. Etudiant en informatique, il recrute des femmes sur Internet, et leur fait découvrir ses fantasmes… un pêché de gourmandise, qui tourne mal. Interné en hôpital psychiatrique, sa défense va être organisée par une sublime avocate, qui va réveiller ses ardeurs et susciter son désir de fuite pour la retrouver… mais son amour pour elle opèrera-t-il comme une guérison ?

Le ressort sexuel : La gourmandise est un vilain défaut… les plaisirs de la chair peuvent aussi dépasser certaine limite où l’érotisme se conjugue avec l’extrême !

La phrase : Charlène est revenue me voir la semaine suivante. A l’écouter, je me sentais de moins en moins coupable. De plus en plus victime de mes pulsions, de plus en plus esclave de la manière dont on m’avait construit.

Catherine Maillard

Créé le 01 novembre 2012

Les sept péchés capiteux
D´Eric Mouzat
Editions Blanche.
142 pages
Prix : 17 euros

 

Clubs libertins : une pratique en mutation !

Clubs libertins Avec les clubs libertins, l'échangisme est en pleine mutation… Le temps des machos désireux d'échanger leur femme contre une autre, pour pimenter leur vie sexuelle, est révolu. Cette pratique de couples, en quête de sexualité plurielle, a rajeuni. Et les femmes ont repris l'initiative. Le point sur les nouveaux libertins avec notre expert Pierre des Esseintes.
Lire notre article

Clubs libertins : une pratique en mutation !

Avec les clubs libertins, l'échangisme est en pleine mutation… Le temps des machos désireux d'échanger leur femme contre une autre, pour pimenter leur vie sexuelle, est révolu. Cette pratique de couples, en quête de sexualité plurielle, a rajeuni. Et les femmes ont repris l'initiative. Le point sur les nouveaux libertins avec notre expert Pierre des Esseintes.

L'échangisme ! Hier encore, c'était un terme assez "macho", évoquant une pratique réservé aux couples, où monsieur, désireux de pimenter sa vie sexuelle, "échangeait" sa femme contre celle d'un autre. "Les échangistes, c'est un peu la vieille école du libertinage, où l'homme est dominant, c'est dépassé aujourd'hui" pose d'emblée Pierre Des Esseintes, auteur de Osez le libertinage*. Explication : Les femmes se sont libérées ! Et si l'homme reste souvent à l'initiative de franchir la porte d'un club, il n'est pas rare que l'expérience libère certains fantasmes féminins. Il arrive même que monsieur cesse d'être maître du jeu, quelque peu dépassé par les désirs débordants de sa femme.

Club libertin : un établissement de nuit singulier

Clubs libertinsLa notion de club échangiste ou club libertin, tant qu'on n'en a pas fréquenté, reste un peu floue, évoquant soit le joyeux bordel, soit la partouze glauque. Pierre des Esseintes nous éclaire : "Le club échangiste est un établissement de nuit, dédié à une sexualité plurielle". Dans ce lieu singulier on trouve généralement un bar, une piste de danse, une barre d'exhibition, des espaces pour s'ébattre et des salons privés. Notre expert a pu d'ailleurs noter que de plus en plus d'établissements sont dotés de salles privées pour les couples libertins ou illégitimes qui ne souhaitent pas être vues par d'autres. Certains établissements comportent aussi des saunas ou des hammams.

Si la version urbaine du club emprunte davantage les allures d'une boîte de nuit, en province, les "libertins" se rejoignent dans de véritables complexes, avec jacuzzi, sauna, piscine, etc. Plus on est de fous…

Majoritairement des hommes et des couples

"La plupart du temps, ce sont des couples qui franchissent la porte d'un club", assure Pierre des Esseintes. Certains établissements acceptent toutefois les hommes seuls, selon un quota précis… et des tarifs plus onéreux. En effet, le prix d'entrée est plus élevé pour un célibataire que pour une femme seule, pour qui les clubs restent très accessibles. Les tarifs peuvent aller de 60 à 80 € environ pour un couple, et grimper à plus de 100 € pour un homme en solo, contre seulement 20 € ou moins pour une femme.

Etrangement, si la population se diversifie, le nombre de libertins reste constant. Pour preuve, selon une enquête de l'Inserm effectuée en 2006, qui rend compte de l'évolution de la sexualité des Français, 3,6 % des hommes, et 1,7 % des femmes se sont rendus au moins une fois dans un club. Et seulement 1 femme sur 3, et 3 hommes sur 5 y sont passés à l'acte. Alors qu'en 1992, les chiffres tournaient autour de 4 % d'hommes et de 1 % de femmes.

Autre phénomène important autour de l'échangisme : une fermeture des clubs en constante progression. Une conséquence de la crise, et de l'émergence des sites échangistes sur Internet, avec l'organisation de soirées privées. "Cela comporte des risques" prévient notre expert. On ne sait pas toujours à qui on a affaire. Son conseil : Il est préférable de fréquenter des clubs et d'organiser ensuite des soirées, si affinités.

Des motivations plurielles dans les clubs libertins

Les raisons de fréquenter un club sont plurielles. Cette pratique connaît une véritable mutation, "la notion d'échangisme est devenu presque vieillotte" insiste Pierre Des Esseintes. La clientèle est plus jeune. Ces clubs récemment renommés "discothèques libertines" touchent les 25/35 ans. La libération sexuelle de la femme ouvre de nouveaux champs d'exploration.

Ces nouveaux libertins ne sont pas forcément en couple depuis très longtemps, et ce n'est plus uniquement la volonté de briser une certaine routine sous la couette qui motive leurs choix. Ils peuvent simplement avoir envie de faire l'amour devant d'autres. Une femme peut y aller pour le plaisir de danser, nue, sans forcément avoir le désir de passer à l'acte. Elle peut aussi rechercher une partenaire bisexuelle, pour une expérience.

Une ombre au tableau toutefois ! Certains "libertins" sont davantage motivés par un désir de consommation sexuelle, qu'une démarche de couple en quête de complicité… Ils fréquentent les clubs en quête de gratifications immédiates, pour se donner des sensations. "Cette population a grandi avec le porno, et sort en soirée avec du Viagra… à 30 ans !", ajoute Pierre Des Esseintes. "Un comportement plus inspiré par les performances du X que par le véritable libertinage…".

Une ambiance particulière

Paradoxalement, les clubs sont très sécurisés. Là où en boîte de nuit, il est devenu fréquent pour une femme de se faire draguer lourdement, il en va tout autrement des clubs libertins. Tout est permis, dans un climat de respect. Vous pouvez mater, danser, vous caresser, sans avoir envie d'explorer toutes les positions du Kamasutra, ni de vous faire peloter. Un simple geste ou un "non" suffit à éconduire une demande. Si vous souhaitez faire l'amour seule avec votre compagnon, idem…

En cas de non respect de ces codes, le ou la malotru(e) peut se faire exclure. "C'est très surveillé, les incidents sont rares" affirme Pierre Des Esseintes.

Un club libertin n'est pas un lieu de drague, on y va pour s'amuser, pas pour "consommer du sexe". Le mieux pour passer une bonne soirée est d'être ouvert aux autres. "Il ne faut pas forcément chercher à rencontrer des gens très beaux… certains sont moins séduisants mais tellement plus festifs ou généreux" ajoute notre expert. Aucune soirée ne ressemble à une autre. Certaines sont plus glauques que d'autres aussi… Pour éviter des déconvenues, le plus simple est d'avoir recours aux guides. Ou à quelqu'un qui s'y connaît. Rien ne vaut le bouche à oreille…

Catherine Maillard

Créé le 07 mars 2013

Osez le libertinage
De Pierre Des Esseintes
Editions la Musardine
Prix : 9 €

Guide de la France coquine. 2012 2013
De Didier Menduni
Editions Le petit Futé.
310 pages
Prix : 18 €

Dossier mis à jour le 13 mars 2013



31/05/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 102 autres membres

design by ksa | kits graphiques by krek