une solution collaborative parent/enfant

 

 

8 : une solution collaborative parent/enfant

31/12/2007

Bipo / Cyclo > Bipolarité infanto-juvénile > Je suis un parent dépassé par les crises de mon enfant bipolaire

Construire une solution en collaboration avec lʼenfant

Elaboration de la solution

Elle invite l’enfant à élaborer une solution en collaboration avec l’adulte, une solution qui tient compte de ses inquiétudes ou de leurs préoccupations respectives.

Des phrases comme "réfléchissons ensemble à une solution, imaginons comment on peut résoudre ce problème"  sont préconisées.
Je mets l’accent sur "l’équipe" que vous constituez avec l’enfant : ce sont donc des résolutions de problème que vous établissez avec lui et non à sa place ! Cela permet, non pas comme le croient certains parents, de laisser la décision à l’enfant (et je vous entends rétorquer : "c’est un enfant et il ne se rend pas compte de ce qui est bien ou mauvais pour lui !?). En effet ! Cependant, si vous imposez votre point de vue, il s’y opposera ou il enchaînera les crises Ce qui ne résout  pas votre problème pour autant. Cela évidemment prend plus de temps, mais ce temps est constructif contrairement au temps passé "aux crises".

Revenons donc à l’exemple des médicaments développés dans les posts précédents, en utilisant notre fameux plan B, qui est souvent utilisé dans l’anticipation (privilégiant ainsi la proactivité)

Parent : "  Je sais que ton médicament te dessèche la bouche et que c’est très désagréable pour toi" (déjà identifié comme raison évoquée par l’enfant sous-jacente au refus de prendre son médicament)
Enfant : "Ouais"
Parent : (empathie, redéfinir le problème puis inviter l’enfant à trouver une solution) "Moi aussi, je suis gênée pour toi. Le truc est que, je serai très inquiète si tu arrêtais de le prendre, sans qu’on en parle au Dr Cool. Je ne sais pas ce qui peut se passer, vu que je ne suis pas médecin, surtout qu’il me semblait qu’il te faisait du bien : il t’aide à mieux te contrôler ; souviens-toi, c’est toi qui me l’a dit la dernière fois. Alors, réfléchissons à ce que l’on peut faire As-tu une idée ?"
Enfant : "Je ne veux pas prendre mon médicament"
Parent : "Je le sais. Je suis vraiment désolée que ça te dessèche la bouche. Je ne veux juste pas que ton état empire si tu arrêtes le médicament sans l’avis du Dr Cool"
Enfant : "Peux-tu l’appeler ?"
Parent : "Je l’ai déjà fait, mais je n’ai pas réussi à le joindre et la secrétaire ne m’a pas encore appelée. Je vais peut-être lui envoyer un mail ?"
Enfant : "OUI, envoie-lui un mail"
Parent : "Je pense que c’est la meilleure idée ! De toutes façons, on a rdv avec lui la semaine prochaine ; on pourra ainsi voir avec lui tous les détails qui te gênent et il pourra nous aider à les résoudre. En attendant sa réponse, est-ce que tu penses que tu peux continuer à prendre ton medoc ?
Enfant : "Ca me dessèche la bouche !!!"
Parent : "Je sais mon coeur et je suis vraiment désolée. Je vais envoyer le mail tout de suite, comme ça, il pourra peut-être nous répondre rapidement. Il va sûrement avoir une solution à nous proposer" .

juin 2012







Réagissez


Image reCAPTCHA

Nouveau test
Test audioTest visuel
Aide

 



23/04/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 101 autres membres

design by ksa | kits graphiques by krek