Quand passent les cigognes

Quand passent les cigognes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Quand passent les cigognes est un film soviétique de Mikhaïl Kalatozov réalisé en 1957.

Sommaire

[masquer]

Synopsis [modifier]

Véronika attend le retour de son fiancé Boris, parti sur le front russe. Sans nouvelles elle cède aux avances du cousin de celui-ci, un planqué peu glorieux égoïste et distant. Délaissée, Véronika s’implique à sa manière dans le conflit en investissant son énergie à l’aide et au réconfort des soldats blessés rapatriés au pays. Elle prend conscience de l’horreur de la guerre.

Commentaires [modifier]

Avec ce film, le cinéma soviétique se démarque de tout l’élan patriotique de sa production précédente en montrant une histoire d’amour filmée dans un esprit neuf.

Certaines scènes sont marquantes et novatrices :

  • Le préambule calme de l’avant guerre permettant à Véronika et Boris de positionner leur amour sur un avenir.
  • La scène tourbillonnante de l’escalier gravi par Boris (Une première technologique pour l’époque).
  • Le moment où Véronika terrorisée par les bombardements et à bout de forces cède à Mark en répétant à l’infini sa négation qu’elle ne peut plus contrôler.
  • La scène finale, poignante et désespérée, l’ultime espoir que Véronika place dans l’arrivée de ce train rempli de soldats de retour au bercail.

Importance historique [modifier]

Ce film a symbolisé le dégel, c’est-à-dire l'assouplissement du régime soviétique sous Nikita Khrouchtchev.

Prouesses techniques [modifier]

Ce film est réputé pour ses somptueux mouvements d'appareil, qui restent de vraies prouesses techniques. On se souviendra notamment de la montée d'escalier de Boris, citée ci-dessus ; il est suivi du début à la fin par la caméra, qui reste à sa hauteur, et panoramique à 360 degrés tout en montant (on notera que le point nodal effectue donc un vissage, ce qui n'est pas si fréquent). L'opérateur portait vraisemblablement la caméra, en étant pendu à un câble... qui montait tout en tournant.

Ensuite, un plan très réputé suit Veronika depuis un tramway en circulation, dans lequel elle est assise. Elle se lève pour descendre, suivie par la caméra, court dans la foule pour voir le défilé, tandis que la caméra effectue pour la suivre un travelling latéral assez rapide. Arrivée à une barrière, Veronika s'arrête tandis que la caméra s'élève jusqu'au très grand ensemble.

Ce plan séquence commence en caméra portée ; à la descente du tramway, l'opérateur suspend sa caméra, à l'aide d'un électro-aimant, à un travelling sur câble. Au bout de celui-ci, un opérateur récupère l'appareil, pour l'accrocher à une grue qui l'élève jusqu'au très grand ensemble.

Fiche technique [modifier]

Distribution [modifier]


Récompenses [modifier]

  • 1958 : Palme d'or au festival de Cannes 1958, "pour son humanisme, pour son unité et sa haute qualité artistique"
  • Prix spécial du Ier festival cinématographique de l'URSS à Moscou
  • Diplôme du IXème festival international du film de travailleurs (Tchécoslovaquie)
  • Mention du Ier festival annuel à Vancouver
  • Diplôme d'honneur au festival des festivals à Mexico
  • Prix Selznick du meilleur film étranger de l'année aux USA


27/08/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 101 autres membres

design by ksa | kits graphiques by krek