Garde à vue (film)

Garde à vue (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Pour les articles homonymes?, voir Garde à vue.

Garde à vue est un film français de Claude Miller, sorti le 23 septembre 1981, dont le film Suspicion est un remake.

Sommaire

[masquer]

Synopsis [modifier]

Un soir de réveillon de nouvel an à Cherbourg, les corps de deux fillettes, tuées et violées, viennent d’être retrouvées dans les dunes.
L’inspecteur Antoine Gallien, secondé par son adjoint Belmont, reçoit au commissariat le notaire Martinaud, notable local. Martinaud connaissait bien l’une des fillettes, et un certain mystère plane sur sa vie privée. Le huis-clos oppressant et implacable commence...

Ce qui suit dévoile des moments clefs de l’intrigue.

L'inspecteur Gallien croit d'abord ne pas avoir affaire au meurtrier mais l'attitude ambigüe de Martinaud, dont la colère monte au fur et à mesure que des indices s'accumulent contre lui, le fait changer d'avis : de témoin, il devient suspect et Gallien le met en garde à vue, Martinaud voulant quitter le commissariat. Gallien est cependant gêné par l'absence de preuves, mais l'arrivée de la femme de Martinaud (Romy Schneider) va semer le trouble : selon elle, son mari (avec lequel les relations sont au point mort) a un penchant inconvenant pour les enfants, et elle se dit prête à fournir à l'inspecteur un indice accablant son mari pour un des meurtres.

Gallien retrouve Martinaud passé à tabac par son adjoint mais refuse de dénoncer son collègue. Le coup de théâtre survient : le vrai meurtrier est arrêté et avoue. Gallien relâche Martinaud et questionné par ce dernier - aurait-il fait témoigner une petite fille citée par son épouse, selon laquelle Martinaud lui aurait parlé de façon séductrice -, fait mine de ne pas être au courant. Martinaud sort et retrouve sa femme suicidée - après qu'elle a assisté à la découverte qui a innocenté son mari dans leur voiture. Le film se clôt sur le visage consterné de Gallien.

Fiche technique [modifier]

Distribution [modifier]

Autour du film [modifier]

Le film s'inspire très librement d'un fait divers survenu en 1972, l'Affaire de Bruay-en-Artois en mettant en scène un "notable" (un notaire lui aussi) accusé du meurtre d'une petite fille. Une partie de l'extrême gauche s'en était emparée, dénonçant le crime supposé de ce notable qui a bénéficié plus tard d'un non-lieu (voir Génération, d'Hervé Hamon et Patrick Rotman ou un documentaire récent diffusé sur France Culture dans l'émission "Sur les docks").

La future chanteuse Elsa joue pour la première fois au cinéma, dans le rôle de Camille, la petite fille qui fascina Jérôme Martinaud et déclencha la jalousie de son épouse.

Citations [modifier]

  • Maître Martinaud : « Je ne me souviens plus qui a dit : On cesse d'être en sécurité dès qu'on passe la porte d'un commissariat. Avec vous, composer le numéro de la police donne déjà la chair de poule. »

Adaptations [modifier]

Récompenses [modifier]

1982 :

Voir aussi [modifier]



27/08/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 106 autres membres

design by ksa | kits graphiques by krek