Voies dʼentrée dans la bipolarité juvénile

 

 

Voies dʼentrée dans la bipolarité juvénile

21/01/2013
Auteur : Dr Hantouche

Bipo / Cyclo > Bipolarité infanto-juvénile > Diagnostic

Une étude a tenté dʼexplorer le rôle des troubles comorbides dans le pronostic de la bipolarité juvénile.
La bipolarité juvénile est rarement un trouble isolé. Ainsi il est fréquent dʼobserver dʼautres troubles associés qui souvent ont le rôle de masquer la bipolarité juvénile. Parmi ces comorbidités, deux troubles ont été régulièrement décrits : le premier inclut les manifestations du TDAD ou déficit de lʼattention avec hyperactivité (avec les troubles des conduites) et le second recouvre les troubles anxieux, notamment la combinaison de plusieurs anxiétés (panique, anxiété sociale et TOC).

Lʼétude sur la bipolarité juvénile

Une étude originale, conduite en Italie, a tenté dʼexplorer le rôle de ces deux troubles comorbides et tester lʼhypothèse selon laquelle chaque comorbidité comporte une influence spécifique sur la cyclothymie juvénile, pour générer deux voies distinctes dʼentrée dans la bipolarité ainsi que deux phénotypes bipolaires différents.

Lʼétude a comparé 49 jeunes patients (7 à 18 ans) présentant un trouble bipolaire avec TDAH sans trouble anxieux, 76 jeunes avec un trouble BP + anxiétés multiples sans TDAH, et 52 jeunes bipolaires sans TDAH et sans trouble anxieux. Les diagnostics correspondaient aux critères du  DSM-IV-TR et les patients admis au cours de la période 2005-2011.
Lʼévaluation comportait la recherche des troubles actuels et sur la vie en utilisant un entretien structuré (Kiddie Schedule for Affective Disorders and Schizophrenia for School-Aged Children-Present and Lifetime Version) avec un suivi dʼau moins de 6 mois après inclusion dans lʼétude.

Les résultats de lʼétude sur la cyclothymie juvénile

Les résultats montrent que le groupe « bipolarité + TDAH » se caractérisait par :
  • une dominance su sexe masculin,
  • un âge de début plus précoce des signes bipolaires,
  • une fréquence importante dʼune évolution chronique,
  • plus dʼirritabilité,
  • plus de diagnostics de bipolarités atypiques ou non spécifié ailleurs
  • une sévérité clinique plus importante
  • plus dʼinterférence négative avec le fonctionnement
  • plus dʼépisodes maniaques ou mixtes lors de lʼépisode index
  • plus de risque à développer des troubles des conduites
  • plus de résistance aux traitements
En revanche, le groupe « bipolarité + anxiétés multiples » sʼavérait être plus similaire au groupe « bipolaire sans comorbidité », à lʼexception :
  • dʼune fréquence plus élevée du diagnostic de BP type II
  • dʼun usage plus important dʼantidépresseurs
  • dʼun usage moins fréquent dʼantipsychotiques
Les auteurs de cette étude suggèrent que la nature de comorbidité indique des différences fondamentales dans la phénoménologie bipolaire précoce, notamment la comorbidité bipolarité avec le TDAH qui est associée à un phénotype spécial de bipolarité (contrairement à la bipolarité avec comorbidité anxieuse qui est plutôt proche du phénotype typique de la bipolarité).

Avis du CTAH

Notre expérience clinique est en faveur de cette distinction des phénotypes de bipolarité juvénile en fonction de la comorbidité, notamment pour les cas associés au TDAH. Nous observons cette comorbidité chez des jeunes patients ainsi que chez des adultes jeunes. Dans la pratique, ces cas sont difficiles à soigner (surtout en raison de manque dʼétudes et de lʼignorance de la bipolarité juvénile au détriment du TDAH avec lʼusage parfois abusif des stimulants).
Concernant la comorbidité anxieuse au sein de la cyclothymie juvénile, cʼest une variante très fréquente chez nos patients où lʼenjeu est dʼanticiper les complications induites par un usage excessif des antidépresseurs (pour soigner les anxiétés sans prendre la peine dʼexplorer la bipolarité associée ou sous-jacente).

Références

  • Masi G, Mucci M, Pfanner C, Berloffa S, Magazù A, Perugi G.
    Developmental pathways for different subtypes of early-onset bipolarity in youths. J Clin Psychiatry. 2012 Sep 4.

janvier 2013

A 26 ans
10 : TCC efficace mais pas durable
Pourquoi les cyclothymiques sont-ils plus exposés aux antidépresseurs ?
Bipolaire-info témoigne sur les anti-dépresseurs
Quels sont les risques des anti-dépresseurs dans la bipolarité ?
La cyclothymie : l’épreuve des concepts de la maladie mentale
Surconsommation des antidépresseurs chez les patients bipolaires


23/04/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 101 autres membres

design by ksa | kits graphiques by krek