Tu es partie

 

Tu es partie

La porte est ouverte. Je rentre comme un fou. Et tu n’es pas là. Tes affaires sont absentes. Je vois un vide immense. Tu es partie. Tu es partie pendant que je t’attendais dans le jour. Comme une traîtresse. Sans laisser un mot, sans rien dire. Comme si nous étions des inconnus. Mon ventre se tord. Mon cœur fait des bonds. Mon souffle est coupé. Je me replis sur moi-même, me redresse. J’arpente l’appartement comme un damné. A la recherche d’un signe, d’un souffle de vie. De quelque chose de toi. Je n’arrive pas à réaliser. Je m’assieds. Mes yeux se perdent dans ton image. Je te fixe à travers mes yeux en larmes. Reviens. Où est-tu ? Mon esprit se brouille. J’ai peur. J’ai peur sans toi. Je tremble. Non, cela n’est pas possible. Je fais un cauchemar. J’ouvre les yeux. Je te cherche. Tu es partie. Je suis seul dans l’immensité. Le jour a disparu. Le jour est mort. Je vais mourir. Mourir sans toi. Je t’aime. Tu es mienne. Pour toujours. Promenades enlacées. Tes lèvres qui sourient. Tes yeux qui rient. Je suis fou. Où est-tu ?. Reviens. Tu vas revenir. Je rêve simplement. C’est un mauvais rêve. J’essuie mes larmes. Je m’arque boute sur le divan. Je tente de reprendre ma respiration. Non. Tu es partie. Mais c’est vrai. Je t’appelle. Je crie ton nom. Je me tais. Nous nous promenons dans l’amour. Nous faisons l’amour. Je t’enlace. Tu me fuis. Je courre après toi. Je te parle. Tu me fuis. Je te regarde. Nos amours au début. Comme je t’aime. Je te dis les mots de toujours. Tu pars. Tu reviens. Le vide résonne. Je te cherche. Je cherche ton parfum. Tu es partie. Ma vision se trouble. Les larmes ruissellent sur mon cou. Je me couche. Et ferme les yeux. Je m’éteins. Ma pensée s’arrache de mon corps. La vie s’en va. Mutisme. Je gémis. Serre les dents. Coupe ma respiration. La douleur me submerge. J’étouffe mes cris. Je meurs en moi. J’expire longuement. Tout se brouille. Je te vois une dernière fois. Ton sourire. Tu danses devant moi. Tout se brouille. Tout disparaît enfin. Je sombre dans le néant. Je ne sens plus rien. Je me meurs. Je me meurs sans fin. Dans ton visage qui disparaît.



29/03/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 106 autres membres

design by ksa | kits graphiques by krek