Antidépresseurs: plus efficaces dans les essais cliniques que dans la vie réelle

 

 

Antidépresseurs: plus efficaces dans les essais cliniques que dans la vie réelle

 

 

 

                               
       
Les résultats des essais cliniques servant à l'obtention des autorisations de mise en marché des antidépresseurs ne sont pas généralisables à la plupart des personnes en dépression, selon une analyse publiée dans l'American Journal of Psychiatry. Un petit pourcentage seulement des personnes en dépression se qualifie pour ces essais cliniques, selon l'analyse, et pour celles qui ne se qualifient pas, l'efficacité des antidépresseurs peut être moins bonne.

Stephen Wisniewski de l'Université de Pittsburgh et ses collègues ont mené cette étude avec 2855 personnes traitées avec l'antidépresseur Celexa (ou Séropram, citalopram).    


  
    
                    Ils ont comparé les symptômes et l'efficacité de l'antidépresseur chez celles qui rencontraient les critères des études cliniques de phase 3 et celles qui ne se qualifiaient pas. 

Les personnes exclues sont généralement celles qui souffrent de formes plus légères de dépression (parce qu'elles sont plus susceptibles d'observer une efficacité du placebo, un produit inactif utilisé pour la comparaison), celles qui sont atteintes de dépression chronique et celles qui souffrent d'autres troubles psychiatriques et médicaux en même temps. 

Moins qu'une personne sur 4 (22.2%) souffrant de dépression rencontrait les critères d'admission habituels aux essais cliniques.

"Cela soulève des préoccupations majeures sur la généralisation des résultats des études cliniques de phase 3 pour la plupart des personnes atteintes de dépression qui souffrent souvent aussi d'anxiété, d'abus de substance et d'autres problèmes psychiatriques", considère Wisniewski.

L'analyse montre que les personnes qui rencontraient les critères d'éligibilité obtenaient de meilleurs résultats incluant des taux de réponse plus élevés (52% comparativement à 39%), des taux de rémission plus élevés (34% comparativement à 25%), moins d'effets secondaires et moins d'effets indésirables sévères. 

"Les résultats des études cliniques suggèrent une meilleure efficacité que celle qui peut exister pour les personnes qui reçoivent le traitement pour la dépression dans la vraie vie", conclut Dr. Wisniewski. 

Psychomédia avec source:
Eurekalert


05/05/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 102 autres membres

design by ksa | kits graphiques by krek