Méthode : la chromothérapie

 

Méthode : la chromothérapie

 

Les couleurs influent directement sur notre état psychoémotionnel. En découvrant celles qui lui étaient bénéfiques, Martine, 45 ans, a rapidement pris de l’assurance et s’est réconciliée avec son apparence.

Erik Pigani

« Lorsqu’elle a rejoint notre stage, Martine m’a tout de suite précisé qu’elle était assistante maternelle, qu’elle travaillait avec de jeunes enfants et que, de fait, elle voulait en savoir davantage sur l’influence des couleurs, se souvient Dominique Bourdin. Pour moi, l’intérêt de la chromothérapie réside avant tout dans le vécu et le ressenti, non dans la théorie. »

La méthode

TEST

Explorez votre état émotionnel avec notre test : Quelle est votre couleur intérieure ?

Docteur en médecine, acupuncteur, psychothérapeute, Dominique Bourdin est aussi le créateur d’une méthode de thérapie par les couleurs, la colorthérapie, et le fondateur, avec son épouse Sylvie, du centre Chrysalide, en Vendée. « J’utilise deux techniques, présente-t-il. La première, en séance individuelle, est un test informatisé fondé sur nos goûts, notre attirance personnelle pour les couleurs. Certains pensent que c’est subjectif et sans valeur scientifique. Pourtant, cela correspond souvent à un besoin psychologique ou physiologique. » Ce test, qui consiste pour la personne à choisir ses teintes préférées et celles qu’elle rejette, permet d’obtenir une vision de son état psychoémotionnel. Pour la phase de « traitement », le logiciel projette un cycle de couleurs adapté à ses besoins.

« En stage, nous utilisons une seconde méthode : la perception intuitive, poursuit le thérapeute. Nous invitons les participants à ressentir les couleurs dont les autres ont besoin. C’est d’ailleurs ce que nous faisons naturellement lorsque par exemple nous disons à une amie : “Cette couleur te va très bien.” Qu’est-ce qui nous permet de l’affirmer si ce n’est une forme d’intuition ?

L’éveil de cette perception est la première étape de ce stage. Nous en avons discuté avec Martine. Visiblement, elle souffrait d’un léger surpoids et manquait de confiance en elle. Pour lui montrer l’importance de ressentir les choses en vue de mieux les comprendre, je lui ai proposé de participer à une démonstration devant les autres. »

Face à elle, Dominique Bourdin se détend et lui indique que la couleur dont elle a besoin est le jaune. Elle n’en porte pas. Pourtant Martine acquiesce, c’est sa couleur préférée. Or c’est aussi la couleur associée à la confiance en soi et au besoin de trier, d’éliminer.

« Pour ce travail de ressenti, j’interroge en moi la “conscience” des enveloppes énergétiques, explique-t-il. En Occident, nous avons délaissé, voire rejeté, la structure énergétique des êtres vivants, une dimension pourtant reconnue depuis des millénaires dans de nombreuses sociétés. Les Indiens parlent de l’aura et des chakras, les Chinois, des méridiens. En rapprochant ces traditions avec les notions élémentaires de la physique quantique, on découvre que notre corps est de la “lumière condensée”, un champ infiniment complexe de fréquences électromagnétiques correspondant parfois à des couleurs précises. Un certain nombre d’expériences scientifiques l’ont démontré. Avec de l’entraînement, vous pouvez percevoir ces champs énergiques et leurs couleurs. » Ont-elles pour autant une signification universelle ? Selon les cultures, l’interprétation peut varier considérablement, comme le rouge, symbole du bonheur et de la chance en Chine, plutôt rattaché à la passion et à la colère chez nous. « En fait, chacune a deux états : la “couleur lumière” qui, en raison de sa “fréquence de base”, a un sens universel. Et la “couleur matière” dont la symbolique dépend de la culture. »

Pour la phase « traitement » de Martine, le thérapeute choisit un filtre de couleur jaune qu’il place sur son plexus. « Le résultat a été assez étonnant : elle nous a spontanément parlé de son manque de confiance en elle, de son surpoids… Elle s’est ensuite mise à porter du jaune et, lorsque nous l’avons revue pour un autre stage quelques semaines plus tard, elle était transformée ! Mais l’influence des couleurs n’est pas limitée à l’aspect psychologique, ajoute Dominique Bourdin. Elles ont une réelle influence sur la santé. J’ai un jour reçu un ami médecin. Piqué par une guêpe, il faisait une allergie. Je l’ai traité par les couleurs, et les symptômes se sont apaisés avec une rapidité déconcertante… Alors si je peux donner un conseil, c’est de toujours respecter son goût pour les couleurs sans jamais sacrifier à la mode. C’est l’une des clés de notre bien-être. »

  • 0
  • 4
     
  • linkedIn
Annonces Google


16/05/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 102 autres membres

design by ksa | kits graphiques by krek