Un nouveau réseau de Centres Experts FondaMental dédié à la Dépression Résistante

 

Un nouveau réseau de Centres Experts FondaMental dédié à la Dépression Résistante

 

http://www.fondation-fondamental.org/upload/pdf/dp_centres_experts_depression_resistante_final_valide.pdf

 

 

 

1 Dossier de presse Fondation FondaMental

Communiqué de presse, le 17 janvier 2012

Un nouveau réseau de Centres Experts FondaMental

dédié à la Dépression Résistante

 

A travers un partenariat scientifique ambitieux, la Fondation FondaMental et AstraZeneca s’associent pour combler le manque de données cliniques sur les troubles dépressifs résistants en mettant en place un nouveau réseau de Centres Experts consacrés au diagnostic, à l’observation et l’étude de cette pathologie encore méconnue.

Cette collaboration a pour ambition de bâtir un outil qui permettra mieux comprendre les caractéristiques des patients souffrant de troubles dépressifs résistants, d’améliorer leur prise en charge et notamment les stratégies thérapeutiques.

La dépression résistante, une pathologie sévère sur laquelle on manque de données cliniques

La dépression affecte 2,5 millions de Français chaque année

(7). La prise en charge des épisodes dépressifs est aujourd’hui bien codifiée, avec une efficacité démontrée des antidépresseurs. On constate cependant, après 8 semaines de traitement, que le traitement n’est pleinement efficace que dans un tiers des cas, que chez un tiers des patients la réponse est partielle et insuffisante et que le dernier tiers ne répond pas du tout aux stratégies proposées (1).

Forme particulière de dépression, la dépression résistante, dont la définition varie, se caractérise par la persistance d’un épisode dépressif malgré deux traitements antidépresseurs successifs bien conduits. Elle concerne 20 à 30% des épisodes dépressifs majeurs

(2,3).

En dépit de sa fréquence, la dépression résistante est une entité mal connue, sa définition est débattue, les caractéristiques de ces patients mal connues avec des stratégies thérapeutiques empiriques peu ou pas évaluées

(4).

Son pronostic est sombre. C’est en effet une pathologie ayant des conséquences sur la qualité de vie et entrainant une mortalité accrue

2.

Combler le manque de données cliniques pour ouvrir de nouvelles perspectives thérapeutiques

Malgré les connaissances épidémiologiques, cliniques et thérapeutiques sur la dépression unipolaire, très peu de données sont en fait disponibles sur les spécificités des formes résistantes, notamment sur leurs cours évolutifs, leurs facteurs prédictifs de survenue et d’évolution et les indices de choix des stratégies de soins.

De meilleures compréhension et caractérisation de cette pathologie sont essentielles pour favoriser la découverte de nouveaux traitements, proposer des protocoles d’essais cliniques plus ciblés et donc améliorer la prise en charge de cette pathologie. Il n’existe à ce jour aucune cohorte d’envergure évaluant systématiquement ces patients.

2 Dossier de presse Fondation FondaMental

Il apparaît donc comme important de mettre en place des

 

structures dédiées à la prise en charge de cette pathologie et au suivi à long terme des patients concernés. Leur objectif sera de permettre une évaluation précise et objective

de l’évolution des patients. Celle-ci pourra conduire à adapter au mieux leurs soins.

Les Centres Experts FondaMental, des plateformes de diagnostic et de recherche

 

Hébergés au sein de services hospitaliers,

les Centres Experts sont spécialisés dans l’évaluation, le diagnostic et l’aide à la prise en charge d’une pathologie psychiatrique spécifique. Ils réunissent des équipes pluridisciplinaires qui utilisent les mêmes standards d’évaluation par pathologie.

Ils se veulent des services de pointe au service des psychiatres et médecins généralistes, et bien sûr des patients. Ils défendent une démarche visant à un diagnostic précoce, et donc à une amélioration de la prévention secondaire et des soins

 

.

Leur rôle

 

: évaluer de façon systématique et globale les caractéristiques des patients grâce à un bilan réalisé en hôpital de jour, proposer un compte-rendu détaillé au médecin référent, assorti d’avis thérapeutiques, ainsi que des consultations de suivi chaque année.

La Fondation FondaMental a déjà mis en place trois réseaux de Centres Experts dédiés aux troubles bipolaires, à la schizophrénie et au syndrome d’Asperger.

Le partenariat scientifique entre la Fondation FondaMental et AstraZeneca va ainsi contribuer à :

 la mise en place au niveau national d’une dizaine de Centres Experts spécialisés dans la prise en charge du trouble dépressif résistant, permettant de recueillir des données essentielles à la compréhension de ce trouble. Ce recueil passe par la conception et le déploiement d’un dossier médical informatisé dont les variables recueillies vont constituer une base de données anonymisée et partagée, destinée exclusivement à la recherche.

 la mise en place, d’une cohorte de patients souffrant de troubles dépressifs résistants qui permettra d’appréhender l’aspect diachronique de ce trouble.

Le Pr Philippe Fossati (Hôpital La Pitié-Salpêtrière) assure la coordination de cette cohorte. Environ 400 patients seront inclus pour un suivi allant jusqu'à 5 ans. Les premières inclusions sont prévues durant le premier semestre 2012.

Le combat de la Fondation FondaMental : faire des maladies mentales des « maladies comme les autres »

La Fondation FondaMental est une fondation de coopération scientifique créée en juin 2007 par décret du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, dans le cadre de la mise en place des Réseaux Thématiques de Recherche et de Soins (RTRS). Elle réunit un réseau médical et scientifique d’excellence et travaille en particulier autour des pathologies considérées parmi les plus invalidantes : la schizophrénie, les troubles bipolaires, l’autisme de haut niveau (syndrome d’Asperger), la dépression résistante, les conduites suicidaires et le stress post-traumatique.

Pour relever les défis posés par ces pathologies, la Fondation FondaMental s’est donnée quatre missions :

>

Favoriser le diagnostic précoce à travers l’ouverture d’un réseau national de Centres Experts;

>

Accélérer la recherche en psychiatrie en France ;

>

Former les professionnels de santé et l’ensemble des acteurs impliqués ;

>

Informer le grand public pour changer le regard sur les maladies mentales.

3 Dossier de presse Fondation FondaMental

A propos d’AstraZeneca

AstraZeneca est un laboratoire biopharmaceutique anglo-suédois dédié à la recherche et au développement de médicaments innovants. En matière de R&D, dans le domaine des neurosciences, AstraZeneca explore de nombreuses voies visant à apporter des solutions thérapeutiques concernant notamment la maladie d’Alzheimer, les désordres cognitifs, les troubles de l’humeur résistants et la douleur. De nombreux partenariats ont été conclus en France et dans le monde avec des organismes publics ou privés pour encourager la recherche dans ces domaines et au-delà.

Références

1. Recommandation Afsapps, octobre 2006 bon usage des médicaments antidépresseurs dans le traitement des troubles dépressifs et des troubles anxieux de l’adulte, argumentaire.

2. Fedaku, J Affec Disord. 2009 Jul;116(1-2):4-11

3. Souery, J Clin Psy 2006;67[suppl 6]:16-22

4. Hensen, Gen Hosp Psychiatry. 2011 Nov11

5. Fekadu, J Clin Psy 2009 jul; 70:7

6. Ghaemi, J Affect Disord. 2011 Dec 13.

7. Avis de transparence Valdoxan, 18 novembre 2009, HAS)

Contacts presse

AstraZeneca Fondation FondaMental

Laure Gobert Johanna Couvreur

: 01 41 29 40 82

: 01 49 81 34 31

laure.gobert@astrazeneca.com johanna.couvreur@fondation-fondamental.org 4 Dossier de presse Fondation FondaMental

 

 

Un nouveau réseau de Centres Experts FondaMental

dédié à la Dépression Résistante

DOSSIER DE PRESSE

17 janvier 2012

Cercle Suédois

Contacts presse

Fondation FondaMental

Johanna Couvreur

 

: 01 49 81 34 31

johanna.couvreur@fondation-fondamental.org 5 Dossier de presse Fondation FondaMental

 

 

Sommaire

Les troubles dépressifs résistants

Etat des lieux

 

p6

Les Centres Experts

Un outil innovant et précurseur au service des praticiens

 

p8

La mise en place d’un nouveau réseau de Centres Experts sur la dépression résistante

Cartographie et gouvernance

 

p11

Fondation FondaMental

Allier toutes les intelligences pour soigner les maladies mentales

 

p12 6 Dossier de presse Fondation FondaMental

La dépression résistante, état des lieux

Troubles dépressifs, éléments chiffrés

Pathologies psychiatriques les plus fréquentes (Alonso et al., 2004a ; Kessler et al., 2005)

60% des hospitalisations psychiatriques (Nierenberg, 2001) sont dues aux troubles dépressifs

Taux de prévalence de 21,4% de la population en France sur la vie entière et de 6% sur les 12 derniers mois (Lépine et al., 2005)

 

30% des patients présentent des formes sévères et résistantes

 

Au sens psychiatrique du terme, la dépression se définit comme un trouble épisodique et récurrent de l’humeur, s’accompagnant de graves difficultés dans le fonctionnement quotidien. Un syndrome dépressif se caractérise par l’apparition d’une tristesse de l’humeur et d’une perte d’envie persistante accompagnées par un cortège de symptômes, tels que le ralentissement psychomoteur, des troubles de l’attention et de la mémoire, des troubles de l’alimentation et du sommeil.

Les troubles dépressifs, un défi humain, médical, scientifique et économique

Les troubles dépressifs sont les pathologies psychiatriques les plus fréquentes dans la population générale, en France comme dans tous les pays (Alonso et al., 2004a ; Kessler et al., 2005). On considère qu’environ 35% des femmes et 20% des hommes présenteront l’une ou l’autre de ces pathologies au moins une fois au cours de leur existence. En l’absence de soins, elles se présentent en général sous forme d’épisodes durables, sur au moins plusieurs mois, et susceptibles de se répéter au cours de la vie.

Leur retentissement chez les patients

 

est variable en fonction de leur sévérité, mais en moyenne il apparaît comme très significatif. Reconnus comme une des dix causes principales de handicap dans le monde (Lopez et al. 2006), les troubles dépressifs ont des répercussions importantes dans les domaines professionnels et sociaux (Alonso et al., 2004b ; Greden et al., 2001) et sont associés à un taux de mortalité augmenté (Murphy et al. 1987) :

l’autodépréciation de soi, la dévalorisation et la culpabilité qui accompagnent l’épisode dépressif peuvent conduire fréquemment à des idées et des conduites suicidaires ;

 les troubles dépressifs représentent par ailleurs un facteur de risque majeur de maladie cardio-vasculaire et de décès après un infarctus du myocarde (Musselman 1998).

Au sein des dépenses de santé mentale, les troubles dépressifs occupent une place très importante

 

. Le coût annuel des troubles dépressifs aux USA est proche de celui des affections cardio-vasculaires et est estimé à 44 milliards de dollars dont près de 12 % sont attribuables aux hospitalisations (Greenberg et al, 1993). En Europe, les données sont difficiles à regrouper mais certains études suggèrent des coûts directs par patient s’élevant jusqu’à 14 500€et des coûts indirects d’environ 4500 € pour un total d’un peu plus de 105 millions d’euros (Andlin-Sopcki & Wittchen, 2005). En France les données obtenues par modélisation estiment à 5 milliards de francs les dépenses annuelles liées à la dépression à la charge des régimes sociaux (Le Pen, 1994). Les maladies dépressives en affectant souvent des populations jeunes et actives, ont également des répercussions économiques importantes sur les « coûts indirects » évalués en termes de productivité pour l’individu et la société (Druss et al, 2000). 7 Dossier de presse Fondation FondaMental

La dépression résistante, l’urgence d’une réponse adaptée

On définit

la dépression résistante comme « un épisode dépressif majeur qui ne répond pas à deux traitements antidépresseurs successifs ou qui n’évolue pas favorablement sous l’influence de ce traitement ». La notion de dépression résistante implique donc obligatoirement la notion d’interventions thérapeutiques médicamenteuses. La dépression résistante implique également d’écarter, par un bilan médical rigoureux, les facteurs de co-morbidité médicale et/ou psychiatrique (troubles anxieux, troubles psychotiques, troubles de personnalité, abus et dépendance aux substances) susceptibles de favoriser la non-réponse au traitement.

Plusieurs méthodologies ont été proposées pour évaluer et quantifier le niveau de résistance d’un patient déprimé (Thase & Rush, 1997), mais avec des valeurs prédictives en général assez limitées. Un outil récent, le

Maudsley Staging Method (MSM), basé sur trois scores de sévérité de l’état dépressif, de puissance des traitements antidépresseurs mis en oeuvre, et de réponse à ces traitements semble en revanche pouvoir prédire de manière fiable l’évolution ultérieure du trouble (Fekadu et al., 2009 a et b).

En dépit de la gravité et de la fréquence des troubles dépressifs,

des progrès insuffisants ont été réalisés dans la compréhension et le diagnostic des formes résistantes. Les conséquences en sont dramatiques pour les patients et leurs proches.

En effet, malgré les connaissances épidémiologiques, cliniques et thérapeutiques sur ces pathologies, très peu de données sont en fait disponibles sur les spécificités des formes résistantes de dépression, notamment sur leurs cours évolutifs, leurs facteurs prédictifs et les indices de choix des stratégies de soins. Ceci s’explique par la quasi-absence d’études spécifiques, notamment prospectives, la plupart des essais thérapeutiques sur les formes résistantes portant sur des périodes de traitement à court terme. La récente méta-analyse de Fekadu et al., (2009a) n’a pu retrouver que 9 études, sur 818 passées en revue, apportant des informations sur le devenir à moyen et long terme des dépressions résistantes.

Il nous apparaît donc indispensable de

mettre en place des structures dédiées au diagnostic, à la prise en charge de cette pathologie et au suivi à long terme des patients concernés, et permettant une évaluation précise et objective de l’évolution des patients en vue d’adapter au mieux leurs soins. 8 Dossier de presse Fondation FondaMental

Les Centres Experts

Un outil innovant et précurseur au service des praticiens

Les Centres Experts

1 sont des structures spécialisées dans l’évaluation, le diagnostic et l’aide à la prise en charge d’une pathologie psychiatrique spécifique

. Ils sont au service des psychiatres libéraux ou hospitaliers et des médecins généralistes pour les aider à améliorer le dépistage, faciliter le diagnostic et optimiser la prise en charge de leurs patients. Ces Centres Experts ont été créés sous l’égide de la Fondation FondaMental, fondation de coopération scientifique dont le but est de fédérer des actions pour améliorer les soins et la recherche en psychiatrie.

1

Concours Médical, Oct 2011, 133 (7), Les centres experts :un dispositif innovant ouvrant la voie vers une médecine personnalisée, Ch Henry, B Etain et M Leboyer

Objectifs des Centres Experts

Promouvoir une approche de soins par pathologie

en proposant une expertise spécifique ;

Favoriser le dépistage et la prévention ;

Diminuer le retard diagnostique et améliorer la prise en charge ;

Développer la recherche clinique (amélioration de la prise en charge) et la recherche étiologique (compréhension des mécanismes de la maladie) ;

Construire une véritable plateforme de soins et de recherche pour faire bénéficier plus rapidement les patients des avancées de la recherche ;

Aider au transfert des connaissances et des compétences vers les praticiens.

Hébergés au sein de services hospitaliers, les Centres Experts réunissent des équipes pluridisciplinaires qui utilisent les mêmes standards d’évaluation par pathologie.

Les Centres Experts en pratique :

 

Evaluation, diagnostic et aide à la prise en charge

 

Les Centres Experts sont conçus comme des structures dites de « niveau 3 », c'est-à-dire au service des psychiatres libéraux ou hospitaliers et des médecins généralistes pour les aider à améliorer le dépistage, faciliter le diagnostic et optimiser la prise en charge de leurs patients.

Labellisés par la Fondation FondaMental, ils proposent en pratique :

des consultations spécialisées pour avis thérapeutique ou diagnostic, à la demande de confrères ;

l’accès à un bilan exhaustif et systématisé réalisé en hôpital de jour pour des patients adressés par un médecin en dehors de périodes de crise :

‐le bilan est réalisé par différents professionnels de la santé mentale (psychologue, psychiatre, neuropsychologue, infirmier, assistante sociale, diététicienne) en 2 jours;

‐un compte-rendu détaillé, adressé au médecin référent, présentant les résultats du bilan et proposant un projet de soins personnalisé (transfert des connaissances);

‐des consultations de suivi sont proposées afin d’évaluer l’impact de la stratégie de soins proposée ;

9 Dossier de presse Fondation FondaMental

 

des soins innovants, ayant démontré leur efficacité mais pourtant peu diffusés en pratique courante (psychoéducation, ateliers de gestion du stress, remédiation cognitive, etc.).

la mise en place de dossiers médicaux informatisés alimentant une base de données anonymisée et partagée pour enrichir les travaux de recherche clinique, épidémiologique, médico-économique…

A l’instar des avancées spectaculaires enregistrées dans le domaine de la lutte contre les cancers,

les Centres Experts se veulent des services de pointe, en faveur d’une démarche de précocité du diagnostic, d’amélioration des soins et de prévention.

Enfin, à travers leurs liens privilégiés avec les praticiens libéraux ou hospitaliers de secteur, les Centres Experts sont des

acteurs de premier plan de la diffusion des recommandations internationales de bonnes pratiques et développent des stratégies de partage d’expertise (exemple : les comptes-rendus détaillés remis au médecin référent).

Une structuration conforme aux évolutions observées au niveau international et validées par des études d’efficacité

Si la démarche mise en place par la Fondation FondaMental est innovante dans sa forme (notamment par l’effort apporté à la construction d’un réseau national dédié à chaque pathologie), les Centres Experts s’inscrivent dans

un mouvement à l’oeuvre dans d’autres pays du monde, vers une spécialisation des services médicaux en psychiatrie.

Une étude menée en Angleterre sur le rôle des services tertiaires (spécialisés) pour les troubles de l’humeur

2 a démontré leur grande utilité. Face à des situations complexes, d’échecs des traitements et de désespoir pour les patients, ces services de pointe offrent une expertise portant sur la proposition de nouvelles stratégies thérapeutiques, voire la rectification du diagnostic. S’appuyant sur d’autres études internationales, les auteurs démontrent également que l’un des bénéfices majeurs de ces services est de proposer une véritable collaboration avec le patient dans le choix des stratégies thérapeutiques en redonnant espoir et confiance, à la fois aux patients mais aussi aux praticiens se trouvant en situation d’échec.

2

The psychiatrist. 2009 33:41-43. Are specialised affective disorder services useful? Debra J Sheperd, Lisa J Insole, R Hamish McAllsiter-Williams, I Nicol Ferrier.

3

American Journal of Psychiatry. 2009; 166 :1244-1250. Enhancing multiyear guideline concordance for bipolar disorder through collaborative care. Mark S Bauer et al.

Le bénéfice de services spécialisés a également été démontré, mettant en avant l’amélioration de l’évolution des troubles lorsque l’on propose des soins en adéquation avec les recommandations. L’étude de Bauer et al.

3 s’est particulièrement intéressée aux conséquences d’une application des recommandations internationales sur le pronostic des troubles bipolaires et a montré que les bénéfices pour les patients sont de trois ordres : réduction des troubles, amélioration du fonctionnement social des patients et amélioration de leur qualité de vie physique et mentale.

Les Centres Experts : un tremplin pour la recherche, un espoir pour les patients

Parce que leur activité s’appuie sur l’évaluation et le suivi de larges cohortes de patients, les Centres Experts constituent les plateformes incontournables au développement de la recherche clinique. Ils sont aussi des partenaires majeurs de projets de recherche fondamentale, ouvrant ainsi la voie vers

l’émergence d’une recherche translationnelle en psychiatrie. 10 Dossier de presse Fondation FondaMental

En effet, à travers le modèle des Centres Experts, la Fondation FondaMental a souhaité

combler un retard en matière de recherche en psychiatrie, en créant les conditions d’une collaboration entre soins, recherche clinique et recherche fondamentale, seule voie à même de déterminer de nouvelles cibles pour le développement de thérapeutiques innovantes. Fondés sur cette conviction, les Centres Experts sont adossés à des équipes de recherche fondamentale, regroupant toutes les disciplines nécessaires et disponibles à l’heure actuelle pour faire progresser la connaissance de la physiopathologie (neuro-imagerie, génétique, immunologie, etc.). De fait, les patients évalués par les Centres Experts se voient proposer de participer à des projets de recherche au-delà du suivi de cohortes.

Parce que les maladies mentales sont complexes et plurifactorielles, elles appellent la mobilisation de toutes les expertises pour relever les défis médicaux et scientifiques qu’elles posent

 

.

Trois réseaux nationaux constitués de Centres Experts FondaMental

La Fondation FondaMental a porté prioritairement ses efforts sur les trois maladies psychiatriques considérées comme les plus invalidantes ou les plus fréquentes : les troubles bipolaires, la schizophrénie et l’autisme de haut niveau (ou syndrome d’Asperger).

Il existe aujourd’hui 23 Centres Experts en France et à Monaco, organisés en trois réseaux spécialisés:

- 9 Centres Experts dédiés aux troubles bipolaires

- 10 Centres Experts dédiés à la schizophrénie

- 4 Centres Experts dédiés au syndrome d’Asperger

11 Dossier de presse Fondation FondaMental

La mise en place d’un nouveau réseau de Centres Experts sur la dépression résistante

Cartographie des Centres Experts Dépression résistante pressentis

Gouvernance du partenariat FondaMental-Astra Zeneca

 

12 Dossier de presse Fondation FondaMental

La Fondation FondaMental

Allier toutes les intelligences pour soigner les maladies psychiatriques

Créée en 2007 par le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, la Fondation FondaMental est une fondation de coopération scientifique, issue d’un Réseau Thématique de Recherche et de Soins (RTRS) en Santé Mentale.

La Fondation FondaMental a bénéficié d’une dotation initiale de l’Etat

(4 millions d’€ et de ses fondateurs (1,550 millions d’€ que sont l’AP-HP, l’Inserm, le CEA, les Universités Paris-Descartes, Pierre et Marie Curie, et Paris-Est Créteil. La collecte de fonds complémentaires figure au coeur des missions assignées à la Fondation FondaMental pour assurer la pérennité de ses actions. En effet, son statut lui permet de recevoir des dons et des legs bénéficiant de réductions fiscales.

Pour apprécier la stratégie scientifique de la fondation, un Conseil Scientifique réunissant les meilleurs spécialistes internationaux a eu lieu pour la première fois à Paris les 28 et 29 janvier 2010.

Ses travaux :

 

Ils portent prioritairement sur les maladies psychiatriques considérées comme les plus invalidantes : les troubles bipolaires, la schizophrénie, l’autisme de haut niveau (ou syndrome d’Asperger), les dépressions résistantes, les conduites suicidaires et le stress post-traumatique.

Son but :

 

Allier toutes les intelligences pour relever le défi majeur des maladies psychiatriques et redonner espoir aux patients et à leurs proches. La Fondation FondaMental fédère, sur l’ensemble du territoire, psychiatres et chercheurs de haut niveau appartenant à plus de soixante laboratoires de recherche et de services hospitaliers.

Ses missions :

 

Mettre en place une vraie politique de prévention, de dépistage et de diagnostic des maladies psychiatriques :

1.

Soins : créer un réseau national et européen de centres experts, plateformes pluridisciplinaires de diagnostic et de dépistage, permettant le suivi de cohortes à l’aide d’un dossier médical informatisé, unique et partagé par tous les centres

2.

Recherche : fédérer un réseau national de chercheurs publics et privés, en lien avec des plateformes fondamentales (biologie moléculaire, imagerie cérébrale… qui a déjà permis des découvertes majeures (découvertes génétiques, innovations thérapeutiques…

3.

Formation des professionnels de santé et sensibilisation du monde de l’entreprise : diffuser les savoirs sur la connaissance des facteurs de risque des maladies mentales et les thérapeutiques innovantes

4.

Communication : changer le regard du grand public et des leaders d’opinion sur les maladies psychiatriques pour diminuer la stigmatisation

Ses membres fondateurs

 



12/05/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 105 autres membres

design by ksa | kits graphiques by krek