Qu'est-ce qui cause la dépression ?

 

 

Pour en savoir plus sur la dépression


6. Qu'est-ce qui cause la dépression?        

Aucune cause n'explique à elle seule la dépression. Le terme « trouble dépressif majeur » décrit vraisemblablement plusieurs types de dépression différents.            

Les données montrent clairement que les symptômes de la dépression s'accompagnent de changements cérébraux. L'IRM a permis d'identifier les régions du cerveau dont la taille ou la fonction est altérée chez les sujets déprimés. La dépression est plus précisément associée à une hypertrophie des ventricules cérébraux (régions contenant le liquide cérébral) et à une atrophie des régions frontales du cerveau. L'étude de l'activité cérébrale à l'aide de techniques recourant à l'IRM ou au PET a également montré que ces régions fonctionnaient différemment chez les sujets déprimés. Les chercheurs pensent que diverses voies nerveuses sont perturbées dans différentes régions du cerveau.

       De nombreux facteurs rendent une personne vulnérable à la dépression, notamment la perte d'un être cher à un âge précoce, les difficultés personnelles, la consommation abusive d'alcool ou d'autres drogues, la maladie et le sexe. Ces facteurs perturbent les neurotransmetteurs cérébraux (la sérotonine, la dopamine et la norépinéphrine sont les plus étudiés) et altèrent les voies nerveuses responsables de la régulation de l'humeur, du sommeil, de l'attention, de l'appétit, de l'énergie et d'autres symptômes associés aux troubles dépressifs. 


Références
         Kendler KS, Thornton LM, Gardner CO. Genetic risk, number of previous depressive episodes, and stressful life events in predicting onset of major depression. Am J Psychiatry 2001;158:582-586,

McEwen BS. Mood disorders and allostatic load. Biol Psychiatry 2003;54:200-207,

Nemeroff CB. Recent advances in the neurobiology of depression. Psychopharmacol Bull 2002;36 Suppl. 2:6-23.

         6a. Certaines maladies ou certains médicaments peuvent-ils causer une dépression?

Troubles fréquemment associés à la dépression
        

Troubles Exemples
Troubles neurologiques Maladie d'Alzheimer, Maladie de Parkinson
Troubles qui intéressent l'organisme entier Infections virales et bactériennes
Troubles inflammatoires Polyarthrite rhumatoïde, Lupus érythémateux
Troubles endocriniens Problèmes thyroïdiens, Carences en vitamines
Autres troubles SIDA, Cancer, Maladies cardio-pulmonaires

       Bien que des cas de dépression aient été signalés avec pratiquement tous les médicaments, il est souvent difficile d'établir une relation de cause à effet. Toutefois, certains types de médicaments, dont les antihypertenseurs et les antiarhytmiques, les anticancéreux, les stéroïdes et certains antibactériens, ont souvent été associés à la dépression. Une liste plus exhaustive de ces agents est présentée ci-dessous.

      Figure 3 : Médicaments fréquemment associés à la dépression
Médicaments Exemples
Antibactériens et antifongiques Ampicilline, Clotrimazole, Tétracycline
Anticancéreux Bléiomycine, Plicamycine, Zidovudine
Médicaments cardiaques et antihypertenseurs Bêta-bloquants, Clonidine, Digitaliques
Stéroïdes et hormones Corticostéroïdes, Contraceptifs oraux
Analgésiques et anti-inflammatoires Ibuprofène, Opiacés, Phénacétine
Stimulants et coupe-faim Diéthylpropion, Fenfluramine, Phenmétrazine
Sédatifs et hypnotiques Barbituriques, Benzodiazépines, Hydrate de chloral
Agents neurologiques Amatadine, Baclofène, Lévodopa
Médicaments divers Disulfirame, Isotrétinoïne, Métaclopramide
Référence 
     Enns MW, Swenson JR, McIntyre RS, et al. Clinical guidelines for the treatment of depressive disorders: VII Comorbidity. Can J Psychiatry 2001;46 Suppl. 1:77S-90S.
Pour en savoir plus sur la dépression

 

 

 

Pour en savoir plus sur la dépression
1. Quels sont les symptômes de la dépression?             

La dépression est l'un des maux les plus vieux et les plus fréquents au monde. Ses symptômes peuvent être à la fois physiques et psychologiques, et varier d'une personne à l'autre. Les symptômes de la dépression sont les suivants :

• Apparence  Tristesse dans l'expression du visage, lenteur dans les mouvements, avoir l'air négligé.
• Sentiments de détresse  Se sentir triste, désespéré, découragé ou « vidé ».
• Pensées négatives  « J'ai raté ma vie. » « Je ne vaux rien. » « Personne ne se soucie de moi. »
• Diminution de l'activité  « Je reste là, assis(e) à me morfondre. » « Le moindre effort me semble impossible. »
• Diminution de l'attention
• Problèmes relationnels  « Je ne veux pas que quelqu'un me voit. » « Je me sens si seul(e). »
• Culpabilité et faible estime de soi « C'est entièrement ma faute. » « Je mérite d'être puni(e). »
• Problèmes physiques  Troubles du sommeil, perte ou prise de poids, baisse de la libido ou maux de tête.
• Pensées ou envies suicidaires « Je serais bien mieux si j'étais mort(e). » « Je me demande si on souffre quand on meurt. »

Références
       McIntyre RS, Mancini DA, Chen I, Maresky N, Parikh SV, Grupp L, Kennedy SH. A multicentre validation of the abbreviated Hamilton depression rating scale (HAMD- 7) to evaluate remission in primary care. Données présentées lors de la réunion anuelle de l'Association des psychiatres du Canada; octobre 2004; Montréal, Québec.

       Kennedy SH, Lam RW, Beaulieu S, O’Donovan C. New perspectives in the management of depression: Are you aware? Données présentées lors de la réunion annuelle de l'Association des psychiatres du Canada; octobre 2004; Montréal, Québec.

 

 

-----------------

 

 

Pour en savoir plus sur la dépression
2. Quels sont les traitements physiques de la dépression? 

Dans plus de 70 % des cas, l'état des personnes atteintes de dépression s'améliore avec la prise du traitement approprié.

       Les inhibiteurs spécifiques du recaptage de la sérotonine (ISRS), tels que Celexa, Luvox, Paxil, Prozac et Zoloft, ainsi que les antidépresseurs à double action, tels que Effexor XR, Remeron et Wellbutrin SR, sont les antidépresseurs le plus souvent prescrits. La plupart des antidépresseurs agissent sur les neurotransmetteurs (messagers chimiques entre les cellules nerveuses) dans le cerveau, tels que la sérotonine, la noradrénaline et la dopamine. En règle générale, ils occasionnent moins d'effets indésirables perturbateurs et sont plus sûrs en association avec d'autres médicaments que les antidépresseurs plus anciens, tels que les antidépresseurs imipraminiques et les inhibiteurs de la monoamine oxydase, qui sont généralement prescrits en deuxième et en troisième intentions, respectivement.

       Certains produits médicinaux ou en vente libre, tels que le millepertuis et les acides gras oméga 3 (huile de poisson) ont été mis à l'essai dans le traitement de la dépression, mais aucun de ces produits ne s'est avéré aussi efficace que les médicaments d'ordonnance.

Le recours à un traitement léger, surtout en cas de dépression saisonnière ou hivernale, a également fait ses preuves.

       Les électrochocs peuvent s'avérer extrêmement efficaces chez les patients atteints de dépression grave. Ce traitement consiste généralement à soumettre le patient à un léger courant électrique transmis par des électrodes appliquées sur le cuir chevelu, après lui avoir administré des relaxants musculaires. Le courant provoque une crise convulsive mineure qui dure entre 30 et 45 secondes. Les effets indésirables le plus souvent associés à la procédure sont les maux de tête et des troubles passagers de la mémoire. En général, le patient se soumet à deux ou trois séances d'électrochocs par semaine jusqu'à ce qu'il se rétablisse. Des séances d'entretien périodiques peuvent s'avérer nécessaires pour prévenir les rechutes. Les troubles de la mémoire disparaissent généralement en l'espace de deux ou trois mois.

Références
         Kennedy SH, Eisfeld BS, Parikh SV. Depression. Dans Gray J (éditeurs) Therapeutic Choices, 4e édition. Association des pharmaciens du Canada, 2004.

       Kennedy SH, Lam RW, Nutt DJ, Thase ME. Treating Depression Effectively: Applying Clinical Guidelines. Londres, R.-U. : Martin Dunitz; 2004.

UK ECT Review Group. Efficacy and safety of electroconvulsive therapy in depressive disorders: a systematic review and meta-analysis. Lancet 2003;361(9360):799-808,

 

 

----------------------

 

 

 

Pour en savoir plus sur la dépression
3. Quels sont les traitements psychologiques de la dépression?

      Les traitements psychologiques les plus efficaces sont la thérapie cognitive du comportement (TCC) et la thérapie interpersonnelle (TIP). La TCC repose sur le principe que les personnes déprimées ne pensent pas comme les autres. Le pessimisme qui caractérise les personnes déprimées les amène à se comporter comme si le pire était à venir, à s'éloigner de leurs amis et à cesser leurs activités. La TCC aide le sujet à réfléchir aux idées fausses qui vont de pair avec la dépression et qui l'incitent à cultiver des pensées et à poser des actes qui le pousse à se complaire dans la dépression.        
      La thérapie interpersonnelle explore la façon dont les problèmes relationnels (conflits de rôles, transitions de rôles, déficits sociaux) peuvent avoir un impact majeur sur l'humeur et les capacités fonctionnelles.

Pour en savoir plus sur le sujet : Renseignez-vous sur la thérapie cognitive du comportement.

Références
        Segal ZV, Whitney DK, Lam RW, Groupe de travail sur la dépression du Réseau canadien pour les traitements de l'humeur et de l'anxiété (RCTHA). Clinical guidelines for the treatment of depressive disorders: III. Psychotherapy. Can J Psychiatry 2001;46(suppl. 1):29S-37S.

Kennedy SH, Lam RW, Nutt DJ, Thase ME. Treating Depression Effectively: Applying Clinical Guidelines. Londres, R.-U. : Martin Dunitz; 2004.

 

 

----------------------------

 

 

 

Pour en savoir plus sur la dépression
4. Tout le monde a des moments de déprime. En quoi un épisode de dépression majeure est-il différent? 
       Le diagnostic de dépression majeure repose sur la survenue d'une série de symptômes qui se manifestent plus ou moins continuellement pendant au moins deux semaines. Pourtant, il n'est pas rare que plusieurs mois, voire plusieurs années se passent avant que le patient ne cherche à obtenir un traitement. La dépression ne se résume pas à un sentiment de tristesse, à un coup de cafard ou à une période de stress. Il s'agit d'une maladie et non d'un état d'esprit passager.

Existe-t-il un test qui permet de diagnostiquer la dépression? 
       Bien que certaines analyses de sang donnent des résultats anormaux chez les personnes atteintes de dépression (taux de cortisol anormal), ces épreuves ne sont pas suffisamment spécifiques ni fiables pour permettre de poser un tel diagnostic. Certaines techniques d'exploration de la structure du cerveau (IRM) et du fonctionnement cérébral (PET, IRMFI) sont prometteuses. Une région du cerveau intervenant dans la fonction mnésique (l'hippocampe) semble atrophiée chez les sujets atteints de dépression chronique. Toutefois, aucune de ces techniques ne peut être utilisée systématiquement pour établir un diagnostic fiable. Le diagnostic est posé par un médecin et repose sur l'écoute attentive du patient qui relate ses problèmes.

Références
         Mayberg HS. Modulating dysfunctional limbic-cortical circuits in depression: towards development of brain-based algorithms for diagnosis and optimised treatment. Br Med Bull 2003;65:193-207,

Drevets WC. Neuroimaging studies of mood disorders. Biol Psychiatry 2000;48:813-829,

 

 

------------------------

 

 

Pour en savoir plus sur la dépression
5. Les cas de dépression sont-ils fréquents? 

Environ 4 % des Nord-Américains souffrent un jour ou l'autre d'une dépression majeure. Les femmes sont deux fois plus susceptibles que les hommes de connaître un épisode dépressif. Les changements hormonaux qui surviennent chez les femmes après un accouchement et aux alentours de la ménopause peuvent provoquer un épisode dépressif.

La dépression touche 20 à 50 % des personnes présentant des troubles neurologiques, tels que la maladie de Parkinson, l'épilepsie ou l'AVC, et 10 à 20 % des personnes atteintes d'autres affections, telles que le cancer, l'infection par le VIH et les maladies cardiaques.

Les personnes aux prises avec des troubles anxieux ou avec des problèmes de consommation abusive d'alcool et d'autres drogues à un jeune âge sont plus susceptibles de souffrir de dépression. Il en va de même pour les personnes victimes de violence physique ou sexuelle, qui ont perdu leurs parents ou qui ont reçu peu de soutien à un âge précoce.

Références
         Parikh SV, Lam RW, Groupe de travail sur la dépression du Réseau canadien pour les traitements de l'humeur et de l'anxiété (RCTHA). Clinical guidelines for the treatment of depressive disorders: I Definitions, prevalence and health burden. Can J Psychiatry 2001;46(suppl. 1):13S-20S.

Kennedy SH, Lam RW, Beaulieu S, O’Donovan C. New perspectives in the management of depression: Are you aware? Données présentées lors de la réunion annuelle de l'Association des psychiatres du Canada; octobre 2004; Montréal, Québec.

 

 

--------------------------

 

 

Pour en savoir plus sur la dépression
7. La dépression est-elle héréditaire?   

Entre 15 et 20 % des gens présentant des antécédents familiaux de dépression seront eux-mêmes dépressifs. Toutefois, il ne semble pas y avoir de gène spécifique qui soit responsable de la dépression. De plus, divers facteurs environnementaux survenant à divers moments de la vie peuvent modifier l'expression des gènes. Les premiers travaux de recherche indiquent que les gènes représentent environ 50 % du risque de dépression. Toutefois, ce n'est ni l'inné (les gènes) ni l'acquis (les expériences de la vie) qui est responsable de la dépression, mais les deux.

       Les chercheurs sont sur le point d'identifier les gènes qui codent pour les facteurs biologiques importants dans la dépression.

Références
           Eley TC, Sugden K, Corsico A, Gregory AM, Sham P, McGuffin P, Plomin R, Craig IW. Gene-environment interaction analysis of serotonin system markers with adolescent depression. Mol Psychiatry. Octobre 2004;9(10):908-915.

Melke J. Serotonin transporter gene polymorphisms and mental health. Curr Opin Psychiatry 2003;16:215-220.

 

---------------------------

 

Pour en savoir plus sur la dépression
8. Peut-on guérir la dépression?  
La dépression est une maladie récurrente. Après un premier épisode, le risque de récurrence est de 50 %; il passe à 70 % après deux épisodes et à 90 % après trois épisodes. À la lumière de ce constat, l'accent est mis de plus en plus sur le traitement d'entretien à long terme et sur les stratégies visant à prévenir les récurrences, comme la thérapie cognitive du comportement (TCC) et la pharmacothérapie préventive.

       Le but du traitement est d'atteindre la rémission, c'est-à-dire l'absence de symptômes, pour que le sujet puisse reprendre un mode de vie normal. (voir la figure 1) Pour être complète, la rémission requiert généralement un traitement de 12 semaines ou plus. Les données montrent que le traitement à long terme par des antidépresseurs réduit le risque de récurrence. Voir les recommandations présentées à la figure 2.

Figure 1 : Les phases du traitement de la dépression
      

Phase Durée Objectifs Activités
Aiguë 6 à 12 semaines, ou plus • Rémission des symptômes
• Récupération des capacités fonctionnelles
• Établir une alliance thérapeutique
• Informer le patient
• Choisir le traitement
• Surveiller la réponse
Entretien 6 mois qui suivent la rémission ou plus • Prévention des rechutes
et des récurrences
• Informer le patient
• Prendre en charge les effets indésirables
• Aider à la réadaptation
• Surveiller pour prévenir les récurrences

Figure 2 : Recommandations relatives au traitement d'entretien de la dépression majeure
          

• Tous les patients devraient poursuivre leur traitement antidépresseur pendant au moins six mois après la rémission complète des symptômes.
• Les patients présentant les facteurs de risque suivants doivent suivre un traitement d'entretien à long terme d'au moins deux ans et, dans certains cas, à vie :
  • Épisodes chroniques (> 2 ans)
• Épisodes graves (idées suicidaires, dépression psychotique)
• Épisodes persistants ou difficiles à traiter
• Épisodes fréquents (2 épisodes au cours des 2 dernières années)
• Épisodes récurrents (3 épisodes ou plus au cours d'une vie)
• Âge avancé (> 65 ans)
• La dose d'antidépresseurs prescrite pendant la phase d'entretien et la phase aiguë doit être la même.
• Si l'on décide d'interrompre le traitement par antidépresseur, la dose doit être diminuée graduellement pour éviter les symptômes de sevrage.
• La psycho-éducation sur les signes précoces de rechute doit se poursuivre (p. ex., le retour des troubles du sommeil); le patient doit se présenter à des visites de suivi régulières, environ tous les deux ou trois mois.
• La psychothérapie, par exemple la TCC, peut s'avérer utile pour prévenir les rechutes.
• Les maladies et les troubles psychiatriques comorbides doivent être traités. Les programmes de réadaptation (p. ex., les séances d'orientation professionnelle) peuvent s'avérer utiles.


       Références


Lam RW, Kennedy SH. Evidence-based strategies for achieving and sustaining full remission in depression: focus on metaanalyses. Can J Psychiatry 2004;49(3 Suppl. 1):17S-26S.

Keller MB. Past, present, and future directions for defining optimal treatment outcome in depression: remission and beyond. JAMA 2003;289:3152-3160.

 

 

-------------------------

 

 

 

Pour en savoir plus sur la dépression
9. Je souffre de dépression, mais cela veut-il dire que je souffre également de trouble bipolaire?

Le trouble bipolaire se caractérise par des phases successives de dépression et de manie ou d'hypomanie qui durent quelques semaines. Pendant une phase de manie (d'euphorie), le sujet présente un ou plusieurs des symptômes suivants : 1) une amélioration du moral, 2) une irritabilité extrême, 3) un moins grand besoin de sommeil, 4) un débordement d'énergie, 5) la prise de risques sans considération pour les conséquences familiales ou professionnelles, 6) des dépenses inconsidérées, 7) des pensées incohérentes ou 8) une élocution rapide.

       Dans la forme la plus grave du trouble bipolaire, le sujet peut finir en salle d'urgence ou être admis à l'hôpital pour une période de stabilisation. Depuis peu, on admet davantage l'existence de cas de trouble bipolaire plus légers, dont le diagnostic est souvent erroné.

Il s'agit d'un problème diagnostique important, étant donné que les régulateurs de l'humeur, comme le lithium, sont nécessaires pour traiter le trouble bipolaire pendant les phases dépressives.

Références
         Glick ID. Undiagnosed Bipolar Disorder: New Syndromes and New Treatments. Prim Care Companion J Clin Psychiatry 2004;6:27-33.

Thomas P. The many forms of bipolar disorder: a modern look at an old illness. J Affect Disord 2004;79 Suppl. 1:S3-S8.

Hirschfeld RM. The Mood Disorder Questionnaire: A Simple, Patient-Rated Screening Instrument for Bipolar Disorder. Prim Care Companion J Clin Psychiatry 2002;4:9-11.

 

 

 



09/04/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 102 autres membres

design by ksa | kits graphiques by krek