Un ex-conseiller financier bipolaire coupable de fraudes

 

Un ex-conseiller financier coupable de fraudes totalisant 500 000 $  aurait floué ses clients de longue date lors d'une crise bipolaire, a  plaidé son avocat, hier, au palais de justice de Gatineau.

René Sauriol, âgé de 56 ans, a reconnu l'an dernier avoir fraudé 11 personnes qui lui avaient confié leurs épargnes, croyant faire de bonnes affaires en investissant dans Zurich, une compagnie bidon qu'il avait créée.

Une des victimes, Roger Normand, a témoigné lors des représentations sur sentence, hier.

« Ça faisait 21 ans que je faisais de bonnes affaires avec lui, a-t-il raconté. Après le décès de ma femme, il m'a conseillé d'investir dans Zurich. Un moment donné, j'ai voulu retirer mon argent pour gâter ma fille, et j'ai eu de la difficulté à rejoindre René. »

 

Le 13 octobre 2008, M. Normand a réussi à parler à M. Sauriol, lui disant qu'il contacterait la police s'il ne retrouverait pas son argent. Le lendemain, le conseiller financier se présentait au poste de police accompagné de son avocat.

M. Normand a perdu 119 000 $ dans cette affaire, une somme remboursée par l'Autorité des marchés financiers (AMF) en novembre 2010.

Six autres clients ont été remboursés par l'AMF, et un des investisseurs n'a pu faire partie de cette liste puisqu'il réside en Ontario.

Les autres n'ont pas réclamé leur argent ou se trouvent à l'extérieur du pays.

Jugement affecté

L'avocat de la défense, Me Michel Swanston, a fait entendre le témoin-expert Gilles Dupont, un psychologue qui a expliqué à la cour dans quel état se trouvait M. Sauriol lorsqu'il perpétrait ses fraudes, entre le premier janvier 2005 et le 13 octobre 2008.

Selon le Dr Dupont, M. Sauriol a perdu son bon jugement à la suite d'un divorce, d'une rechute dans l'alcool et la drogue, et la prise incomplète de sa médication (lithium) malgré son état bipolaire.

« On remarque dans ces conditions un jugement affecté, une phase maniaque accentuée par des problèmes de consommation de drogue et d'alcool. »

M. Sauriol a éprouvé des problèmes de jeux, et éprouvant parfois un sentiment de « toute puissance », récurrent chez les bipolaires.

La Couronne a demandé une peine d'emprisonnement ferme de 24 à 36 mois, et la défense, une peine à purger dans la communauté.

M. Sauriol multiplierait ses démarches pour s'en sortir, et dit éprouver des regrets pour les gestes qu'il a commis auprès de ses victimes.

Le dossier reviendra en cour au mois de décembre.



10/04/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 102 autres membres

design by ksa | kits graphiques by krek