Transsexualisme - Partie 2

Les personnes transsexuelles ont un taux de suicide très élevé.

Ce troisième préjugé est le plus souvent associé au second et il a également pour but de signifier un interdit. En effet, pourquoi permettre une prise en charge humaine et respectueuse des personnes transsexuelles si, de toute manière, elles finissent par se suicider ? Mais, là encore, les pages de témoignages prouvent la fausseté de cette affirmation. Elles témoignent, bien au contraire que de très nombreuses personnes ont réussi à trouver leur chemin et qu'elles vivent une vie pleine et heureuse. C'est bien le déni de la réalité de leur condition, le refus de prise en charge, des maltraitances qui commencent dans l'enfance, et le fait que de soi-disant thérapeutes transphobes et sadiques se permettent de faire subir à des personnes désespérées qui finit par les pousser au suicide.

C'est ainsi qu'on sacrifie des vies en faveur de la préservation de préjugés patriarcaux plutôt que de permettre à des personnes de trouver leur chemin et de vivre une vie heureuse.

Les personnes transsexuelles renoncent à toute forme de plaisir sexuel.

Il est particulièrement frappant de voir combien ce préjugé est répandu, y compris parmi les psychiatres et autres intervenants censés prendre en charge, aider et accompagner les personnes transsexuelles. Or, là encore, rien n'est plus faux, et c'est à se demander si ces personnes ont jamais eu une conversation sérieuse avec un endocrinologue et un chirurgien de premier plan pratiquant des opérations de réattribution de sexe. Il se trouve que, dès la création des premières vaginoplasties modernes par le Dr. Georges Burou au milieu des années 1950, il a eu le souci de préserver la capacité de plaisir sexuel et même d'orgasme des personnes. Il a de ce fait créé un protocole qui conserve les nerfs et une partie du tissu érectiles qui sont placées dans le corps, entre autres pour reconstituer un clitoris.

Cela fait maintenant 50 ans que ce protocole a été perfectionné, et le moins que l'on puisse dire est que, tant qu'il est pratiqué par un des chirurgiens de premier plan, la personne a toutes les chances de pouvoir vivre une vie sexuelle pleine et épanouie après son opération. Il lui faudra certes prendre le temps de redécouvrir son corps, mais elle pourra alors vraiment en jouir, faisant naître un net tournant par rapport à ce qu'elle aura vécu avant sa transition. Il existe une très bonne description des vaginoplasties (attention, cette page contient des photos explicites) qui est maintenant disponible en français.

Cette page devrait contribuer à contrer ce préjugé si ancré. Les phalloplasties sont moins perfectionnées sur ce point, mais elles sont en progrès rapide et elles devraient bientôt devenir aussi raffinées que les vaginoplasties.

Culture et législation [modifier]

Culture [modifier]

Un certain nombre de personnalités furent transsexuelles, comme par exemple la chanteuse Dana International se fit connaître grâce à sa chanson Diva et remporta le prix de l'Eurovision le 9 mai 1998 en représentant Israël. Renee Richards, homme à la naissance et célèbre joueuse de tennis, fut l'héroïne d'un film autobiographique intitulé Le choix. L'anecdote la plus spectaculaire fut le cas du jazzman Billy Tipton : on découvrit à sa mort que c'était une femme à sa naissance ; de plus, sa famille refuse qu'on le considère comme autre chose qu'un homme.

Une autre personne vaut particulièrement la peine d'être nommée : il s'agit de Lynn Conway ([18]). C'est une des dernières patientes du Dr Harry Benjamin. Elle a réalisé sa transition dans les années 60, à une époque où cela lui a valu de perdre sa place dans le centre de recherche où elle travaillait. Cela ne l'a cependant pas empêchée de recommencer une carrière à zéro et de révolutionner son domaine professionnel une seconde fois. Rattrapée par les historiens, elle a construit un des sites les plus importants au monde sur le sujet de la transsexualité.

Le premier ouvrage clinique traitant des personnes transsexuelles fut The transsexual Phenomenon, paru en 1966. Son auteur fut Harry Benjamin, influencé par le sexologue allemand Magnus Hirschfeld qui est considéré comme le pionnier en matière de transsexualisme. Cet ouvrage, maintenant disponible online ([19]) a été publié trois ans avant les émeutes de Stonewall, autrement dit à une époque où les personnes transsexuelles étaient non seulement stigmatisées et exclues de la société mais où elles étaient rejetées avec une violence extrême. On trouve une description des publications scientifiques de cette époque (au sujet de la transsexualité) dans Gender Loving Care de Randi Ettner. Elle donne une petite idée de l'hostilité à laquelle les personnes transsexuelles faisaient face.

Cet ouvrage décrivait l'expérience du Dr Benjamin dans l'accompagnement de personnes transsexuelles, activité qu'il avait commencé en 1948. The Transsexual phenomenon était d'abord un ouvrage clinique destiné à ses collègues mais vu l'absence de toute littérature dans le domaine, il a eu un impact indéniable dans le grand public et en particulier auprès des personnes transsexuelles elles-mêmes. Il faut aussi remarquer qu'il a été publié 30 ans avant la prochaine vague de publication (Mildred Brown, Randi Ettner & Gianna E. Israel). C'est dire à quel point Harry Benjamin fit œuvre de pionnier.

Les ouvrages les plus intéressants sur le sujet sont :

  • Maxime Foerster, "Histoire des transsexuels en France", H&O, octobre 2006.
  • Alexandra Augst-Merelle et Stéphanie Nicot, "Changer de sexe, identités transsexuelles, Editions Le Cavalier Bleu, ISBN : 2846701423 (septembre 2006) (lien Amazon)
  • Mildred L. Brown & Chloe Ann Rounsley, True Selves : Understanding Transsexualism--For Families, Friends, Coworkers, and Helping Professionals, Jossey-Bass (publié de nouveau en 2003)
  • Randi Ettner, Confessions of a gender defender: A Psychologist's Reflections on Life Among the Transgendered, Chicago Spectrum Press, 1996
  • Randi Ettner, Gender loving care: A Guide to Counseling Gender-Variant Clients, W. W. Norton & Company, 1999
  • Gianna E. Israel et al., Transgender Care: Recommended Guidelines, Practical Information, and Personal Accounts, Temple University Press (1er janvier 1998), ISBN : 1566398525
  • Arlene Istar Lev, Transgender Emergence: Therapeutic Guidelines for Working With Gender-Variant People and Their Families, Haworth Press (avril 2004) ISBN : 078902117X

On notera que, en 2006, près de 50 ans après les premières interventions du Dr. Georges Burou, les seuls ouvrages valables en langue française sont des témoignages comme celui d'Andrea Colliaux. Il n'existe rien d'équivalent aux ouvrages de Mildred Brown et de Randi Ettner. Quelques auteurs ont étalé leurs préjugés, leur haine, leur incompréhension sur des centaines de pages. Il faudra probablement attendre que des personnes transsexuelles actives dans la relation d'aide publient d'autres ouvrages pour que nous ayons enfin des textes psychologiques de qualité sur ce sujet.

Législation [modifier]

Le transsexualisme a pourtant toujours existé mais les solutions chirurgicales et hormonales n'existaient pas jusqu'au vingtième siècle où la question de la légalité de ces solutions médicales s'est posée.

  • Allemagne
  • Belgique : Un texte de loi a été validé sur le sujet, facilitant le changement de sexe sur la carte d'identité. Cependant il est contesté en de nombreux points notamment en ce qui concerne la procréation où il est dit que « l’intéressé n’est plus en mesure de concevoir des enfants conformément à son sexe précédent » (Chapitre 2 Art. 62bis § 2 point 3). (Contenu sur Le Sénat de Belgique)
  • Espagne
  • États-Unis d'Amérique
  • France : Il n'existe pas de lois concernant les transsexuel(le)s par crainte d'un effet inflationniste des demandes de changements de sexe. Tout le pouvoir est donc octroyé au corps médical. Ainsi, le sénateur Henri Caillavet avait présenté deux projets de loi en 1981 et 1982 qui furent tous deux rejetés. Il fut préféré un article particulier concernant la question transsexuelle dans le Code de Déontologie de l'Ordre des Médecins (l'article 41).

Les transsexuel(le)s eux(elles)-mêmes ne sont pas d'accord entre eux sur la pertinence de l'élaboration d'une loi, certains craignant en effet la mise en place d'une loi restrictive et abusive. Par suite, le changement d'état civil est actuellement en France une procédure uniquement basée sur la jurisprudence, laquelle est constante depuis le fameux cas de Coccinelle dans les années 60.

Pour aboutir à cela, le/la transsexuel(le) doit nécessairement avoir subi une ablation de ses attributs sexuels natifs et la création d'organes artificiels. Il/Elle doit ensuite passer devant un tribunal pour demander la modification de la mention du sexe sur son état civil, modification admise en Droit français depuis 1992. Le changement de prénom est directement lié au changement de sexe juridique. le Droit français ne pose aucune incompatibilité quant au mariage des transsexuels étant donné que leur sexe, après la modification, est différent de celui du conjoint.

Cependant, une vie totalement normale ne sera pas si facile à obtenir pour eux, bien qu'il/elles soient protégé(e)s dans une certaine mesure, par exemple par la résolution du Parlement Européen votée en 1989 « sur les discriminations dont sont victimes les transsexuels ».

Les transsexuel(le)s sont des personnes en permanente lutte. Malheureusement, il/elles sont confrontés sans cesse à des inégalités de tous les jours qui peuvent aboutir à les marginaliser.

  • Grande-Bretagne
  • Italie
  • Pays-Bas
  • Suisse :

Situation en Suisse [modifier]

La situation en Suisse est réglée par la jurisprudence, dont deux jugements du Tribunal Fédéral (la Cour Suprême suisse) qui règlent les modalités de remboursement de l'opération. Le premier de ces jugements date de 1975 et l'autre du début des années 80.

Concernant la Suisse, les opérations de réattribution de sexe sont remboursées au titre de l'assurance maladie de base pour autant que les conditions suivantes soient remplies:

  • L'opération est autorisée par un médecin psychiatre
  • Elle est effectuée en hôpital public
  • La personne a 25 ans révolus
  • Elle a été suivie pendant au moins deux ans avant l'opération

Les assurances maladies refusent de plus en plus tout remboursement d'opérations en dehors des hôpitaux publics, ce qui pose un grave problème aux FtM pour lesquels le seul chirurgien suisse à pratiquer, le Dr. Daverio n'exerce qu'en clinique privée.

Les personnes qui ont la chance d'avoir le soutien de leur parents et qui peuvent faire une transition précoce sont condamnées à devoir payer tous les frais elles-mêmes vu l'âge minimal imposé.

Comme il est de plus en plus difficile de trouver un psychiatre prêt à accompagner une personne transsexuelle, le système tourne en rond. De ce fait, un nombre croissant de personnes recourant aux chirurgiens thaïlandais (dont certains sont de tout premier plan).

La prise en charge d'une transition "rapide" est des plus problématiques vu ce système.

Dans tous les cas, les traitements "annexes" (épilation électrique, traitement hormonal, etc.) sont à la charge de la personne transsexuelle.

Le changement d'identité intervient nécessairement après l'opération et il nécessite impérativement les documents de votre chirurgien. C'est une requête en rectification d'État Civil sans partie adverse. Elle est examinée par le Ministère Public qui peut choisir de la soutenir ou de s'y opposer. Dans certains cantons elle implique également une publication de cette demande dans la feuille des avis officiels. Le jugement est également publié. Quand tout se passe bien, l'audience peut durer 10 minutes. Mais si le tribunal est chargé, il arrive qu'on doive attendre le jugement 6 mois!

D'autre part, certains tribunaux sont plus restrictifs que d'autres et demandent des éléments qui soulignent que vous êtes bien intégrée (ce que cela veut dire est laissé à la libre appréciation de la Cour). D'autres se contentent des documents médicaux.

Mais cela signifie que les personnes transgenres ne peuvent pas faire mettre à jour leurs documents.

Un autre problème concerne les personnes mariées. L'office fédéral de l'État Civil interdit aux offices cantonaux et communaux d'enregistrer le jugement de changement d'identité pour une personne qui est mariée. Ce conflit se terminera certainement à la Cour Européenne des Droits Humains.

Filmographies [modifier]

Transsexuel(le)s et transgenres célèbres [modifier]

(HVF: homme vers femme; FVH: femme vers homme)

Liens [modifier]

Liens internes [modifier]

Liens externes [modifier]

  • Vrais visages est un site dédié à l'accompagnent et au cheminement intérieur des personnes homosexuelles, bisexuelles, transsexuelles, transgenres et intersexuées.
  • Un essai sur le sujet : version électronique de La métamorphose impensable. Essai sur le transsexualisme et l'identité personnelle. Chronologie et bibliographie représentative du transsexualisme et des pathologies de l'identité sexuelle de 1910 à 1998, en France, en Europe et aux États-Unis, en psychiatrie, psychanalyse, sexologie, endocrinologie et chirurgie, avec les principaux événements institutionnels et les références sociologiques, juridiques et littéraires importantes qui s'y rapportent.


31/08/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 102 autres membres

design by ksa | kits graphiques by krek